le Mercredi 30 novembre 2022
le Mercredi 21 octobre 2020 20:13 Autres - Others

Éclosion à la Résidence Prescott-Russell : une famille cherche des réponses

  photo d'archives
photo d'archives
La famille d'une femme qui a été déclarée positive à la COVID-19 à la Résidence Prescott-Russell soutient qu'elle n'a pas reçu suffisamment d'informations sur son état.

Véronique Landry a déclaré qu’elle avait eu du mal à obtenir des informations sur l’état de sa grand-mère, résidente de la Résidence Prescott-Russell à Hawkesbury, depuis l’éclosion de la semaine dernière. Elle a déclaré que sa famille avait reçu le plus d’informations grâce à des appels téléphoniques avec la grand-mère elle-même, qui a depuis été transférée à l’hôpital général de Hawkesbury.

READ AN ENGLISH VERSION OF THIS ARTICLE
Family felt helpless after Residence outbreak

«Chaque jour, nous l’entendons tousser davantage, avoir des difficultés à respirer, raconte-t-elle. Elle va de plus en plus mal chaque jour et malheureusement, nous ne pouvons pas contacter le personnel. Nous ne savons pas quels médicaments elle prend.»

La grand-mère de Mme Landry a été placée en maison de soins de longue durée le 28 septembre, après sept mois d’hospitalisation pour des problèmes pulmonaires. Dans le cadre de ce déménagement, la grand-mère de Landry a subi deux tests de dépistage de la COVID, dont les résultats se sont révélés négatifs, et a été placée en isolement pendant 14 jours.

Quelques jours après le déménagement, Mme Landry a déclaré que sa grand-mère se plaignait de douleurs abdominales, que la famille attribuait au stress du nouvel environnement. Ces douleurs se sont cependant transformées en symptômes de rhume, puis en fièvre et en toux. Avant que des cas de COVID ne soient confirmés dans l’établissement, Mme Landry a déclaré que la famille avait reçu un message préenregistré indiquant qu’un problème respiratoire avait été détecté chez elle.

Elle a raconté que son père avait alors essayé de contacter le personnel, mais qu’on lui avait dit de ne pas appeler, et que le foyer leur ferait savoir si la situation à la Résidence se détériorait. Un médecin a appelé pour confirmer le résultat positif de la COVID de sa grand-mère, mais Mme Landry a dit qu’elle n’avait appris le nombre total de cas confirmés que par les médias.

Trente-cinq cas positifs ont été confirmés à la Résidence Prescott-Russell à partir de jeudi après-midi. Ces cas concernaient 27 résidents et 8 employés. Le premier cas positif au foyer depuis le début de la pandémie a été confirmé le vendredi 9 octobre. Les enquêtes se poursuivent pour déterminer comment le virus a pu pénétrer dans la Résidence.

Le jeudi, la famille a appelé une ambulance pour conduire la grand-mère de Mme Landry à l’hôpital après qu’elle les ait appelés et ait demandé de l’aide. Mme Landry a dit qu’elle avait de la peine pour le personnel de la maison de soins de longue durée, mais que l’expérience avait été douloureuse et frustrante pour sa famille.

“Un des membres de ma famille est un travailleur social et elle sait ce qu’ils vivent, mais nous nous sentons impuissants parce que nous ne pouvons pas les joindre. Nous avons l’impression d’avoir été négligés, a-t-elle déclaré. Un simple coup de téléphone, une mise à jour quotidienne, aurait été très appréciée, juste pour que nous sachions quel type de soins elle reçoit et son état ».

Dans une déclaration, un porte-parole des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) a déclaré qu’ils ne pouvaient pas discuter des détails des résidents en raison des lois sur la vie privée, mais a dit que la résidence suivait tous les protocoles.

«Cette situation exige une attention permanente et sans faille pour les 132 résidents qui se trouvent actuellement dans l’établissement de soins de longue durée, ainsi que pour les plus de 160 employés qui leur prodiguent des soins, ont déclaré les CUPR, propriétaire de l’établissement, dans un communiqué. Nous pouvons garantir que la résidence Prescott and Russell suit tous les protocoles concernant à la fois l’épidémie et ses opérations régulières, y compris les protocoles de communication, conformément aux directives et aux politiques du ministère de Soins de longue durée de l’Ontario ».

Lorsque le premier cas a été confirmé, les CUPR ont déclaré que «la sécurité et le confort de nos résidents et de notre personnel restent notre priorité absolue». Des plans ont été élaborés pour s’adapter à l’absence de personnel qui s’isolait ou qui avait été diagnostiqué positif au virus.

Mme Landry a déclaré que sa famille avait commencé à craindre de ne plus revoir sa grand-mère. «En mars dernier, nous étions inquiets de ne pas pouvoir la voir pendant ses dernières heures, a-t-elle déclaré. Nous commencions à ressentir la même chose parce que nous ne pouvions pas être là avec elle pendant cette épreuve dans ce tout nouvel environnement pour elle.

«Nous prions simplement pour pouvoir la revoir.»