le Mercredi 25 mai 2022
le Jeudi 6 février 2020 18:41 Autres - Others

Monique Bergevin, une artiste autodidacte est née!

«Un artiste, c’est quelqu’un de passionné par ce qu’il fait. Dans mon cas, je le suis depuis des années et je compte développer mon style artistique avec le temps.»

C’est avec ses quelques mots que
Monique Bergevin décrit, selon elle, la définition de l’artiste. Cette femme
originaire de Casselman, qui a renoué avec un rêve d’enfance, trace son chemin
dans le paysage artistique de la région avec beaucoup d’assurance et beaucoup
de talent. Ses toiles, exposées dans des dizaines d’expositions artistiques,
essentiellement dans Prescott Russell, évoquent une sensibilité et une douceur
qui reflètent cette peintre autodidacte.

«Je n’ai pas de style précis, mais d’après les artistes que je côtoie, mon style va se développer avec le temps, quoique j’ai une préférence pour l’abstrait et le semi-figuratif», a décrit Mme Bergevin.

Née dans une famille de producteurs laitiers à Casselman, elle est la cadette d’une fratrie de 11. Elle considère sa ville natale comme un des endroits les plus paisibles. «Nous n’étions pas riches, il fallait donc être innovateur dans tout, dans nos jeux, nos habits, etc. C’est peut-être là que j’ai développé ma créativité», a confié Mme Bergevin.

Très jeune elle sera en contact avec le monde artistique à travers son père. «Pour m’endormir, mon père avait l’habitude de me jouer du violon, et j’aimais tellement ça».

La fibre artistique, elle l’a eu à travers sa mère qui était attentionnée à son égard. «Ma mère devait inventer à chacun de nous une tenue, et elle était très créative pour nous coudre des vêtements, c’était une femme qui ne manquait jamais d’imagination», a-t-elle ajouté.

Carrière

Très jeune, elle décide de quitter l’école pour travailler pour une société d’assurance dans la région, «une décision que j’ai prise sur un coup de tête, » a lancé Mme Bergevin.

Après quelques années, elle retourne sur les bancs de l’Université Carleton et à l’Université du Québec pour étudier en Gestion du changement. Cette jeune retraitée a fait carrière, en grande partie, au gouvernement fédéral, dans le domaine des ressources humaines et de l’éducation des cadres.

Le déclic

Cette passionnée d’histoire abordera le domaine de la peinture artistique à la suite d’un concours de circonstances magiques. «En prenant ma retraite, je voulais étudier l’histoire, mais c’était un peu tard pour m’inscrire. Comme il y avait des cours de peinture disponibles, j’ai donc décidé de renouer avec ce rêve d’enfance, devenir artiste peintre», a-t-elle expliqué. Je n’avais pas beaucoup d’expérience dans ce domaine, les cours m’ont beaucoup aidé à forger ma personnalité artistique. Il faut dire que j’ai eu une professeure formidable, Nathalie Frénière, une artiste avec beaucoup de talent, pour laquelle j’ai beaucoup d’admiration», a ajouté l’artiste.  

Depuis 2010, Mme Bergevin a découvert un réel engouement pour la peinture. Passionnée par la nature et l’histoire, ses voyages à travers le monde, notamment en Europe, en Asie et en Amérique, lui fournissent l’inspiration pour créer ses œuvres. Ses tableaux évoquent des souvenirs et quelquefois des rêves permettant au spectateur une constante découverte et interprétation de son art.  À travers ceux-ci elle exprime la beauté du moment présent.

Artiste sensible

      Fervente de l’art figuratif et de l’art abstrait, elle a donc développé son approche afin d’imbriquer ces deux styles. «Toutefois, la beauté de l’art, c’est que je suis  souvent guidée par l’émotion du moment présent, ce qui libère la créativité en moi», a-t-elle confié en montrant ses toiles. Madame Bergevin arrive à traduire ses émotions et ses sentiments dans des œuvres superbes, démontrant ainsi que les créations sont en harmonie avec son cœur et son âme. Maitriser l’art visuel devient pour elle une source intarissable de création et de défis qu’elle aborde avec détermination.

Doucement, mais surement

     «Il m’arrive de frapper les murs si je n’arrive pas à exprimer quelque chose sur mes toiles», a déclaré Mme Bergevin. Cette artiste en herbe, désireuse de perfection, a développé son approche artistique en imbriquant deux styles. À travers l’expérimentation et en suivant ses émotions dans l’instant de la création, elle arrive à produire des peintures magnifiques. «Une toile peut me prendre quelques heures ou quelques semaines, cela dépend de moi et de ce que je veux exprimer», a-t-elle expliqué.

       Mme Bergevin trace son chemin dans la peinture artistique avec beaucoup de confiance. Depuis ses débuts elle a participé à diverses activités et initiatives liées aux arts visuels. Elle a participé à plus de 23 expositions, d’abord à l’exposition collective Manoir Portobello à Orléans en 2010, où elle a fait ses premiers pas, à la bibliothèque publique de Saint-Albert et à la Galerie virtuelle du CAPRAC, fin 2019. Sa plus grande fierté est une toile exposée dans le bureau de la Municipalité de Casselman.