le Dimanche 14 août 2022
le Mercredi 25 novembre 2020 20:18 Autres - Others

Julie Desrosiers repousse les limites de l’art du marionnettiste

L'artiste de performance montréalaise Julie Desrosiers aime repousser les limites de l'art du marionnettiste pour raconter de merveilleuses histoires et a partagé son art avec les habitants de Hawkesbury lors du Festival des petits sourires au centre culturel Le Chenail les 22 et 23 novembre. — photo Gregg Chamberlain
L'artiste de performance montréalaise Julie Desrosiers aime repousser les limites de l'art du marionnettiste pour raconter de merveilleuses histoires et a partagé son art avec les habitants de Hawkesbury lors du Festival des petits sourires au centre culturel Le Chenail les 22 et 23 novembre.
photo Gregg Chamberlain
Les cordes n'ont pas leur place dans le monde fantastique de la marionnettiste Julie Desrosiers

«J’aime remettre en question la définition de ce qu’est une marionnette», a déclaré Julie Desrosiers lors d’une entrevue en début d’après-midi juste avant le premier des quatre spectacles qu’elle a donnés au Centre culturel Le Chenail au cours du weekend du 21 novembre.

«Une marionnette, pour moi, a-t-elle dit, peut être n’importe quel objet, n’importe quel matériau, n’importe quoi que vous pouvez manipuler pour donner un sentiment d’émotion, une impression de vie. J’essaie toujours d’aller plus loin et de trouver de nouvelles façons de manipuler les choses, de raconter des histoires. Je veux raconter des histoires avec ces images, parce que c’est une façon plus universelle de parler.»

L’artiste de performance montréalaise de 45 ans sourit lorsqu’on lui demande comment elle s’est lancée dans la marionnette. «C’est une longue histoire, dit-elle, puis elle rit. J’ai décidé d’être marionnettiste à 29 ans. Avant cela, j’étais décoratrice pour le Théâtre de la Dame de Coeur.»

Le Théâtre de la Dame de Coeur est la célèbre troupe de théâtre de marionnettes de Montréal dont les créations plus grandes que nature ont amusé et émerveillé le public, jeunes et moins jeunes. Le travail de Mme Desrosiers pour la compagnie consistait le plus souvent à sculpter et à peindre certaines des têtes et des mains des énormes marionnettes de défilé ou à concevoir les costumes pour celles-ci ou pour certaines des marionnettes utilisées dans les productions scéniques.

La raison pour laquelle elle a appris les marionnettes elle-même était à l’origine d’être meilleure dans son travail de décoratrice pour la compagnie de théâtre. «J’ai décidé d’apprendre à manipuler les marionnettes afin de pouvoir fabriquer de meilleures marionnettes pour les marionnettistes», explique-t-elle-elle.

Peu après avoir commencé sa formation en marionnettes, Mme Desrosiers a décidé qu’elle voulait passer de son travail de décoratrice en coulisses à celui de marionnettiste en coulisses. «C’est un art vraiment complet, dit-elle, à propos des marionnettes. J’ai donc décidé d’en faire mon propre langage (personnel).»

Les bois dormants

Le spectacle de Mme Desrosiers au Centre culturel Le Chenail s’inscrivait dans le cadre d’un Festival des petits sourires modifié, la célébration automnale annuelle de l’art et de la culture du Chenail avec un accent sur le divertissement familial. Elle a présenté un extrait de sa pièce de théâtre, Les bois dormants, qui raconte l’histoire d’une mère et d’un père caribou qui ont un bébé caribou qui ne ressemble pas tout à fait à tous les autres caribous.

Leur enfant nait sans bois et grandit différemment de tous les autres jeunes caribous, car il n’a pas de bois. La mère et le père caribous aiment leur enfant, mais essaient de le convaincre de porter une paire de bois d’imitation pour qu’il s’intègre avec les autres caribous. À la fin, ils apprennent à l’accepter pour ce qu’il est, un caribou qui n’a pas de bois, mais qui, comme tout le monde le découvre à la fin, a des ailes !

 Mme Desrosiers aime utiliser ses marionnettes inhabituelles et fantastiques pour raconter ses histoires insolites et merveilleuses à un public large et reconnaissant. «Je peux faire des spectacles de marionnettes pour les enfants, pour les adultes, dit-elle. Je peux raconter des histoires ou je peux faire un spectacle sans histoire (réelle). Je peux toujours trouver tellement de choses à faire avec des marionnettes.»