le Jeudi 18 août 2022
le Mercredi 24 mars 2021 20:47 Autres - Others

Présence d’hydrocarbure possible sur le site de l’ancienne école Lefaivre

The old St-Joseph School building in Lefaivre is demolished but now there is concern that some diesel oil may have leaked into the ground from when the school was open. The township has to delay future plans to use the property for waterfront public recreation until it can confirm that the soil is free of contamination. — Gregg Chamberlain
The old St-Joseph School building in Lefaivre is demolished but now there is concern that some diesel oil may have leaked into the ground from when the school was open. The township has to delay future plans to use the property for waterfront public recreation until it can confirm that the soil is free of contamination.
Gregg Chamberlain
La démolition de l'ancienne école de Lefaivre est terminée, mais une évaluation environnementale du site pour évaluer la présence d’hydrocarbure sur le terrain doit être réalisée avant de revitaliser le terrain pour des activités récréatives au bord de l’eau.

Le Conseil scolaire de district catholique de l’Est Ontario (CSDCEO) a fermé l’École élémentaire catholique Saint-Joseph il y a plusieurs années et a ensuite vendu les bâtiments et la propriété au canton d’Alfred-Plantagenet. En décembre dernier, le canton a fait démolir le bâtiment en vue d’une utilisation future de la propriété dans le cadre d’un plan de développement élargi des loisirs au bord de l’eau. 

Une fois la démolition terminée, un examen plus approfondi du site a permis de découvrir du carburant diésel dans le sol à l’emplacement de ce qui était autrefois la salle mécanique du bâtiment. Un tuyau provenant d’un ancien réservoir de diésel que le CDSBEO avait mis hors service en 2002 contenait encore du carburant diésel. 

La terre a été enlevée début janvier et transportée à la décharge de GFL Environmental Ltd où elle a été examinée. L’analyse a déterminé que la quantité réelle de diésel dans le sol pourrait être très faible. Mais l’inspecteur des bâtiments du canton ne peut pas produire le rapport d’inspection final et approuver la démolition tant que des mesures n’ont pas été prises pour s’assurer qu’il ne reste pas de sol contaminé sur le site. 

Le canton doit également résoudre le problème avant de pouvoir aller de l’avant avec tout autre plan de développement du site. L’estimation préliminaire du cout des tests supplémentaires est d’environ 11 500 $. 

Dans un rapport présenté par l’administration au conseil municipal lors de la séance du 16 mars, il est indiqué que les examens précédents de la propriété, effectués par le CDSBEO et le canton avant la démolition, n’ont pas révélé de possibilité de contamination du sol. Le rapport actuel au conseil recommande d’aller de l’avant avec un réexamen plus approfondi du sol. 

Le conseil a demandé à l’administration d’examiner les obligations légales du canton en la matière afin de présenter un rapport lors de la prochaine session.