le Jeudi 11 août 2022
le Mercredi 10 mars 2021 19:34 Autres - Others

Pour un retour des élèves du 2e cycle du secondaire à temps plein

  photo d'archives
photo d'archives
La Fédération des établissements d’enseignement privés (FEEP) demande au gouvernement de planifier le retour des élèves du 2e cycle du secondaire, de façon graduelle et responsable.

La Fédération considère qu’il est important, pour la socialisation et le bienêtre des jeunes, de passer le plus de temps possible en classe, surtout afin qu’ils demeurent motivés.  Selon elle, l’encadrement soutenu dont ils bénéficient lorsqu’ils sont physiquement à l’école favoriserait de meilleurs apprentissages.

Avec les annonces de certaines mesures de déconfinement au Québec et avec une reprise graduelle des activités sportives et parascolaires, la priorité pour une éducation en présentiel se fait sentir. «Nous sommes bien conscients que la situation sanitaire demeure préoccupante et que nous devons être prudents face à la présence de nouveaux variants, explique David Bowles, président de la Fédération.  Toutefois, nous croyons que si on annonce des mesures de déconfinement, le retour en classe à temps plein pour les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire devrait figurer en tête de liste des priorités.  S’il est possible dans certaines régions de ramener les jeunes à l’école à temps plein, il serait important de le faire.»

Dans notre région, bien qu’il reçoit des élèves de la zone orange de l’Outaouais, l’établissement privé, le Séminiaire du Sacré-Coeur de Grenville-sur-la-Rouge, a son adresse civique en zone rouge, faisant partie des Laurentides. Les élèves de secondaire 1 et 2 sont à temps plein, mais ceux du 2e cycle doivent toujours demeurer en alternance.  Les activités parascolaires pourront tranquillement recommencer à partir de 15 mars, mais devront respecter les bulles classes, ce qui a pour effet que les équipes mélangeant les niveaux ne pourront faire un retour.  « On accueille avec optimisme les nouvelles mesures, nous sommes contents de voir l’ouverture, mais nous demeurons prudents, admet Christian Laverge, directeur général de l’établissement privé.  Notre marge de manoeuvre est limitée, mais ça nous offre des opportunités supplémentaires pour offrir à nouveau des activités culturelles et sportives dans le respect des mesures.»  Il indique que toute l’équipe plane pour un retour des activités après 15h10 dès le 15 mars prochain.

«J’estime, tout comme la FEEP, qu’il est impératif de ramener les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire à temps plein. Ces élèves ont jusqu’ici démontré une résilience incroyable à l’aide d’enseignants dévoués qui ont fait preuve d’une capacité d’adaptation à toute épreuve, de souligner Benoit Deschamps, directeur du service aux élèves Collège Pasteur et ancien directeur général au Séminaire du Sacré-Coeur.  Si on veut conserver et optimiser tous les efforts de chacun, il faut maintenant capitaliser ce beau travail en permettant aux jeunes, d’abord en zones orange et ensuite en zones rouges de venir optimiser le fruit de leur travail des derniers mois dans l’établissement. Les élèves et leurs enseignants auront fait des bonds incroyables au niveau de la technologie, mais la santé mentale en a pris pour son rhume et chaque jour qui passe affecte des élèves et des enseignants supplémentaires.»

Pour les élèves du 5e secondaire, ils sont bien sûr préoccupés par leur graduation, signe de plusieurs années de travail assidu.  Au SSC, un comité virtuel a été mis en place.  L’équipe-école a préparé les élèves aux minces possibilités qu’un rassemblement regroupant plus de 250 personnes soit possible. « Ce serait une belle surprise, mais le comité travaille sur un plan B, qui est plutôt le plan A pour le moment»,  d’affirmer M. Lavergne, à la direction depuis 2017.

De son côté, l’animateur sportif, Gilbert Landry, accueille favorablement un certain retour aux activités sportives.  « Il manque tout l’aspect sentiment de compétition.  On a beau leur faire faire de la raquette, moi, je n’ai jamais remporté un match de raquette ! », s’exclame celui qui avoue que ses deux parties de hockey par semaine lui manquent terriblement.