le Samedi 21 mai 2022
le Jeudi 5 mars 2020 16:15 Autres - Others

Des agentes de changement au bureau de la députée

Agnès Grondin s’est entourée de trois conseillères de confiance, qui veulent agir en s’attaquant aux enjeux sociaux les plus criants, tout en diffusant les aspects les plus positifs d’Argenteuil. Sur la photo: Agnès Grondin, Désirée Oschwald et Catherine Lapointe. Évelyne Bergeron était absente ce jour-là. — photo André Farhat
Agnès Grondin s’est entourée de trois conseillères de confiance, qui veulent agir en s’attaquant aux enjeux sociaux les plus criants, tout en diffusant les aspects les plus positifs d’Argenteuil. Sur la photo: Agnès Grondin, Désirée Oschwald et Catherine Lapointe. Évelyne Bergeron était absente ce jour-là.
photo André Farhat
Agnès Grondin, la première députée de l’histoire d’Argenteuil, s’est entourée d’un noyau de trois femmes en qui elle a confiance, qui gèrent le quotidien du bureau de circonscription et servent de point de contact critique pour bien des citoyens.

«J’ai regardé mon arbre généalogique du côté de ma mère, a raconté Mme Grondin, et j’ai réalisé que le premier député d’Argenteuil, c’est mon arrière-arrière-arrière-arrière-grand-père.» Sans le savoir, la première femme députée d’Argenteuil consolidait donc l’histoire familiale et régionale en remportant Argenteuil aux élections de 2018.

La biologiste de formation repense à la lignée familiale. «On voit juste des hommes, et mon défi, ça va être de trouver qui sont ces femmes qui les accompagnaient, qui ont porté probablement plein de choses.»

Une association naturelle

Après avoir marqué l’histoire, la biologiste de formation a dû se constituer un bureau de députée. Au sujet de son équipe entièrement féminine, composée d’Évelyne Bergeron, Catherine Lapointe et Désirée Oschwald, Mme Grondin assure qu’elle en est bien heureuse.

«J’en suis ultra fière, mais ce n’était pas prémédité. Je les ai choisies pour leurs compétences, leur savoir-être et d’abord et avant tout leur passion.»

Les parcours de Mme Bergeron et de Mme Lapointe et leur engagement de toujours dans la région en ont fait des choix évidents pour plusieurs.

Dans le cas de Mme Oschwald, qui est responsable des relations avec les citoyens, Mme Lapointe résume ainsi son embauche : «Ç’a été l’entrevue la plus courte de l’histoire des entrevues!»

Mme Grondin admet sans détour qu’elle a été très souvent prise à Québec la première année. «Les filles ont vraiment tenu le fort, ajoutant que leur objectif, c’est d’être des agentes de changement.»

Un combat de toujours

«Je trouve qu’en regardant l’histoire et où on est rendu, ça ne va pas assez vite à mon goût», a affirmé Mme Grondin, en parlant de l’évolution de la place des femmes dans notre société. La députée nuance toutefois la situation. «Tout n’est pas noir, et c’est le message qu’on veut passer.»

Mamans ours

Argenteuil compte sa part d’enjeux sociaux – santé mentale, pauvreté, ou comme Mme Lapointe le dit, «de personnes démunies». Devant des situations héritées qu’elles doivent attaquer de front, la députée et ses conseillères savent que les ressources sont limitées, et par le fait même, les actions qu’elles peuvent poser.

Tant Mme Grondin que Mme Lapointe se comparent à des mamans ours, qui ont à cœur de promouvoir Argenteuil et de défendre ses plus démunis avec empathie et proximité. «Ce combat-là, d’accompagner ou de trouver des ressources pour les personnes les plus vulnérables, on le porte comme femme.»