le Samedi 13 août 2022
le Jeudi 16 septembre 2021 18:51 Autres - Others

Les candidats locaux débattent chaudement du climat thermique

  photo de banque en ligne Pexels
photo de banque en ligne Pexels
Le débat des candidats locaux a été enregistré et diffusé sur Rogers TV, ainsi que téléchargé sur leur chaîne YouTube.

Le 8 septembre, les candidats locaux de Glengarry-Prescott-Russell ont débattu de plusieurs questions soulevées pendant l’élection.

La quatrième question, qui s’adressait à la candidate conservatrice Susan McArthur, demandait s’il était sage de viser des objectifs de réduction des émissions de carbone moins élevés face à la crise climatique croissante. Mme McArthur a répondu que les objectifs plus élevés étaient trop irréalistes pour être atteints dans le délai prévu, et que les conservateurs préféraient fixer des objectifs qu’ils pouvaient atteindre plutôt que de promettre des paroles vaines.

Le candidat néo-démocrate Konstantine Malakos a critiqué les partis conservateur et libéral sur ce point, affirmant que les conservateurs débattaient encore de la réalité du changement climatique lors de leur congrès de mars 2021, et que les libéraux en ont profité pour faire campagne sur leur indécision. Il a noté que Leia Gazan, du NPD, a présenté une motion au Parlement pour aborder officiellement le changement climatique, que les libéraux ont rejetée. M. Malakos a déclaré que lui et le candidat du Parti vert, Daniel Lapierre, étaient les deux seuls candidats qui étaient prêts à prendre des mesures concrètes en matière de changements climatiques.

Le candidat libéral M. Francis Drouin a souligné que les libéraux proposent une taxe sur les émissions de carbone de 170 $ par tonne, soit plus du triple de la proposition conservatrice de 50 $ par tonne. Les libéraux proposent également d’interdire les voitures à essence d’ici 2035 et d’adapter les infrastructures pour que les véhicules électriques soient prêts à prendre la relève, ce qui, selon M. Drouin, est un véritable plan pour l’environnement.

M. Malakos a déclaré que ce n’était pas assez rapide, et que les changements doivent se produire plus rapidement pour avoir un impact réel. M. Drouin a fait remarquer que Thomas Mulcair, ancien chef du NPD, et Andrew Weaver, ancien chef du Parti vert de la Colombie-Britannique, ont appuyé le plan libéral. M. Malakos a déclaré que la préoccupation concerne les partis d’aujourd’hui, pas ceux d’hier.

Mme McArthur a fait remarquer qu’il était intéressant de voir comment les libéraux aiment se présenter contre des gens qui ne sont pas leurs concurrents, car «ils n’aiment pas vraiment se présenter avec leurs propres antécédents». Elle a ajouté que le plan conservateur est beaucoup plus réaliste et qu’il permettra d’innover en matière d’architecture, de soutenir une économie verte, de faire des recherches sur le captage du carbone et de s’attaquer aux émissions mondiales de gaz à effet de serre en exportant le gaz naturel propre du Canada vers des pays qui brûlent encore du carbone.

M. Drouin a rejeté l’idée que la contribution du Canada n’est pas assez importante pour faire une différence en matière de gaz à effet de serre. Il a déclaré qu’au lieu d’aider les autres pays, le Canada devrait se concentrer sur la réduction de ses propres émissions et donner l’exemple aux autres pays. M. Malakos a souligné que le Canada est le seul pays du G7 à ne pas avoir encore atteint son objectif pour 2030, tel que défini dans l’accord du Sommet de Paris sur le climat. M. Drouin a répondu que nous ne sommes pas encore en 2030.

M. Malakos a déclaré que des mesures doivent être prises dès maintenant si le Canada veut atteindre l’objectif de 2030, faisant valoir qu’il n’y a pas d’interrupteur à actionner pour mettre fin au problème. Les incendies dans la région de Sudbury doivent être éteints maintenant, pas en 2030, car ils affectent la qualité de l’air dans Glengarry-Prescott-Russell. M. Drouin est d’accord et a dit que les libéraux proposent de fermer toutes les usines de charbon et l’exportation au Canada. M. Malakos a fait valoir que l’arrêt du projet de cimenterie de L’Orignal serait également une bonne idée. M. Drouin a déclaré que M. Malakos ne connaissait pas la communauté, ajoutant que la communauté pourrait vouloir bénéficier de la cimenterie, et qu’il devrait avoir honte de prendre de faux engagements.

M. Drouin a déclaré que le gouvernement a le devoir de s’assurer qu’aucune famille ne soit laissée pour compte, qu’aucune famille n’ait à se battre pour trouver de la nourriture et un abri. M. Malakos a dit qu’ils devraient cesser de laisser les gens de côté, que la pauvreté sévit dans Glengarry-Prescott-Russell et que les libéraux ont rejeté toutes les idées proposées pour y remédier. M. Malakos a déclaré que les libéraux ont rejeté la proposition du député néo-démocrate Daniel Blaikie visant à sortir les personnes handicapées de la pauvreté, et qu’ils ont rejeté la proposition du NPD d’inclure les soins dentaires dans les soins de santé universels. Il a cité les propos de M. Drouin : «Nous ne disposons pas de données complètes sur les besoins non satisfaits en matière de soins dentaires à l’échelle nationale», car M. Drouin a voté pour refuser l’inclusion. M. Drouin a déclaré qu’il s’agissait d’une fausse équivalence puisque les membres du Parlement ne peuvent pas présenter un projet de loi d’initiative parlementaire assorti de fonds.

Le candidat du Parti vert, Daniel Lapierre, a déclaré que les niveaux de gaz à effet de serre ont augmenté au cours des six dernières années. Il a convenu avec M. Malakos que le Canada ne peut pas augmenter ses niveaux de gaz à effet de serre et ensuite, à un moment inconnu, dire qu’il va les diminuer. M. Lapierre a soutenu que le Canada doit cesser d’investir dans le pétrole et le gaz et se tourner vers l’énergie verte.

Mme McArthur a répété que le Canada devrait se fixer des objectifs réalistes plutôt qu’irréalistes, et qu’il devrait tirer parti de ses atouts en se concentrant sur les innovations en matière de captage du carbone et d’architecture.