le Jeudi 19 mai 2022
le Mercredi 14 octobre 2020 21:26 Autres - Others

L’importance d’une bonne santé mentale…

Une bonne santé mentale est une chose précieuse et c'est le message que le personnel, les bénévoles et les clients de la branche de Hawkesbury de l'Association canadienne pour la santé mentale ont voulu promouvoir avec leur rallye automobile du 10 octobre à travers la ville. Carolyn Grenier (à gauche), Robert Cyr, Daniel Carrière, Jessica Séguin, Stephen Douris et Angèle D'Alessio ont aidé à faire passer le message. — photo Gregg Chamberlain
Une bonne santé mentale est une chose précieuse et c'est le message que le personnel, les bénévoles et les clients de la branche de Hawkesbury de l'Association canadienne pour la santé mentale ont voulu promouvoir avec leur rallye automobile du 10 octobre à travers la ville. Carolyn Grenier (à gauche), Robert Cyr, Daniel Carrière, Jessica Séguin, Stephen Douris et Angèle D'Alessio ont aidé à faire passer le message.
photo Gregg Chamberlain
Une bonne santé mentale est aussi importante qu'une bonne santé physique pendant la pandémie

Une vieille expression latine, «Mens sana in corpora sano», ou «Un esprit sain dans un corps sain», a pris un nouveau sens pour de nombreuses personnes au cours des semaines et des mois qu’a duré la lutte contre le stress lié à la pandémie mondiale. C’est devenu le thème principal de la campagne de la Semaine de sensibilisation à la santé mentale de cette année, tant pour le personnel et les bénévoles de l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) que pour leurs clients.

«Notre thème est Il n’y a pas de santé sans santé mentale, a expliqué Angèle D’Alessio, porte-parole de l’ACSM-Champlain-Est. Grâce à la COVID-19, de nombreux Ontariens ont fait part, par le biais d’enquêtes, de la manière dont leur santé mentale a été affectée.»

«Cela a été difficile pour beaucoup de gens», a déclaré Caroline Grenier, animatrice d’un centre de ressources de l’ACSM, ajoutant qu’elle avait reçu des appels de certains de ses anciens clients qui lui demandaient comment ils se sentaient stressés ou anxieux alors qu’ils essayaient de faire face aux effets de la pandémie sur leur vie.

C’est pourquoi le personnel, les bénévoles et les clients de l’ACSM ont parcouru les rues de Hawkesbury le 10 octobre, dans des voitures couvertes de ballons et de slogans, pour aider à sensibiliser les gens à la valeur d’une bonne santé mentale.

«Je veux faire prendre conscience aux gens qu’ils ne sont pas seuls», a déclaré Stephen Douris, bénévole de l’ACSM depuis près de quatre ans, qui sait aussi ce que l’on ressent lorsqu’on est confronté à une dépression.

En réponse à l’impact de la pandémie sur la santé mentale et le bienêtre des Ontariens, le gouvernement provincial a mis en place divers programmes de soutien à la santé mentale en ligne et virtuels. L’un de ces programmes, appelé BounceBack, s’est révélé une aide populaire et efficace pour les personnes qui tentent de faire face à l’anxiété croissante et au risque de dépression en raison des inquiétudes liées à COVID-19.

«Le taux de réussite est étonnant, a déclaré M. D’Alessio. Quatre-vingt-dix pour cent des gens disent qu’ils sont satisfaits et qu’ils aiment le programme.»

BounceBack, disponible par des liens sur le site de l’ACSM ou sur www.bouncebackontario.ca, est un programme d’autoassistance gratuit qui utilise une combinaison de cahiers d’exercices à utiliser à la maison ainsi que des vidéos en ligne et des entretiens téléphoniques avec des entraineurs pour développer des moyens de les aider à faire face aux problèmes de santé mentale et à les résoudre. En moyenne, les participants au programme BounceBack prennent de trois à six mois pour terminer le programme.

«C’est quelque chose que vous pouvez faire dans le confort de votre foyer, a déclaré Mme D’Alessio. Tout ce dont vous avez besoin est une volonté de changer votre vie.»

Le programme BounceBack n’est pas la seule source d’aide disponible pour les gens. L’ACSM a des informations sur d’autres programmes disponibles. L’essentiel, comme D’Alessio et d’autres le préconisent, est d’être prêt à demander de l’aide et de savoir que de l’aide est disponible.

La sensibilisation du public à la nécessité d’une bonne santé mentale est également importante, a fait remarquer Mme D’Alessio, car les rapports statistiques de groupes comme la Canadian Alliance for Mental Health indiquent que près de 85 % des personnes interrogées lors de récentes enquêtes ont convenu que, comme la pandémie se poursuit, la santé mentale est désormais aussi importante que la santé physique.