le Mardi 17 mai 2022
le Mercredi 23 février 2022 13:17 Autres - Others

La cimenterie Colacem un enjeu électoral dans Glengarry-Prescott-Russell

La compagnie Colacem entend construire une grande cimenterie ìci à côté de cette carrière route de comté 17 près du village de L'Orignal. Une parti importante de la population du Canton de Champlain est résolument opposée à ce projet.. — Photo d'archives
La compagnie Colacem entend construire une grande cimenterie ìci à côté de cette carrière route de comté 17 près du village de L'Orignal. Une parti importante de la population du Canton de Champlain est résolument opposée à ce projet..
Photo d'archives
Parmi les enjeux qui seront discutés durant la prochaine campagne électorale provinciale, celui de l’impact environnemental du projet d’une cimenterie près du village de l’Orignal ne passera pas sous silence. Les candidats des principaux partis devront fort probablement en débattre publiquement.

En 2020 le premier ministre Doug Ford a annulé le projet d’une carrière à Milton parce que les gens et les représentants politiques locaux n’en voulaient pas. 

Dans une lettre au premier ministre de l’Ontario datée du 23 novembre dernier, le conseil du Canton de Champlain lui demandait de révoquer ne serait-ce que temporairement l’approbation du projet de cimenterie Colacem près du village de L’Orignal. Temporairement du moins jusqu’à ce que des experts indépendants puissent compléter une nouvelle étude portant sur les effets cumulatifs que cette cimenterie pourrait avoir sur la qualité de l’air. Il faut bien rappeler que depuis plusieurs années ce projet fait l’objet de l’opposition d’une bonne partie des résidents du canton. 

Voici ce qui a motivé le conseil de Champlain à écrire cette lettre au premier ministre. En juillet 2020 Doug Ford avait déclaré ce qui suit au sujet de la carrière de Campbellville à Milton dans la grande région de Toronto…«Je ne suis pas en faveur de la carrière de Campbellville. Je crois qu’il faut gouverner pour le peuple. Et quand le peuple ne veut pas quelque chose, on ne le fait pas. C’est simple. Je sais que le maire n’en veut pas, personne n’en veut. Je n’en veux pas. Nous allons nous assurer que cela n’arrive pas d’une manière ou d’une autre». 

Dans sa lettre du 2 décembre dernier au canton de Champlain, Doug Ford s’est contenté de répondre qu’il avait demandé à son ministre de l’environnement Dave Pacini de s’en occuper. Dans une lettre au conseil de Champlain le 6 janvier ce dernier a simplement rappelé que le Tribunal d’appel de l’aménagement local avait déjà statué que la cimenterie une fois construite et en opération ne devrait pas avoir d’effets négatifs sur l’environnement. Une réponse qui aura eu l’effet d’une douche froide. «C’est clairement 2 poids, 2 mesures déclare André Roy, un conseiller du quartier de L’Orignal dans le canton de Champlain. Le premier ministre quand c’est près de chez lui évidemment ça le touche beaucoup plus. Mais quand c’est dans l’Est ontarien où en fait la députée a changé de parti, ce n’est pas une priorité pour lui». D’autant plus qu’à L’Orignal estime le conseil du Canton de Champlain, ce n’est pas d’une simple carrière dont il s’agit, mais bien d’une cimenterie qui propose de fabriquer 1,160,000 tonnes métriques de poudre de ciment par année. 

«Monsieur Ford fait constamment des déclarations, mais ses bottines peuvent très rarement suivre ses babines, réagit la députée libérale de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard. L’été dernier, nous avons monté un dossier solide pour demander au ministre de l’Environnement et au gouvernement de rouvrir le dossier de l’approbation du projet Colacem. Le gouvernement Ford nous a refusé de même réévaluer le dossier, mais je continuerai à pousser pour que ça se réalise. – C’est un dossier avec des répercussions trop importantes pour notre région, pour notre santé, pour notre qualité de vie ». 

Et à peu de choses près, c’est aussi ce que le candidat progressiste-conservateur de la circonscription Stéphane Sarrazin affirme qu’il entend faire… «Je n’en ferai pas une promesse électorale  parce que je déteste les gens qui promettent des choses qu’ils ne peuvent pas livrer. Mais je peux dire que je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir que je sois élu ou non, pour essayer de représenter les gens de Champlain qui n’en veulent pas. Je ne connais personne qui dit la vouloir cette cimenterie de Colacem ». 

Par ailleurs, tant André Roy qu’Amanda Simard et Stéphane Sarrazin reconnaissent que ce qui contribue à brouiller les cartes dans ce dossier, c’est le fait que le conseil des comtés-unis de Prescott et Russell s’était déjà prononcé en faveur du projet de cimenterie de Colacem. Le Nouveau parti démocratique n’a pas encore choisi de candidat ou de candidate en prévision des élections. 

Par ailleurs le conseiller André Roy, la députée libérale Amanda Simard et le conservateur Stéphane Sarrazin s’attendent à ce que cette affaire devienne un enjeu important, voire majeur durant la campagne dans Glengarry-Prescott-Russell pour les élections provinciales du 2 juin.