le Jeudi 11 août 2022
le Mercredi 6 mai 2020 14:58 Autres - Others

Arrêt des barrages routiers sur le pont du Long-Sault et ailleurs

Depuis le 4 mai, la Sûreté du Québec ne procèdera plus  à des points de contrôle en lien avec l’interdiction de traverser la région sociosanitaire des Laurentides, ce qui inclut Argenteuil. — photo André Farhat
Depuis le 4 mai, la Sûreté du Québec ne procèdera plus  à des points de contrôle en lien avec l’interdiction de traverser la région sociosanitaire des Laurentides, ce qui inclut Argenteuil.
photo André Farhat
La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbaut, a annoncé la fin des points de contrôle de la Sûreté du Québec dans la région sociosanitaire des Laurentides, incluant Argenteuil.

Le 4 mai. C’est la date à laquelle ont été levés les contrôles routiers aléatoires dans entre autres Argenteuil, l’ensemble des Laurentides, de l’Outaouais, à l’exception de Gatineau, et en Abitibi.

Lors du point de presse du 29 avril, la ministre de la Sécurité publique a félicité les Québécois, tout en les appelant à respecter les consignes de santé publique déjà en place. Elle a insisté sur le fait que les gens ne peuvent pas passer de région en région, et devraient se limiter à la région où ils habitent.

Cette annonce suit le moment où de grands pans de l’économie vont redémarrer, le 4 mai également. Évidemment, cette reprise s’accompagne d’un grand nombre de déplacements, auxquels se mêlent des touristes et des personnes possédant des résidences secondaires.

La mise en garde de la ministre de la Santé publique n’a de toute évidence pas été entendue – ou écoutée – par tous. Déjà, le lendemain, des résidents permanents de Grenville-sur-la-Rouge ont indiqué voir une hausse importante de véhicules dans le secteur.

 «On ne va pas se mentir, les barrages ont aidé jusqu’à un certain point, a déclaré le préfet de la MRC d’Argenteuil et maire du canton de Gore, Scott Pearce. Mais on ne peut pas s’attendre à ce que la police puisse arrêter tous ceux qui entrent dans Argenteuil ».

La villégiature, un secteur de risque

Selon Carl Péloquin, maire de Lachute et président du comité de développement économique de la MRC d’Argenteuil, «la population dans Argenteuil durant l’été passe d’environ 30 000 à 55 000 personnes». La villégiature est identifiée par tous, incluant le député fédéral Stéphane Lauzon et la députée provinciale Agnès Grondin, comme un défi majeur dans cette situation.

Avec des entrées tant par le Québec que l’Ontario vers d’autres régions de haute villégiature, Argenteuil demeure pour plusieurs particulièrement poreuse. Et les points de contrôle soulèvent les passions. Selon Agnès Grondin, «il y a autant de gens qui viennent me voir qui sont favorables aux barrages que de gens qui s’y opposent».

Cette arrivée de personnes en provenance souvent de zones chaudes comme le grand Montréal est d’ailleurs un facteur de tension sociale important. Scott Pearce, dont la municipalité de Gore compte son lot de villégiateurs, en est bien conscient. «Ce serait naïf de croire que personne ne va venir à son chalet, et j’ai reçu de nombreux appels de gens impatients de venir s’enfermer dans leur chalet.»

Directives et discipline

Mme Grondin a assuré EAP qu’elle était bien à l’affut de cette situation, et «qu’elle respectera les directives de la Direction de la Santé publique». De ce côté, les règles sont vagues, et il faut rappeler que selon la Sûreté du Québec, «les déplacements dans les mêmes régions sont permis. La circulation entre les régions déconfinées est permise, mais non recommandée.»

Scott Pearce, offre ce message aux villégiateurs : «Faites vos emplettes dans votre ville de résidence. Venez à votre chalet, puis retournez dans votre résidence primaire sans venir dans nos commerces ou installations». Il ajoute que «c’est à nous, dirigeants locaux, de nous assurer qu’ils saisissent bien le message».

Des entreprises qui donnent l’exemple

Par ailleurs, Scott Pearce a applaudi le zèle des commerçants d’ici dans l’application des consignes émises par la Direction de la santé publique. «Les commerçants sont déjà préparés et prêts à ouvrir, a-t-il déclaré. Ils agissent de façon très responsable.»

On peut d’ailleurs voir à l’entrée de la plupart des commerces des tables ou comptoirs de désinfection des mains, et même des rappels de distanciation, au plancher, aux murs et même sur les uniformes.

Avec la réouverture des commerces, les occasions de rapprochements physiques vont se multiplier, et plusieurs diront qu’en agissant de la sorte, les commerçants peuvent aussi aider à freiner la propagation du coronavirus, peu importe d’où arrivent leurs clients.