le Lundi 23 mai 2022
le Jeudi 19 mars 2020 19:33 Autres - Others

Deux cas confirmés dans la région de Prescott et Russell

Dr Paul Roumeliotis médecin hygiéniste au BSEO  a indiqué que le bureau compte ouvrir cinq centres de dépistage de la COVID-19 dans la région afin de prévenir la propagation du coronavirus. Ici Dr Paul Roumeliotis accompagné de Karine Hébert chef des communications du BSEO — photo Ayoub Jlila
Dr Paul Roumeliotis médecin hygiéniste au BSEO  a indiqué que le bureau compte ouvrir cinq centres de dépistage de la COVID-19 dans la région afin de prévenir la propagation du coronavirus. Ici Dr Paul Roumeliotis accompagné de Karine Hébert chef des communications du BSEO
photo Ayoub Jlila
Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) mercredi soir la confirmation d’un deuxième cas de COVID-19 dans la région, moins d’une semaine après l’annonce d’un premier cas le samedi dernier. Il s’agit d’un homme dans la soixantaine, un résident de Prescott-Russell, qui a été évalué le 14 mars 2020. 

À la suite des analyses médicales, l’homme, dont le lieu de résidence n’a pas été dévoilé par le BSEO, a été renvoyé à la maison où il demeure en auto-isolement sous les directives de la santé publique. Il avait de légers symptômes de fièvre, toux et maux de tête, ainsi que des douleurs généralisées. À la fin de la journée du 17 mars, le résultat de son test s’est avéré positif au COVID-19. L’homme était de retour d’un voyage au Royaume-Uni le 11 mars 2020, et qu’il a développé des symptômes plus tard le même jour. Le BSEO a activement entamé le procédé de recherche de personnes avec qui il peut avoir eu des contacts étroits.

« Il fallait s’attendre à la déclaration d’un autre cas confirmé dans la région étant donné la propagation de ce virus dans le monde » a déclaré Dr Paul Roumeliotis, médecin hygiéniste du BSEO.

Le premier cas recensé dans la région est une résidente de Prescott-Russell d’une trentaine d’années, étudiante en sciences infirmières au Collège St. Lawrence de Cornwall. Elle aussi revenait d’un voyage à New York, le 9 mars, quand elle a développé de légers symptômes de toux ainsi que des douleurs généralisées. Le 12 mars, elle s’est présentée à l’urgence de l’Hôpital Glengarry Memorial d’Alexandria.

Centres de dépistage

Le BSEO a tenu, dimanche en fin de journée, une téléconférence afin de donner plus de détails sur ce cas de contamination, mais aussi pour faire une mise à jour sur les mesures prises par le bureau pour contenir la contamination, en raison des nouvelles circonstances. Parmi les nouvelles mesures, l’installation prochaine de nouveaux centres de dépistages de la COVID-19.

Dr Paul Roumeliotis, médecin hygiéniste au BSEO, a expliqué que jusqu’à présent le dépistage est effectué dans les quatre grands hôpitaux de la région, mais rien n’exclut que dans un proche avenir, d’autres centres dédiés au dépistage verront le jour. «Actuellement, les tests sont effectués dans les hôpitaux de la région. On n’a pas encore ouvert ces centres de dépistages, mais nous avons identifié des locaux à travers la région et on les prépare au besoin», a déclaré Dr Paul Roumeliotis. Cependant, le médecin hygiéniste a indiqué qu’il y aura cinq nouveaux centres qui verront le jour dans la région, mais n’a pas donné plus de détails sur leur localisation. «L’installation de ces  cinq centres dépendra des demandes reçues dans les urgences et les centres hospitaliers de la région», a ajouté Dr Roumeliotis.

Le médecin hygiéniste insiste sur le fait que les tests ne sont pas effectués systématiquement à tous, mais il y a un protocole précis à suivre. La décision du test de la COVID-19 est prise si le patient a des symptômes du virus et s’il a voyagé dans un pays étranger les semaines précédentes. «Les personnes doivent se référer à la liste de symptômes avant de se présenter à un centre de prélèvement. C’est très important pour ne pas encombrer nos services», a expliqué Dr Roumeliotis.

Dans un autre volet, Dr Paul Roumeliotis se dit satisfait du travail de communication entrepris jusqu’à présent par le BSEO. «La population a reçu le message de prévention et tous les cas de contamination sont liés à des voyages. Mon but est de contenir et  retarder au maximum la contamination», a conclu Dr Roumeliotis, médecin hygiéniste du BSEO.