le Mardi 17 mai 2022
le Jeudi 23 juillet 2020 18:40 Autres - Others

La Ville lui offre 1 $ pour son terrain

Alors que tant les défenseurs de la Place du citoyen que ses opposants s’affairent à se faire entendre, une  proéminente femme d’affaires de Brownsburg-Chatham risque de perdre son terrain au profit du stationnement du complexe culturel.

«Il m’a dit “On vient de se rendre compte que le projet va prendre votre terrain.”» C’est à peu près dans ces termes que le 22 janvier 2020 , le directeur général (DG) de Brownsburg-Chatham, Hervé Rivet, a annoncé à Susie Léger que la Ville comptait réquisitionner le terrain derrière l’édifice qui appartient à cette dernière.

Cet édifice, c’est l’ancienne église, sise au 207, rue Principale, qui appartient à Mme Léger et à son entreprise, Géostar, qui y a encore des bureaux. Le terrain à l’arrière est capable d’accueillir une quinzaine de voitures. Selon Mme Léger, le DG lui aurait admis que l’administration avait toujours cru que le terrain était propriété de la Ville.

Mme Léger ne voit pas comment la Ville aurait pu se méprendre sur ce point. Les deux terrains sont délimités par d’énormes roches. Elle a donc demandé l’avis d’architectes sur la situation. Ceux-ci lui auraient affirmé sans hésiter que la valeur de sa propriété chuterait si elle perdait le stationnement attenant. Lors d’une réunion subséquente, le 17 février, M. Rivet lui aurait suggéré d’échanger son terrain contre un autre, situé au coin des rues des Érables et Principale. Or, ce terrain n’appartiendrait pas à la Ville, mais à un entrepreneur privé. Qui plus est, Mme Léger avait déjà l’intention de l’acquérir. Elle ne souhaitait toutefois pas renoncer à son stationnement. « Plus tard, je leur ai proposé de leur louer le stationnement pour 25 ans, à condition qu’on puisse partager les stationnements [le sien et celui de la Place du citoyen]. » Hervé Rivet lui aurait répondu qu’il transmettrait sa proposition au conseil.

Le 24 février 2020, La Ville est revenue avec sa propre offre, par le truchement de M. Rivet. Mme Léger raconte qu’il lui aurait annoncé, visiblement embarrassé que «les membres du Conseil m’ont chargé de vous dire qu’ils vous offrent un dollar». D’abord estomaquée, Mme Léger a ensuite éclaté de rire et lui a répondu que c’était ridicule. «Il m’a dit d’y penser», se rappelle-t-elle.

Une salle de spectacle?

Susie Léger s’explique mal pourquoi la Ville s’apprête à investir d’importantes sommes dans une salle de spectacle, alors qu’elle a présenté un projet semblable il y a trois ou quatre ans à la mairesse Catherine Trickey. Mme Rivet souhaite transformer l’ancienne nef de l’église en salle de spectacle et de réception privée de 130 places. On y trouverait également une boutique de location de costumes.

Outre le fait que la valeur de l’édifice baisserait, Mme Léger croit qu’une future salle de spectacle sans stationnement est impensable. Elle déplore aussi l’attitude de l’administration Trickey devant l’initiative privée. «Je suis une femme de projets», a-t-elle déclaré. «Presque tous mes employés sont de Brownsburg-Chatham.»

Susie Léger a d’autres projets commerciaux en plein centre-ville de la Ville. Elle a fait l’acquisition de l’édifice abritant l’ancienne Caisse populaire, où loge déjà Notreau, ainsi que le bâtiment mitoyen, où déménagera Géostar. Elle compte créer deux espaces commerciaux avec vitrine sur le parc des Vétérans, et s’imagine bien qu’un d’eux pourrait accueillir une boulangerie ou un café. Toutefois, elle se pose des questions sur la possibilité de réaliser de ses projets dans la municipalité. «Si c’est comme ça, comment est-ce qu’ils vont traiter mes projets à l’avenir?»

Au moment de mettre sous presse, la direction de la Ville de Brownsburg-Chatham n’avait pas répondu à nos demandes d’entrevue.