le Jeudi 19 mai 2022
le Mardi 14 avril 2020 1:43 Autres - Others

Inondations: faible risque, mais vigilance accrue

Selon toutes les indications, Argenteuil sera touché par des inondations mineures et moyennes en certains endroits. Les autorités régionales et municipales se disent prêtes à toute éventualités, mais prévoient que les niveaux n’atteindront pas ceux de 2019. — photo André Farhat
Selon toutes les indications, Argenteuil sera touché par des inondations mineures et moyennes en certains endroits. Les autorités régionales et municipales se disent prêtes à toute éventualités, mais prévoient que les niveaux n’atteindront pas ceux de 2019.
photo André Farhat
Les inondations dévastatrices des dernières années ont créé un réel traumatisme chez certains citoyens d’Argenteuil. Elles ont aussi augmenté le niveau de vigilance des autorités.

«Selon nos prévisions, on n’entrevoit pas de problématique avec la rivière du Nord, dans le secteur de Lachute », nous a affirmé Carl Péloquin, maire de Lachute et vice-préfet de la MRC d’Argenteuil, le 6 avril dernier. Ces prévisions étaient partagées par les députés Agnès Grondin et Stéphane Lauzon.

«Bonne nouvelle : rien ne nous indique à ce jour que nous aurons une crue printanière comme en 2019 et 2017 », a déclaré M. Lauzon. «On a des experts à la MRC – on est très chanceux – qui suivent ça systématiquement», a déclaré Mme Grondin, parlant du travail de la MRC quant au suivi effectué dans le domaine. La députée provinciale a ajouté que le gouvernement «va mettre sur pied sous peu un comité régional composé d’élus des municipalités touchées pour qu’ils puissent parler des enjeux auxquels ils sont confrontés, notamment dans le cadre d’une pandémie».

À LIRE ÉGALEMENT
Les crues printanières : La MRC est au courant

Sur l’ensemble du territoire, et dans les zones historiquement vulnérables aux crues printanières, on entrevoit des inondations mineures, définie par les autorités comme suit:  « Débit ou niveau à la station hydrométrique, au-delà duquel les premiers débordements peuvent être constatés, notamment dans les champs et routes situés près d’un cours d’eau. Quelques résidences situées sur la rive du plan d’eau peuvent être menacées, isolées ou légèrement inondées.»

photo André Farhat

Des chiffres rassurants

Le 30 mars, L’Argenteuil avait rencontré le maire de Saint-André-d’Argenteuil et président du comité de sécurité publique de la MRC, Marc-Olivier Labelle, afin de discuter des crues printanières qui approchaient. À ce moment, M. Labelle prévoyait que « le débit devrait avoisiner 5500 m3/sec. ».

Le 9 avril, la ville a informé les citoyens que le débit était de 5850 m3/sec. Ces lectures sont effectuées par la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais (CPRRO), qui surveille toute l’année les débits et niveaux d’eau le long de cet important plan d’eau.

En date du 13 avril, la lecture à la jauge de Carillon affiche un débit journalier moyen de 5631 m3/sec., ce qui montre que la baisse a déjà commencé, alors qu’elle allait en s’amplifiant en 2019.

Comme l’observe par ailleurs Stéphane Lauzon, le député fédéral d’Argenteuil–La Petite-Nation, « À cette même date l’an passé, on était au cœur de la crise; le pic était autour du 14 avril, et ç’a été long en 2019 ».

photo André Farhat

Pages Web et poches de sable

Les municipalités de Lachute et Saint-André-d’Argenteuil ont tout de même cru bon de devancer la montée des eaux et ont créé une page consacrée aux crues sur leurs sites Web respectifs. Elles incluent de nombreuses ressources gouvernementales, comme des guides, des liens vers des sites spécialisés et des directives propres à chacune des municipalités, dont l’emplacement de stations pour poches de sable.

L’aide aux riverains en temps de pandémie

 «Comment va-t-on faire pour les poches de sable, ou pour aider les gens inondés à sauver les meubles (littéralement)?» C’est une des premières préoccupations des citoyens.  «C’est le temps de s’aider, et de respecter les consignes, a rétorqué le député fédéral Stéphane Lauzon. Les consignes sont claires (pour les crues) : on doit éviter les rassemblements et se débrouiller seul à notre résidence pour éviter le plus de dommages possible. »

 À Saint-André-d’Argenteuil, la mairie précise que «les citoyens demeurant dans une zone à risque doivent songer à un endroit où ils pourront loger en cas de sinistre, puisque le gouvernement du Québec a annoncé qu’il ne permettra pas l’ouverture de centres d’hébergement pour les sinistrés. L’option d’hébergement en hôtel est envisagée dans le contexte actuel par la Municipalité.»

Le premier ministre François Legault disait dans un récent point de presse que « les beaux jours s’en viennent ». Il est permis d’espérer que nos rivières suivront, elles, un cours tranquille.

photo André Farhat