le Samedi 28 mai 2022
le Mercredi 22 janvier 2020 19:26 Autres - Others

Les côtés méconnus de l’Alzheimer

Différence entre le déclin des capacités cognitives dans la maladie d’Alzheimer et dans la démence vasculaire, causée par des vaisseaux brisés ou bouchés. —tableau André Farhat
Différence entre le déclin des capacités cognitives dans la maladie d’Alzheimer et dans la démence vasculaire, causée par des vaisseaux brisés ou bouchés. —tableau André Farhat
Nous avons presque tous connu, dans nos familles, un membre qui a souffert de démence ou d’une maladie dégénérative connexe. Ces hommes ou ces femmes, autrefois des enseignants, des manœuvres, des électriciens, des architectes, des commis de bureau, des ingénieurs, des auteurs… nos pères, nos mères… devenus le reflet de qui ils étaient autrefois.

Pour janvier, le mois de sensibilisation à la maladie d’Alzheimer, le docteur Judes Poirier, directeur du Programme de recherche sur le vieillissement, la cognition et la maladie d’Alzheimer, au Centre de recherche Douglas à Montréal, a aimablement consenti de parler de ce fléau de la société occidentale, pour le démystifier.

«D’un point de vue tant socioéconomique que strictement inquiétudes personnelles dans la population, la maladie d’Alzheimer est devenue la première sinon la deuxième des plus importantes causes d’inquiétude, d’après le docteur Poirier. D’un point de vue purement statistique, on vit de plus en plus vieux en Occident, mais aussi à l’extérieur. L’espérance de vie ne cesse d’augmenter au fil des décennies.»

photo fournie

Selon des statistiques effectuées par la firme Gallup aux États-Unis, il y a quelques années, les maladies qui terrifiaient le plus étaient le cancer, au premier rang, suivi par la maladie d’Alzheimer et ensuite les maladies cardiaques et les AVC. Cependant, pour une démographie plus âgée, de 55 ans ou plus, c’est l’Alzheimer qui occupe la première place, suivie du cancer et des maladies cardiaques.

Globalement, en 2018, on estime que les frais directs et indirects engendrés par la maladie d’Alzheimer à l’économie mondiale ont dépassé 1 trilliard (1000 milliards) de dollars US, un chiffre impensable, remarque Dr Poirier. Ce ne sont pas seulement les malades, mais aussi leurs familles, leurs aidants naturels qui doivent s’absenter ou même arrêter de travailler pour en prendre soin.

De plus, l’espérance de vie a presque doublé au cours des deux derniers siècles. Tandis qu’au XIXe siècle elle se situait à 45 ans (donc des risques nuls de développer la maladie à ce moment-là), à présent, elle a augmenté à 82-83 ans, tout en gagnant deux-trois ans d’espérance de vie tous les 10 ans, selon Dr Poirier.

Au Canada, 750 000 personnes souffrent présentement de la maladie d’Alzheimer. On estime qu’en 2050, il y aura entre 1,5 à 1,7 million de nouveaux cas d’Alzheimer, de ce fait des augmentations de 100%.

Alzheimer versus d’autres types de démences

Pour comprendre un peu mieux l’Alzheimer, il faut noter que c’est une des maladies dans la grande famille des maladies associées à la démence cognitive, la plus importante d’ailleurs, avec 60-65% des cas. Le reste des 35% se divise en d’autres types de démences, parmi lesquelles la démence vasculaire (15%), la démence fronto-temporelle, la démence à corps de Lewy, la démence de Creutzfeldt Jakob (apparentée à la maladie de la vache folle) ou bien d’autres formes de démences mixtes.