le Jeudi 11 août 2022
le Jeudi 23 juillet 2020 17:49 Autres - Others

Une carte pour ne pas porter le masque

  photo tirée d'une banque d'images
photo tirée d'une banque d'images
Une affichette circule depuis quelque temps sur les réseaux sociaux. Arborant le logo de la Commission canadienne des droits de la personne, elle affirme que l’obligation de porter le masque est discriminatoire et viole les libertés individuelles.

Depuis le début de la pandémie, les théories complotistes et l’opposition aux mesures imposées ont eu bon train. En fait, pour plusieurs, il s’agit simplement de la plus récente tentative des gouvernements de manipuler la population pour telle ou telle raison. Le sujet avait d’ailleurs été soulevé dans certains de nos journaux en mars.

Voici maintenant qu’une déclaration, imprimable en format carte, vient ajouter de l’eau au moulin. Elle affirme plusieurs choses.

Essentiellement, la carte indique que son détenteur est exempté de l’obligation de porter le masque, car cela est dangereux pour sa santé. Sur cette base, toute entreprise ou organisation qui refuserait l’accès au détenteur de cette carte contreviendrait aux lois canadiennes en matière de droits et de protection des renseignements personnels.

La carte a été conçue de façon à ce qu’on l’associe à la Commission canadienne des droits de la personne (CCDP). Non seulement le logo y figure-t-il, mais le numéro de téléphone de l’organisme public y est inclus, et la déclaration se termine ainsi : «Le refus d’accès à votre entreprise / organisation sera également signalé à la CCDP pour d’autres actions.»

La CCDP a fortement nié toute association avec ce document, et l’a dénoncé comme frauduleuse. De plus, la Commission affirme que l’obligation du port du couvre-visage ne viole pas les lois canadiennes touchant aux droits de la personne.

Calqué sur un document circulant aux États-Unis depuis le mois de juin et qui a été rejeté par les autorités américaines, ce dernier a été largement diffusé dans les réseaux sociaux. En cette ère de fake news et de contrefaçon de la réalité, il est facile de se laisser berner par des publications en apparence légitimes, voire bien intentionnées.