le Mercredi 17 août 2022
le Mercredi 26 janvier 2022 20:37 Autres - Others

La brasserie d’Embrun en danger

After five years, Etienne Brûlé Brewery may need to find a new storefront. — Photo Charles Durocher
After five years, Etienne Brûlé Brewery may need to find a new storefront.
Photo Charles Durocher
Le canton de Russell veut vendre le bâtiment, mais l'entreprise à l'intérieur aura des problèmes si elle le fait.  

Depuis cinq ans, la brasserie Etienne Brûlé brasse une bière de qualité à partir d’ingrédients locaux, dans un bâtiment appartenant à la municipalité sur la rue Notre Dame. Malheureusement, le bâtiment est mis en vente au prix de 925 000$, et le propriétaire Richard Ménard ne peut garantir l’avenir de son entreprise si la vente a lieu. Il n’a pas les moyens de payer le prix demandé et il n’y a aucune garantie que le futur propriétaire lui permette de rester. 

Selon M. Ménard, un accord avait été conclu entre lui et le canton en 2021, mais le canton est revenu sur sa décision en raison de l’augmentation considérable de la valeur de la propriété. M. Ménard n’a pas été en mesure d’obtenir un financement au prix actuel. Le canton dit le contraire, affirmant qu’aucune offre d’achat officielle n’a été faite entre le canton et M. Ménard. 

« Il n’y a jamais eu d’offre officielle d’achat et de vente reçue du locataire ou proposée par le canton à la considération du conseil », selon Megan Beehler, coordinatrice des communications pour le canton de Russell. « Certaines discussions ont eu lieu avec le personnel en 2020, mais la distance entre la juste valeur marchande (même avant les poussées pré-pandémiques) et les suggestions du locataire sur un prix de vente potentiel était vaste. » 

M. Ménard dit qu’il aura besoin d’au moins trois mois pour trouver un nouvel emplacement et le préparer pour les affaires, ajoutant que toute rénovation lui coûtera pas mal d’argent. Selon la distance qu’il devra parcourir pour déménager, il devra peut-être embaucher de nouveaux employés, ce qui laissera sans emploi les 35 employés à temps partiel et à temps plein qui y travaillent. 

La municipalité n’a pas été en mesure de commenter l’intérêt que le bâtiment a suscité sur le marché de l’immobilier, mais elle a publié une déclaration à son sujet. 

«… le personnel du canton discute de bonne foi avec le locataire depuis le début de 2020 des différents scénarios qui pourraient se produire à la fin du bail du 31 décembre 2020; ce n’est pas nouveau», a déclaré le maire du canton de Russell, Pierre Leroux, dans le communiqué. « Même si le bail a pris fin, le canton a maintenu le taux actuel nettement inférieur au taux du marché locatif et a accepté le problème persistant des paiements de loyer manqués dans l’espoir de trouver une solution.» 

«Dans notre budget 2022, la vente de cette propriété permettra de réduire considérablement les coûts de financement de la réhabilitation d’un pont municipal; sans ces fonds, cela aurait nécessité une augmentation d’impôt. Nous sommes toujours prêts à travailler avec le locataire pour trouver une solution bénéfique pour les deux parties; toutefois, le conseil a une responsabilité envers toutes les entreprises et tous les résidents, et pas seulement envers une seule.»