le Mercredi 30 novembre 2022
le Jeudi 16 septembre 2021 19:07 Autres - Others

Les candidats au GPR débattent de l’économie future

  photo de banque en ligne Pexels
photo de banque en ligne Pexels
Le débat des candidats locaux a été enregistré et diffusé sur Rogers TV, ainsi que téléchargé sur leur chaîne YouTube.

Le 8 septembre, les candidats locaux de Glengarry-Prescott-Russell sont montés sur scène pour débattre des questions soulevées pendant la campagne électorale fédérale.

La première question est allée à la candidate conservatrice Susan McArthur, qui a demandé comment son parti allait équilibrer le budget en 10 ans, comme promis. Elle a répondu qu’ils ne réduiraient pas les dépenses et que la croissance de l’économie était la priorité des conservateurs, car la productivité et le PIB par habitant ont «plafonné» sous le gouvernement libéral. Le plan de croissance économique des conservateurs a été testé et vérifié par Trevor Tome, économiste à l’Université de l’Alberta, et le parti est convaincu qu’il peut équilibrer le budget en 10 ans.

Le candidat néo-démocrate Konstantine Malakos a déclaré que, tandis que les conservateurs jugent l’économie en fonction de «la santé des plus riches, de la santé des investisseurs de Bay Street», il juge l’économie en fonction de la santé des plus pauvres et des plus marginalisés du pays. La crise du logement s’aggrave, a-t-il dit, et les membres de la communauté des personnes handicapées vivent dans une pauvreté abjecte parce qu’ils ne peuvent pas travailler, les prestations ne couvrent pas le coût élevé de la vie et les gens sont littéralement affamés. M. Malakos a reconnu que les investisseurs sont importants, mais il est «curieux de savoir comment va s’en sortir une personne de Fournier dont les fenêtres sont barricadées et qui va à la banque alimentaire».

Le candidat libéral Francis Drouin a remis en question les chiffres du plan des conservateurs et a demandé comment ils allaient obtenir un taux de croissance de trois pour cent sur 10 ans sans supprimer d’emplois. M. Drouin a noté que l’ancien directeur parlementaire du budget (DPB) Kevin Page a critiqué ce chiffre comme étant un objectif impossible à atteindre, et il aimerait donc voir la plateforme chiffrée des conservateurs, qui n’avait pas encore été publiée à ce moment-là.

«Je m’attends à cela de la part du NPD, a déclaré M. Drouin, mais pas des conservateurs, qui disent qu’ils sont une puissance économique forte et pourtant ils ne parviennent pas à montrer une plateforme chiffrée.»

«Je pense que c’est un peu fort, a déclaré Mme McArthur. Nous n’avons aucune leçon à recevoir, pas plus que les autres candidats qui sont ici, des libéraux, en matière de responsabilité fiscale. »

Elle a critiqué les libéraux qui dépensent 424 milliards de dollars par jour pour une dette d’un billion de dollars et a déclaré que même si le taux de chômage du Canada est inférieur à celui de tout autre pays du G7, le coût élevé de la vie et les dépenses élevées en cas de pandémie font que le Canada est plus en retard que tout autre pays du G7.

M. Malakos a déclaré que le NPD est le seul parti à avoir un plan concret pour améliorer l’économie, sous la forme d’une taxe sur ceux qui ont profité de la pandémie.

«La richesse de plus de 10 millions de dollars sera taxée à un pour cent, a-t-il dit, et nous ferons cela parce que ce sont les personnes qui ont profité de la pandémie.»

M. Malakos et Mme McArthur ont ensuite discuté des infrastructures essentielles.

«Nous avons une population incroyablement bien éduquée, nous avons une politique d’immigration robuste, nous avons besoin de l’infrastructure moderne pour nous assurer que nous pouvons réaliser notre potentiel, a déclaré Mme McArthur, soit Internet à haut débit, des logements abordables, une augmentation des logements disponibles au Canada.»

«Pour arriver à l’infrastructure dont vous parlez, a déclaré M. Malakos, nous ne pouvons pas nous contenter de faire des chèques aux grandes entreprises privées en espérant qu’elles utiliseront ces chèques comme nous le leur dirons. C’est la stratégie des conservateurs, et c’est la stratégie des libéraux. Nous devons en fait investir publiquement dans les infrastructures.»

M. Drouin a dit que le gouvernement a investi 80 milliards de dollars depuis 2016 sur 10 ans, mais Mme McArthur voulait savoir où cela se voyait, ajoutant que son bureau à Casselman n’a toujours pas d’Internet haute vitesse fonctionnel. Dépenser de l’argent ne signifie rien, a-t-elle dit, si les résultats ne montrent pas des gains de productivité et une amélioration de la qualité de vie des Canadiens. M. Drouin a fait valoir que la ville de Maxville a maintenant de l’eau parce que le gouvernement libéral lui a donné 15 millions de dollars pour couvrir la moitié des coûts.

«Un gouvernement conservateur dirigé par Erin O’Toole a un plan pour faire croître l’économie, a déclaré Mme McArthur. Nous ferons des investissements stratégiques dans l’infrastructure, comme l’Internet à haute vitesse. Nous travaillerons à remettre les petites entreprises au travail et à garder leurs entreprises ouvertes grâce à des programmes spécifiquement ciblés pour les aider à embaucher des gens et à réinvestir dans leurs entreprises. Je suis convaincu qu’un gouvernement de bon sens, moderne, réfléchi et compétent, dirigé par Erin O’Toole, sera la meilleure alternative pour les Canadiens.»