le Vendredi 9 Décembre 2022
le Jeudi 30 janvier 2020 4:11 Autres - Others

35 ans au service de la culture

Dominique Legault n’est pas née de la dernière pluie des employés de la Ville de Lachute. Elle a géré pendant 35 ans la salle d’exposition et continue d’exercer bien d’autres activités importantes.

Il y a quelques semaines encore, on la voyait monter les expositions à la Maison de la culture, à l’hôtel de ville. La tâche revient désormais à la Route des Arts. Elle en garde de très bons souvenirs après avoir passé plus de trois décennies à tâter, à apprécier, à admirer, à aimer, à disposer, à accrocher et à mettre en valeur une kyrielle d’œuvres d’art venues d’un peu partout.

«On faisait huit expositions par année en moyenne, même les premières années on en faisait en janvier et décembre, se souvient Mme Legault. J’ai présenté autour de 300 expositions.»

Une histoire que la régisseure culturelle n’est pas prête d’oublier est celle d’une artiste américaine. «J’en ai une, en 1990, dont les œuvres sont arrivées par avion de New York et sont retournées par avion à New York. C’était une dame qui avait exposé et elle ne s’est jamais présentée ici. Elle avait envoyé toutes ses choses par avion. Je ne me souviens plus comment on lui avait retourné les œuvres. Elle avait payé probablement pour le transport et tout était emballé. J’ai eu des gens d’un peu partout qui ont exposé au fil des ans, mais c’est sûr qu’on favorisait les gens de la MRC d’Argenteuil. On a rencontré des personnalités différentes, j’ai vraiment aimé ça.»

Diffuseuse de spectacles

Dans l’exercice de ses fonctions, Mme Legault, qui est dans sa 61e année, a été aussi diffuseuse de spectacles de 1987 à 1997. Elle régnait sur les spectacles à la polyvalente Lavigne, où elle a vu défiler sur scène Michael Rancourt, Richard Séguin, Marc Dupré, Patrick Norman, Vilain Pingouin, Les BB, Luc De Larochellière, Guy Jodoin et bien d’autres artistes. En dix ans de diffusion de spectacles, elle en a vu et en a entendu.

«Michaël Rancourt, lui, faisait des imitations et il est arrivé pour chanter en avant, a-t-elle raconté, tout amusée. À la deuxième imitation, il perd la voix. La salle était pleine, 583 personnes dans la salle. Il ne peut plus faire le spectacle. Là il me dit: ‘Je ne peux plus’. Et il faut que j’aille en avant et dire qu’on ne peut plus faire le spectacle, et qu’on va remettre à plus tard.»

Les BB, avec le regretté Patrick Bourgeois, ont aussi marqué la scène culturelle lachutoise. «Les BB, quand ils sont arrivés pour se brancher dans le mur, le voltage n’était pas suffisant, a narré Mme Legault. Il a fallu appeler Hydro-Québec pour faire monter le voltage sur l’avenue Argenteuil. Sinon ils s’en allaient et ils ne faisaient pas le spectacle. C’était des imprévus tout le temps.»

Études en garderie

Avant d’intégrer la Ville de Lachute, Dominique Legault a étudié au Cégep de Saint-Jérôme en Techniques de garde. Elle a travaillé à la garderie des Bons Amis à Lachute durant quatre ans et demi, et donnait entretemps, les fins de semaine, des cours de musique, de chants et de danse aux petits au Centre culturel.

«Quand le poste de régisseur culturel s’est ouvert, je l’ai obtenu vu que je donnais déjà des cours, a-t-elle rapporté. Je suis rentrée en janvier 1985 en tant que régisseure culturelle. Au début, je m’occupais du Salon des artisans l’hiver, un peu comme la Foire de Noël, mais un peu plus petit. Une vingtaine d’artisans étaient là. Je m’occupais aussi des expositions d’artistes, des cours culturels et du camp de jour. Mais à l’époque cela ne s’appelait pas ainsi.»

La régisseure culturelle n’a commencé à organiser les conférences et à faire des animations pour la bibliothèque qu’après la construction de celle-ci en 1991. «Je m’occupe de tous les cours culturels à la Ville. C’est moi qui organise les conférences, l’arrivée des auteurs, les spectacles, les ateliers pour enfants, a-t-elle résumé. Il s’agit de la programmation culturelle, des activités comme les Clubs de lecture, j’organise tout ça. En 2018, j’avais près de 175 activités dans la ville.»