le Jeudi 26 mai 2022
le Jeudi 20 février 2020 15:24 Autres - Others

Une vedette des GRAMMYs au Chenail

  Cristiana Mandru
Cristiana Mandru
La Voix de Malika Tirolien a rempli d’un air ensoleillé de jazz et de rythmes éclectiques, la petite salle intime du Centre Le Chenail, samedi dernier. Le public était ensorcelé!

«Le concert de ce soir c’est un clin d’œil à Nina Simone. Nina Simone est un emblème de féminisme et d’activisme. Elle représente ce que je respecte le plus chez un musicien: l’intensité, l’originalité, l’activisme et le courage. Comme elle le disait elle-même, les musiciens se doivent d’être les journalistes de leur temps», a raconté Mme Tirolien sur son choix d’interprétation.

De retour de Los Angeles, où elle est allée pour sa nomination aux Grammys d’un second album produit par Bokanté, la chanteuse vedette du groupe est passée au Chenail pour livrer le dernier spectacle de la saison 2019-2020. Le groupe vocal Bokanté était en nomination pour le meilleur album de l’année, What heat.

C’était la première fois qu’elle livrait une performance dans l’Est ontarien, en espérant qu’il y en aura d’autres.

Mme Tirolien est une chanteuse originaire de Guadeloupe. Elle est venue au Canada en 2001 et s’est installée par la suite à Montréal, ville pour laquelle elle a eu un coup de foudre. C’est là qu’elle a fait des études en jazz, à l’Université de Montréal. C’est là qu’elle se sent comme chez elle, c’est là qu’elle élève sa fille de dix ans, ce qui est beaucoup dire pour cette artiste internationale, qu’on a vu en concerts sur six continents et dans 28 pays!

Sa voix a été décrite par The Observer comme «capable à la fois de délicatesse et de force, tout comme d’inflexions hip-hop». C’est incontestablement une très belle voix riche, aux multiples inflexions, qu’on déguste comme un bon vin, en bonne compagnie et dans un endroit plus intime, comme un club de jazz ou un Centre culturel tel Le Chenail.

Ses collaborations musicales

Elle fait partie du groupe Bokanté depuis 2015, date à laquelle Michael League, le chanteur vedette de Snarky Puppy, lui a proposé de collaborer ensemble avec plusieurs de leurs chanteurs préférés et d’être la chanteuse vedette du groupe. Bokanté, ça veut dire échange en créole. Le groupe c’est un échange d’idées et de sons, selon elle.

«La collaboration avec Snarky Puppy, c’est un rêve devenu réalité, a-t-elle affirmé, la joie dans les yeux. Je respectais beaucoup Michael Lead, le fondateur de Snarky Puppy, et j’adorais sa musique bien avant de collaborer avec lui. Le groupe Bokanté, c’est une réponse à tous ces sentiments de division  dans le monde, c’est une manière d’être ensemble pour créer de la belle musique», a-t-elle décrit. Bokanté prouve qu’on peut créer quelque chose qui est beau même si on vient de différentes parties du monde, comme c’est le cas pour notre groupe de musiciens qui viennent de cinq pays et de quatre continents différents», a-t-elle partagé avec le public.

Lors de la soirée, Mme Tirolien était accompagnée par deux musiciens qui font partie de son groupe solo: Philippe Lallier, à la guitare et Jean-Michel Frédéric, aux claviers. Son groupe solo est ensemble depuis 2014.

Elle a débuté la soirée avec deux chansons de cette artiste légendaire qu’est Nina Simone, qu’elle a interprété avec une virtuosité inégalable. Elle a également fait découvrir au public deux de ses tout nouveaux morceaux qui ne sont pas encore parus: le premier, I am ready, qu’elle décrit comme «une façon d’inciter les choses à venir pour lesquelles on se prépare» et le second, A love that will last, les deux appréciés par le public.

La chanteuse a voulu partager une autre chanson avec l’audience, So long ago, parue sur son premier album solo, Sur la voie ensoleillée, chanson qui parle de l’étonnement ressenti devant ces rencontres étranges et merveilleuses avec une personne qu’on sent que l’on a déjà rencontrée dans une autre vie. Ses paroles, We met so long ago, we have so far to go, ont aussi résonné avec l’audience.

Sonorités et sources d’inspiration

Lorsqu’elle réflechit aux sonorités différentes entre ses albums solo, Mme Tirolien caratérise son premier album comme ayant un côté plus ancré, plus ancestral, de retour aux racines, mélange de soul et jazz. En contraste, son deuxième album est plus spirituel, plus cérébral, il y a des sonorités R&B, jazz et soul, high soul, un nouveau style qu’elle a créé, emprunté au R&B, avec beaucoup de synthétiseur. Le premier album représente le coté terre, le second, le coté air. Les deux font partie d’une tétralogie de quatre albums (dont deux restent encore à paraitre) qui unifie les différentes expériences d’une vie, de sa vie.

Son grand succès I’m not the one a séduit toute l’audience. C’est une chanson qui est parue sur l’album Family Dinner de Snarky Puppy, album qui a gagné un GRAMMY. Elle l’a dédié «aux hommes malhonnêtes qui ne respectent pas leurs femmes, en ajoutant: je suppose qu’il n’y en a point ici ce soir». La source d’inspiration pour cette chanson a été une relation inoubliable qui m’a beaucoup appris mais qui m’a aussi beaucoup fait souffrir», selon la chanteuse.

Enfin, Mme Tirolien a enchaîné avec Réparasyon, une chanson au titre clair, qui est apparue sur l’album What heat, nommé aux GRAMMYS 2020. En tant que descendante et victime du colonialisme, elle plaide pour que des mesures soient prises. L’exemple illustré dans la page web du groupe Bokanté c’est le monument commémoratif, en Guadeloupe, pour lequel les français ont dépensé des millions de dollars en guise d’excuse, geste ayant provoqué tout un émoi sur l’ile. Elle chante alors: Tout ce que vous avez à faire, c’est de me donner mon argent, mon histoire, mon indépendance et de me payer maintenant. C’est elle-même qui a écrit les paroles et la musique pour la chanson en utilisant un rythme folklorique de son ile appelé gwo-ka, en le  mélangeant avec de nouveaux accords.