le Jeudi 11 août 2022
le Mardi 5 mai 2020 18:47 Autres - Others

Les affaires reprennent finalement

Kim Laviolette vient faire la mise au point d'un vélo chez Aventure 78, qui a ouvert à sa nouvelle adresse de la rue Principale le 4 mai, le jour même de la réouverture des commerces non essentiels et du déconfinement des Laurentides. — photo André Farhat
Kim Laviolette vient faire la mise au point d'un vélo chez Aventure 78, qui a ouvert à sa nouvelle adresse de la rue Principale le 4 mai, le jour même de la réouverture des commerces non essentiels et du déconfinement des Laurentides.
photo André Farhat
Il semble presque irréaliste d’ouvrir la porte d’une boutique et entrer pour s’acheter une chemise ou faire la mise au point de son vélo. Et pourtant, c’est ce que les gens commencent à faire sur la rue Principale et un peu partout dans Argenteuil.

« Ça me fait du bien de revenir à ma routine », admet Paul Pariseau, en prenant une bonne bouffée d’air. « Ouvrir le magasin, entrer le matin, c’est dans mon ADN ». Paul Pariseau et Guylaine Quesnel, propriétaires de Mode PEP, sont soulagés de revoir les clients, et à voir le sourire de ces derniers, le sentiment est réciproque. « Moi, je ne vends pas des vêtements, affirme M. Pariseau. Je vends de la joie, de la bonne humeur ».  

À deux pas de là, les propriétaires de la boutique sportive Aventure 78, n’auraient pas pu trouvé meilleure date pour baptiser leur nouveau local. Simon Beauchamp et Monika Charlebois étaient jusqu’à la semaine dernière établis sur la rue Bethany, mais c’est seulement aujourd’hui (le 4 mai) qu’ils ont ouvert sur la Principale. « Quand on a entendu l’annonce le 13 avril que les commerces rouvriraient le 4 mai, on s’est dit qu’il fallait bouger pour prendre ce local ». 

Depuis trois semaines, Aventure 78 offrait ses services de mise au point de vélo sur rendez-vous. Et les affaires ne ralentissent pas, à en juger par la file d’attente qu’il y avait devant le comptoir. « Le plus difficile, indique Monika Charlebois, c’est de s’assurer que les gens respectent les consignes. Il faut qu’on change de mentalité. 

La demande est bonne aussi chez PEP, en particulier dans son service aux entreprises. Et pas nécessairement pour ce qu’on trouve en vitrine. « On a vendu 20 0000 masques à Novabus, et on a une commande pour Orica. »  

photo André Farhat

 

Des précautions aux habitudes  

En effet, dans la plupart des commerces, les échanges ou remboursements ne sont pas permis. Les petits commerçants font donc des pieds et des mains pour assurer la sécurité sanitaire de leurs lieux et marchandises. Chez PEP Mode, on ne lésine pas sur la désinfection. « Les gens peuvent essayer les vêtements dans les cabines d’essayage, explique Paul Pariseau, mais avant de remettre un morceau sur les étalages, on le vaporise de désinfectant pour les tissus. » Qui plus est, les propriétaires de PEP Mode ont commandé un comptoir en acier inoxydable qui accueillera de gros contenants de liquide désinfectant, et qui sera placé à l’avant.  

Chez Aventure 78, on a également mis des autocollants au sol qui indiquent un intervalle de 2 m entre chaque client dans le couloir central.  

Certains diront que ces initiatives que prennent les entrepreneurs sont peut-être une des meilleures façons de maintenir la discipline que les gens tendront inévitablement à oublier lorsqu’ils seront dans les commerces.  

Il demeure qu’un grand pan de l’économie qui reste sur son appétit. « On a bien hâte que nos amis restaurateurs ouvrent, insiste Paul Pariseau, on a un bon mix commercial dans la région. » 

C’est d’ailleurs sur ce mix commercial et tout ce qui s’y rapporte que L’Argenteuil compte se pencher dans les jours et semaines qui suivent.

photo André Farhat