le Mercredi 17 août 2022
le Mercredi 5 février 2020 19:48 Autres - Others

ROMA: assaly fait une évaluation prudente

La mairesse Assaly n’est pas repartie les mains vides de la conférence annuelle de la ROMA (association des municipalités rurales de l’Ontario), mais selon elle, les sujets abordés le sont déjà sur plusieurs autres plateformes.  — photo André Farhat
La mairesse Assaly n’est pas repartie les mains vides de la conférence annuelle de la ROMA (association des municipalités rurales de l’Ontario), mais selon elle, les sujets abordés le sont déjà sur plusieurs autres plateformes.
photo André Farhat
La mairesse de Hawkesbury, Paula Assaly, a fait une évaluation positive, mais prudente de son passage à la conférence annuelle de la Rural Ontario Municipal Association (ROMA), qui avait lieu à Toronto du 19 au 21 janvier.

«Le premier ministre Doug Ford a fait un discours sur la disponibilité de fonds et de subventions, et c’était assez positif», a affirmé prudemment Mme Assaly. La Ville de Hawkesbury, à l’instar d’autres municipalités de la province, voire du pays, dépend d’enveloppes extérieures pour mener à terme plusieurs projets.  

La Ville y a envoyé deux délégations. Une des délégations avait comme objectif d’aborder deux dossiers avec des représentants du ministère de l’Infrastructure: le remplacement du système de réfrigération de l’aréna du Complexe sportif Robert-Hartley, dont dans le dernier budget à 1,4 million de dollars, et le renforcement du mur de soutènement du ruisseau Mill. 

L’autre délégation a fait approuver par le ministère des Transports, la demande faisant du boulevard du Chenail une route de raccordement avec la route 17. Le boulevard du Chenail relie le Pont du Long-Sault avec la rue McGill, qui croise la route 17 à l‘extrémité sud de Hawkesbury. 

«Les gens des ministères des Transports et de l’Infrastructure connaissent bien nos dossiers, a déclaré la mairesse. J’ai confiance.»  

Est-ce que ça vaut le détour? 

«Il y a beaucoup de répétition, a reconnu Mme Assaly. Vous savez, il faut vraiment choisir les réunions où l’on va. Il y a d’autres conférences, comme celle de l’Association des municipalités de l’Ontario (AMO). On y reçoit amplement de publications et d’information. Je crois que ça vaut la peine aux deux ans.»  

La mairesse compare ces évènements avec les déjeuners du maire qu’elle affectionne, «Je m’y plais beaucoup. Les gens du coin sont là pour poser des questions dans une ambiance décontractée.»