le Jeudi 8 Décembre 2022
le Mercredi 29 avril 2020 16:02 Autres - Others

Marika Gagnon, étoile montante du hockey féminin

Marika Gagnon, une jeune hockeyeuse d’Embrun, rejoindra l’équipe des Aigles Bleus de Monction après avoir obtenu une bourse d’étude à l’Université de Moncton. — photo fournie
Marika Gagnon, une jeune hockeyeuse d’Embrun, rejoindra l’équipe des Aigles Bleus de Monction après avoir obtenu une bourse d’étude à l’Université de Moncton.
photo fournie
Marika Gagnon rejoindra les rangs des Aigles Bleus de Moncton la saison prochaine. Une consécration pour cette jeune hockeyeuse d’Embrun.  

C’est une bourse d’études qui a poussé la jeune étoile du hockey de la région à rejoindre l’équipe de l’Université de Moncton. Cette décision permettra à Marika, 17 ans, de jouer dans une ligue universitaire professionnelle pour quatre ans. «C’est le niveau que je voulais atteindre, et je suis très contente de ce choix», a lancé la jeune dame.

La jeune fille, qui avait une grande admiration pour son frère, un féru du hockey, s’est lancée dans ce sport à un très jeune âge. À seulement cinq ans, elle tirait ses premières rondelles dans le programme d’initiation au hockey «les Timbits».

Ce passetemps devient une passion pour la jeune fille, qui enchaîne les équipes de hockey. «J’ai toujours aimé la compétition. C’est ce qui m’attire le plus dans ce sport», a expliqué Marika Gagnon.

Après avoir passé quelques années dans les équipes de la région, Marika rejoindra les équipes d’Ottawa, plus compétitives à son gout. Elle va faire ses armes à Ottawa Ice, puis l’équipe féminine des 67 d’Ottawa, pour finir son aventure ottavienne chez les Wildcats de Nepean Jr. avec laquelle elle a réalisé une performance impressionnante, réussissant six buts en 16 rencontres.

Depuis quelques semaines, la jeune fille a les yeux rivés sur le Nouveau-Brunswick, plus précisément sur la ville de Moncton où elle entamera des études de psychologie et intègrera l’équipe des Aigles Bleus de l’université pour quatre ans.

«L’équipe a contacté mon coach, on avait une discussion sérieuse sur les options qui s’ouvraient à moi. Après une visite du campus et des installations de l’équipe, j’ai décidé de les rejoindre, a indiqué Marika Gagnon. Je voulais faire mes études dans une université francophone.»

Quant à la mère de Marika, Nadine Gagnon, elle a expliqué que sa fille voulait vivre l’expérience de l’éloignement du cocon familiale. «Ça va m’embêter de ne plus la voir à la maison chaque soir, mais je crois qu’elle fera du bon travail à Moncton», a-t-elle déclaré.

Malgré cette réussite, la jeune fille confie qu’elle est frustrée par rapport aux conditions du hockey féminin. «Il y a une grande différence de perception entre le hockey masculin et féminin. Les gens préfèrent le hockey masculin parce qu’il est plus physique. Notre rôle aujourd’hui est de montrer que le hockey féminin est aussi compétitif», a indiqué Marika.

Cependant, Marika, contrairement à plusieurs de ses homologues masculins, ne veut pas embrasser une carrière professionnelle dans le hockey. «Je veux devenir psychologue. C’est mon but ultime. Je ne veux pas m’accrocher à l’espoir de devenir professionnelle. Je suis consciente que c’est difficile», a indiqué Marika.

«Je suis très fière de ma fille, de son évolution dans le hockey, mais les études restent une priorité pour son futur» a conclu, pour sa part, Mme Gagnon.