le Mercredi 17 août 2022
le Mardi 14 juillet 2020 20:22 Autres - Others

Le masque obligatoire dans le bus et le train

Le port du couvre-visage est obligatoire dans les transports en commun depuis le 13 juillet, et dès le 27 juillet, suivant une période de grâce de deux semaines, les services de transport collectif refuseront l’accès aux personnes se présentant à visage découvert, sauf exception. — photo André Farhat, archives
Le port du couvre-visage est obligatoire dans les transports en commun depuis le 13 juillet, et dès le 27 juillet, suivant une période de grâce de deux semaines, les services de transport collectif refuseront l’accès aux personnes se présentant à visage découvert, sauf exception.
photo André Farhat, archives
Depuis le 13 juillet, le port du couvre-visage est obligatoire dans les transports collectifs partout au Québec, et donc dans Argenteuil, pour tous les résidents, sauf exception.

Suivant la directive du gouvernement du Québec, le Service des transports de la MRC d’Argenteuil doit imposer le port du couvre-visage à tous ses usagers qui ont 12 ans et plus. Il n’est pas requis, mais fortement recommandé pour les enfants de 2 à 12 ans et les gens aux prises avec des troubles respiratoires, ainsi que les personnes handicapées ou incapables de retirer leur couvre-visage sans aide. Il est toutefois fortement découragé chez les bambins de 2 ans et moins.

Dans Argenteuil, le règlement touchera donc les circuits Argenteuil–St-Jérôme et Carrefour, ainsi que dans les véhicules du Taxibus et du transport adapté, avec les exemptions mentionnées plus haut. Des couvre-visages seront distribués gratuitement aux usagers jusqu’au 26 juillet, après quoi les chauffeurs interdiront l’accès aux personnes à visage découvert.

Le gouvernement de François Legault a en effet prévu une période de grâce qui s’étend jusqu’au 27 juillet. Après cette date, les diverses sociétés, agences et entreprises de transport en commun auront la responsabilité de refuser l’accès aux contrevenants et d’appliquer la règle. « Il n’y aura pas de police, mais on va demander aux gens qui gèrent les sociétés de transport d’interdire l’entrée aux gens qui n’ont pas de masque », avait affirmé le premier ministre François Legault le 30 juin dernier.

Cette décision de faire porter le fardeau de l’application des règles aux transporteurs est semblable à ce que le gouvernement demandera aux commerces dès le 18 juillet. Or, alors que les commerçants pourront recevoir de sévères amendes si des clients sont surpris à visage découvert dans certaines circonstances, aucune réponse n’a été émise quant aux peines que pourraient encourir les propriétaires de services de transport.