le Samedi 3 Décembre 2022
le Jeudi 29 octobre 2020 20:55 Autres - Others

De nouvelles restrictions dans les gymnases, les restaurants…

Les entreprises ne devront pas fermer, mais de nouvelles restrictions de capacité ont été introduites pour les restaurants et les centres de remise en forme intérieurs dans la région en vertu d'une ordonnance de l'article 22. — photo tirée d'une banque d'images
Les entreprises ne devront pas fermer, mais de nouvelles restrictions de capacité ont été introduites pour les restaurants et les centres de remise en forme intérieurs dans la région en vertu d'une ordonnance de l'article 22.
photo tirée d'une banque d'images
De nouvelles règles destinées à endiguer le taux de transmission croissant de COVID-19 dans la région ont restreint le nombre de clients des restaurants et des centres de remise en forme.

Une ordonnance du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) en vertu de l’article 22 est entrée en vigueur lundi juste avant minuit et durera 28 jours, limitant la capacité des espaces publics intérieurs à Prescott-Russell, Cornwall et Stormont, Dundas et Glengarry. Les changements n’étaient pas aussi stricts que les restrictions modifiées de la phase 2 à Ottawa, Toronto, Peel et York, qui interdisaient les repas en salle et les salles de sport fermées dans ces municipalités.

L’ordre local a limité à six le nombre de personnes assises à une table dans les établissements de restauration ou les salles de banquet. Un maximum de 100 personnes pouvait être accueilli à la fois dans les zones intérieures et extérieures d’un restaurant, tandis que les personnes attendant à l’extérieur pour entrer doivent rester masquées et à deux mètres de toute personne extérieure à leur foyer. Les entreprises devaient contrôler les symptômes de chaque client et enregistrer leur nom et leurs coordonnées.

Les règles de recherche des contacts et de files d’attente s’appliquaient également aux centres de conditionnement intérieurs, notamment les gymnases, les clubs de santé, les centres communautaires, les installations polyvalentes, les studios d’exercice, de yoga ou de danse et les dojos. Les numéros de classe étaient limités à 10, à l’exclusion des instructeurs, et devaient être tenus dans des salles séparées. Un maximum de 50 personnes peut se trouver dans une salle avec des poids ou des appareils d’exercice, et toutes doivent porter un masque, sauf si elles font de l’exercice physique.

Le dépistage de la COVID et la recherche des contacts étaient obligatoires dans les entreprises de soins personnels, notamment les salons de coiffure et de pédicure, les services de piercing, les salons de bronzage et les studios de tatouage. Les hammams, les saunas, les bains à remous ou les bains publics doivent fermer.

Litige provincial-local

Le médecin hygiéniste du BSEO, le Dr Paul Roumeliotis, avait espéré la semaine dernière que le gouvernement provincial introduirait plutôt les restrictions, ce qui aurait rendu les règles plus faciles à appliquer. Mais jeudi, le premier ministre Doug Ford a déclaré qu’il laisserait ces décisions aux unités de santé locales, accusant certains de «refiler la responsabilité» à la province en ce qui concerne les restrictions.

«Je serai le méchant, je n’ai aucun problème; je suis le premier ministre, je suis responsable, je serai responsable, a déclaré M. Ford lors d’une conférence de presse en réponse à des questions sur le BSEO. Mais certaines régions se renvoient la balle et disent : Non, non, faites-le. Je ne veux pas être le méchant.»

Le Dr Roumeliotis a repoussé cette évaluation lors de sa conférence de presse de vendredi, et a déclaré qu’il avait repoussé l’ordre parce qu’il comprenait que le gouvernement avait envisagé cette option. «Je ne me renvoie pas la balle, j’attendais juste cela», a-t-il dit.

L’ordre local, a dit le Dr Roumeliotis, était un effort pour empêcher une fermeture similaire à celle qui a eu lieu lors de l’épidémie initiale du virus en mars. Il a déclaré que le taux actuel d’infections dans la région ne justifiait pas un verrouillage de phase 2, et a espéré que les nouvelles règles permettraient d’éviter la nécessité de cette mesure.

«La dernière chose que je souhaite, c’est que les entreprises de notre communauté soient obligées de fermer à nouveau leurs portes comme elles l’ont fait au printemps, a-t-il déclaré. En mettant en place ces nouvelles mesures, j’espère que nous pourrons arrêter le nombre croissant d’infections et empêcher une autre fermeture qui nuirait à notre économie locale ».

Les chambres de commerce locales ont été informées de l’ordonnance avant le point de presse annonçant la décision, a déclaré le Dr Roumeliotis. L’ordonnance doit arriver à échéance le dimanche 22 novembre à 23h59.