le Lundi 16 mai 2022
le Mercredi 24 février 2021 15:22 Autres - Others

Les directives sur l’auto-isolement changent pour les ménages

Le Bureau de santé de l'est de l'Ontario a modifié ses lignes directrices pour les Canadiens vivant avec une personne vulnérable et ceux qui doivent s'isoler en raison d'une exposition au COVID-19. — photo Stephen Jeffery
Le Bureau de santé de l'est de l'Ontario a modifié ses lignes directrices pour les Canadiens vivant avec une personne vulnérable et ceux qui doivent s'isoler en raison d'une exposition au COVID-19.
photo Stephen Jeffery
En raison des nouvelles variantes de la COVID-19, les personnes vivant avec un membre de la population vulnérable ainsi que les personnes symptomatiques doivent respecter de nouvelles exigences en matière d'isolement depuis mercredi dernier, affirme le Bureau de santé de l'est de l'Ontario (BSEO).

 Selon les nouvelles règles, tous les membres d’un ménage devront demeurer chez eux durant 14 jours, sauf pour des raisons essentielles comme le travail ou l’école, les courses de nourriture et de médicaments ainsi que pour respecter des rendez-vous médicaux, et cela jusqu’à ce que la personne reçoive un test négatif. Aucun visiteur non essentiel ne peut entrer dans une maison pendant les 14 jours du confinement, même si le résultat de test est négatif.

Si un test a été recommandé et que la personne symptomatique n’a pas été testée, elle doit s’isoler pendant 10 jours à partir du premier signe de symptômes. Tous les membres du ménage doivent ensuite être mis en quarantaine pendant 14 jours à partir de leur dernier contact avec la personne. Si la personne symptomatique ne peut pas s’isoler du reste du ménage, tous doivent s’isoler pendant 14 jours à partir de la fin de la période d’isolement de la personne symptomatique.

Le médecin hygiéniste du BSEO, le Dr Paul Roumeliotis, a déclaré que les variantes les plus contagieuses rendent le confinement plus nécessaire, bien qu’aucune des variantes n’ait encore été détectée dans la région. « Ces variantes préoccupantes ont mis un frein à notre travail ici. Nous sommes maintenant préoccupés par la rapidité avec laquelle elles se propagent”, a-t-il déclaré. «C’était une très bonne nouvelle [que le nombre de cas s’est stabilisé], mais elle s’est atténuée quand on regarde les autres aspects de la situation.»

Le Dr Roumeliotis a déclaré que les variantes avaient également conduit à des discussions dans toute la province sur l’augmentation des seuils des niveaux du système de gestion COVID à code de couleur. Le BSEO est resté dans la zone orange « restreinte », mais à la fin de la semaine dernière, il semblait se diriger vers la catégorie jaune inférieure. Le Dr Roumeliotis a déclaré qu’il était à l’aise avec le niveau orange pour la région afin d’empêcher les variantes de se propager.