le Mercredi 25 mai 2022
le Jeudi 8 octobre 2020 17:15 Autres - Others

La communauté se mobilise après une attaque raciste

Les résidents du Canton de Russell ont tendu la main pour soutenir la famille d'un enfant noir qui a été victime d'une attaque raciale par d'autres enfants de la région la semaine dernière.

Les membres de la communauté ont réagi avec choc et tristesse sur les médias sociaux, tandis que les bibliothèques locales sont devenues des points de dépôt pour les messages de soutien à la famille.

Selon un message sur les médias sociaux concernant l’incident, un autre garçon a utilisé à plusieurs reprises des insultes à caractère racial contre le jeune de 10 ans alors qu’il les dépassait avec un ami le 22 septembre. Lorsque l’ami a demandé au garçon de s’arrêter, l’agresseur et un ami ont attaqué l’enfant noir, le frappant à la jambe avec un scooter et lui cassant le bras en deux endroits.

La Police provinciale de l’Ontario (PPO) a confirmé qu’un enfant « a subi une blessure ne mettant pas sa vie en danger » à la suite de l’attaque. Cependant, comme les enfants impliqués étaient âgés de moins de 12 ans, l’OPP a déclaré qu’ils ne pouvaient pas être accusés d’une infraction pénale.

«Dans ce cas, les jeunes gens impliqués ont neuf et dix ans, selon la déclaration. Cela ne signifie pas qu’aucune mesure ne peut être prise, mais plutôt que des mesures alternatives doivent être explorées.».

Dans une entrevue accordée à la Canadian Broadcasting Corporation, la mère de la victime a déclaré qu’elle était bouleversée par la façon dont la police avait traité l’incident et qu’elle ne se sentait plus en sécurité dans le Canton de Russell.  Une déclaration de la PPO a indiqué que le service ne «tolérait pas le racisme ou les préjugés à quelque égard que ce soit» et qu’il était «déterminé à travailler avec toutes les parties concernées».

«Nous continuons de travailler en collaboration avec nos communautés, les agences de soutien, les groupes de défense et les éducateurs», a indiqué la PPO.

Les membres de la communauté ont exprimé leur soutien à la famille par le biais de lettres, de messages sur les médias sociaux et d’offres d’assistance. Depuis jeudi, les succursales de la Bibliothèque publique du canton de Russell à Russell et à Embrun ont offert aux résidents de déposer des lettres de personnes qui souhaitaient exprimer leur soutien en déposant leurs lettres dans les dépôts de livres.

La directrice générale de la bibliothèque, France Séguin-Couture, a déclaré que les résidents avaient déjà livré 12 lettres entre l’annonce de jeudi après-midi et l’ouverture vendredi matin. «Le conseil d’administration de la bibliothèque soutient cette initiative à 100 %», a-t-elle déclaré.

D’autres résidents avaient prévu une collecte de fonds par tirage au sort, mais elle a été annulée et les dons ont été restitués à la demande de la famille.

Entretemps, les représentants municipaux, provinciaux et fédéraux ont condamné l’attaque et ont appelé à un effort communautaire pour réduire le racisme et les préjugés.

Le maire du Canton de Russell, Pierre Leroux, a dénoncé l’incident et a déclaré que la municipalité n’était «qu’une pièce d’un puzzle beaucoup plus vaste».

«Je veux dire les conseils scolaires, les différents niveaux de gouvernement, les forces de police, les groupes de défense, les services à l’enfance et bien d’autres encore, mais surtout les parents et les membres de la communauté, a-t-il fait valoir. Les enfants apprennent de leurs parents, de leur famille, de leurs voisins et de la société dans son ensemble, alors n’attendez pas de la municipalité, du conseil, de ce nouveau comité ou même de moi-même qu’ils résolvent ce problème seuls ».

Le député fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, a déclaré qu’il était important que chacun joue son rôle.

«Une insulte raciale est contre la loi. C’est contre la Constitution, a-t-il déclaré. En tant que parents et enseignants, nous devons parler aux enfants et leur expliquer très clairement les raisons pour lesquelles nous n’attaquons pas les gens à cause de la couleur de leur peau ou du Dieu qu’ils adorent.»

La députée de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard, a qualifié l’attaque de « vraiment inquiétante » à l’Assemblée législative jeudi.

«Le racisme manifeste, le racisme systémique – cela ne peut être toléré, a-t-elle déclaré. Nous avons besoin d’une intervention. Nous pouvons condamner, nous pouvons dénoncer, mais ce qui importe vraiment, ce sont nos actions. Nous, en tant que leadeurs, devons agir. Notre gouvernement doit agir.»