le Jeudi 26 mai 2022
le Jeudi 24 février 2022 13:12 | mis à jour le 8 avril 2022 19:42 L'ARGENTEUIL

L’eau manque à nouveau à Saint-André d’Argenteuil

Steve Patry et André Guay, deux pompiers temps partiel de Saint-André d’Argenteuil, étaient à la caserne lundi soir dernier pour offrir de l’eau potable en bouteille aux citoyens.  On offrait un 4 litres d’eau par jour par adresse. — Photo Mylène Deschamps
Steve Patry et André Guay, deux pompiers temps partiel de Saint-André d’Argenteuil, étaient à la caserne lundi soir dernier pour offrir de l’eau potable en bouteille aux citoyens.  On offrait un 4 litres d’eau par jour par adresse.
Photo Mylène Deschamps
Le service d’alimentation en eau potable a dû être interrompu pour plus de 72 heures aux quelque 380 portes de Saint-André d’Argenteuil le week-end dernier. Réuni en séance extraordinaire vendredi soir, le conseil municipal a déclaré les mesures d’urgence à 19 h.

Les coupures de service devaient préalablement avoir lieu de nuit de 22h à 7h, mais un bris majeur a forcé l’arrêt complet dès 15h vendredi en après-midi. Les citoyens qui ont l’application sur leur téléphone ont reçu un avis une dizaine de minutes au préalable. «La municipalité s’est vue dans l’obligation de mettre en place ce plan de mesure d’urgence afin d’assurer une gestion efficiente de cet état de crise, et ce, après plusieurs recherches et analyses de nos employés, supportés par des experts en ingénierie et spécialistes en localisation de fuites», a expliqué le directeur général, Benoit Grimard, par voie de communiqué lundi soir. La fuite a été localisée dimanche en fin de journée, ce qui a permis le rétablissement du système le 20 février.  Un avis d’ébullition est en vigueur pour les 7 prochains jours, en attendant des résultats d’analyse. 

Les problèmes d’eau ne datent pas d’hier à Saint-André d’Argenteuil et l’historique compte déjà plus de 3 ans à jongler avec un système datant des années 1970, qui a été trop longtemps négligé. Les problèmes semblent récurrents, mais il faut savoir qu’ils ont commencé avec le puits, se poursuivant avec les pompes pour atteindre aujourd’hui le réseau de distribution. 

L’équipe avait trouvé et réparé deux fuites le 14 janvier dernier faisant enfin passer la consommation moyenne d’eau à un niveau plus normal, soit 650 mètres cubes. Mais depuis février, probablement dû aux froids excessifs des dernières semaines et au manque de neige protégeant les tuyaux au sol, de nouvelles fuites ont occasionné à nouveau des maux de tête au service de la voirie. La consommation d’eau potable est passée de 739 mètres cubes à 1096 mètres cubes par jour forçant l’arrêt la nuit du réseau d’aqueduc, qui doit toujours compter sur une réserve.  La dernière fuite trouvée semble être la bonne. «On aimerait bien ouvrir une bouteille de champagne!, de s’exclamer le nouveau maire Stephen Matthews, qui souligne le travail remarquable de son équipe, dont les heures sans relâche du chef de la voirie, Guillaume Vincent-Landry. Ce sont de bonnes nouvelles.  On a retrouvé un bon débit.  Je me sens rassuré, mais on a des travaux à faire cet été comme l’installation de meatures et dégager les bornes.» 

Les pompiers temps partiels de la municipalité, des élus et des partenaires se sont mis à pied d’œuvre pour fournir de l’eau potable et non potable aux citoyens, derrière l’hôtel de ville et à la caserne de pompiers samedi et dimanche. Le camion-citerne 623 a été rempli à 3 reprises pour fournir la population en eau non potable.  On offrait aussi 4 litres d’eau potable par adresse par jour. «Nous tenons à souligner la résilience, et surtout la patience des citoyens tout au cours de cette situation exceptionnelle.  Soyez assurés que nous avons à cœur le bien-être des résidents de la municipalité», ajoute M. Grimard, qui en a profité pour remercier la compagnie Ice River Spring, pour sa générosité. 

Pour les propriétaires de restaurants, c’était un autre week-end qui tombait à l’eau. Au Pub Sir John – Grill locavore, la soirée du vendredi soir a eu lieu, mais la vaisselle restait à faire lundi matin, lors du rétablissement du système. La séance extraordinaire, qui a réuni les conseillers qui ont décrété l’état d’urgence à 19 h, a fait reculer le propriétaire Denis Pelland pour sa soirée du samedi. «On ne se sentait pas à l’aise de rouler avec de l’eau non potable pour le lavage des mains, la vaisselle, etc. On a appelé nos clients qui avaient réservé pour qu’ils se trouvent un plan B.  Mettons qu’on s’en serait bien passé de celle-là!, avoue M. Pelland, qui a notamment perdu sa chambre froide qui se refroidit à l’eau en janvier dernier suite aux ruptures de service successives. La communication, c’est le grand défi de cette administration.  Vendredi vers 16h, M. Matthews est passé nous voir environ 8 minutes pour nous expliquer les étapes.  Comme commerçant, j’ai apprécié!» 

L’ancien maire de la municipalité, Marc-Olivier Labelle-Morin, a quant à lui offert aux citoyens l’accès aux douches de son entreprise Gym-Max et la Ville de Lachute a ouvert les douches de la piscine publique aux citoyens voisins.