le Mercredi 30 novembre 2022
le Mardi 14 juillet 2020 20:39 Autres - Others

Les commerçants réagissent au port du masque obligatoire

Les commerçants ne sont pas tous chauds à l’idée d’imposer le couvre-visage à leur clientèle, et encore moins à l’idée de faire appliquer la règle, sous peine d’amendes sévères. — photo tirée d'une banque d'images
Les commerçants ne sont pas tous chauds à l’idée d’imposer le couvre-visage à leur clientèle, et encore moins à l’idée de faire appliquer la règle, sous peine d’amendes sévères.
photo tirée d'une banque d'images
Le gouvernement a donc transformé en règle la recommandation de porter le masque dans les lieux publics fermés. Les citoyens devront s’y conformer, mais c’est d’abord aux commerçants de l’appliquer.

Le 1er jour des vacances de la construction, soit le samedi 18 juillet, tous les consommateurs devront porter un couvre-visage dans les commerces intérieurs et autres lieux fermés. Et les commerçants devront exiger qu’ils en portent un. Sinon, des amendes suivront. Pour les commerçants.
Cette décision de pénaliser les commerçants, qui ont pour la plupart vécu un printemps et un été difficiles jusqu’ici, ne plait pas à aucun entrepreneur avec qui nous en avons discuté. Cynthia Gauvin, du Pub Code Rouge, résume la pensée unanime. «Ça n’a aucun sens que ce soit nous qui paie, lance-t-elle, c’est une bonne blague, ça devrait les gens fautifs qui paient!»

Cette décision de pénaliser les commerçants, qui ont pour la plupart vécu un printemps et un été difficiles jusqu’ici, ne plait pas à aucun entrepreneur avec qui nous en avons discuté. Cynthia Gauvin, du Pub Code Rouge, résume la pensée unanime. «Ça n’a aucun sens que ce soit nous qui paie, lance-t-elle, c’est une bonne blague, ça devrait les gens fautifs qui paient!»

« Depuis le 4 mai, je me lave les mains, on applique la distanciation sociale. Si tout le monde avait suivi les directives, on n’en serait pas là! », a déclaré, pour sa part, Monique Ypperciel, propriétaire de Monik Chaussures, sur la rue Principale, à Lachute.

La règle, qui constitue un recul dans le confinement, a été appliquée à la suite de nombreuses éclosions au Québec, dans des circonstances où les consignes sociosanitaires de base n’étaient pas respectées. «On va peut-être devoir fermer parce qu’il y en a quelques-uns qui ne respectent pas les consignes!», a observé Cynthia Gauvin,

Mme Gauvin trouve par ailleurs décourageant que les bars doivent fermer à 1h du matin, et arrêter de servir de l’alcool à minuit. «Nous, on a fait notre part. On a installé les plexiglas, mis des chaises sur la piste de danse [pour la fermer]. C’est aux gens de faire leur part.»

D’autres acceptent davantage la nouvelle règle, comme Pierre Pariseau, de PEP Mode. «J’aime mieux une directive claire plutôt que ce soit laissé à chacun», dit-il. En outre, M. Pariseau dit vendre beaucoup de masques. «On a en vendu extrêmement beaucoup au début, et là, ça s’était calmé, mais ça va reprendre. »

Le port obligatoire du couvre-visage s’appliquera à l’ensemble des commerces, institutions et établissements de la province, y compris les écoles secondaires, collégiales et d’enseignement supérieur.

photo André Farhat