le Mardi 17 mai 2022
le Jeudi 20 février 2020 13:43 Autres - Others

Cédrick Guindon, fier de représenter son pays

Cédrick Guindon is the second Rockland native to win an Olympic medal, a source of pride for his parents, Alain Guindon and Guylaine Meloche, and for his hometown, Rockland — Supplied photo
Cédrick Guindon is the second Rockland native to win an Olympic medal, a source of pride for his parents, Alain Guindon and Guylaine Meloche, and for his hometown, Rockland
Supplied photo
«J’étais le seul hockeyeur de Prescott Russell. Je représentais mon pays, mais aussi je portais les couleurs de ma région et de Rockland, c’est une fierté pour moi.»

À seulement 15 ans, Cédrick Guindon fait la fierté de sa famille et de sa communauté. Depuis quelques jours, il est le sujet de toutes les discussions. Son exploit: il est devenu médaillé olympique avec l’équipe nationale de hockey du Canada, lors des Jeux olympiques de la jeunesse de Lausanne en Suisse.

«Je me sens dans un rêve. Je ne réalise toujours pas ce qui m’arrive. Je regardais la médaille et je n’en croyais pas mes yeux», a déclaré Cédrick Guindon.

Cédrick a brandi fièrement sa médaille lors de son sacre à la Vaudoise aréna à Lausanne en Suisse, après avoir marqué deux buts donnant ainsi la victoire à l’équipe nationale canadienne lors du match face à la Finlande aux Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver 2020. «J’ai marqué deux buts, mais c’est l’effort de toute une équipe extraordinaire», a indiqué Cédrick.

L’histoire de ce jeune de 15 ans commence avec un appel téléphonique, début décembre 2019, l’invitant à porter le chandail du Canada pour les Jeux olympiques de la jeunesse. «Quand j’ai reçu l’appel, je ne m’attendais pas à ça. Je sentais que j’étais en train d’accomplir quelque chose de gros», a rétorqué Cédrick.

 «Quand il a reçu l’appel, sa mère et moi étions à ses côtés, a ajouté son père, Alain Guindon. Nous avons vu ses mains trembler. Nous avons vu l’émotion le submerger et nous avons su qu’il allait représenter le Canada.»

Le hockey dans le sang

Issu d’une famille d’artistes, rien ne destinait Cédrick à devenir une étoile du hockey. Très jeune, il est fortement attiré par cette discipline, grâce à son grand frère, «un mordu du hockey», a lancé M. Guindon.

 «Il pleurait quand son frère perdait un match. Il montrait très jeune un amour fou pour le jeu», a rappelé Guylaine Meloche, la mère de Cédrick.

«À seulement deux ans, il dormait avec ses gants de hockey. Il pleurait s’il ne pouvait pas dormir avec son casque», a ajouté son père.

 Depuis, le jeune ne dort plus avec son casque, mais il ne se sépare plus de son bâton de hockey. «C’est un garçon très discipliné, il s’entrainait pendant des heures. Ça a commencé près du garage de la maison et après à l’aréna de Rockland. C’est beaucoup d’investissement pour nous, mais heureusement, des amis nous ont aidés», a ajouté le père de Cédrick.

Travail et engagement

«On ne réalise pas l’ampleur de l’évènement, et même aujourd’hui, nous sommes presque dans un rêve, a révélé Mme Meloche. Mais tout ce qui arrive c’est grâce à son travail et son engagement», a-t-elle ajouté, toute fière de Cédrick. En plus de ses exploits sur la glace, Cédrick est un bon élève en classe, ses notes sont bonnes et il veut poursuivre une carrière professionnelle en hockey sans perdre de vue ses études. Entre les cours et les entrainements de hockey, il arrive à cumuler trois emplois à mi-temps.

«Je travaille comme pizzaiolo. Je garde ma cousine autiste et j’entraine les jeunes au hockey à l’aréna de Rockland», a souligné fièrement Cédrick. «C’est un garçon responsable. Il sait que le hockey nous coute cher et il essaye de nous aider», ajoute sa mère.

Le jeune Cédrick garde la tête sur les épaules. Il veut entamer les cours normalement et veut continuer à vivre comme avant sa consécration. Mais le jeune hockeyeur caresse un rêve, celui d’intégrer la ligue professionnelle de hockey et pourquoi ne pas porter une nouvelle fois le chandail de l’équipe du Canada dans les prochains Jeux olympiques.