le Samedi 21 mai 2022
le Mercredi 18 Décembre 2019 16:10 Autres - Others

Fraude de la carte-cadeau : un nouveau classique

  photo André Farhat
photo André Farhat
Les cartes-cadeaux évoluent. Les tactiques des fraudeurs aussi. Mais comment un produit en apparence aussi simple peut-il nous créer tant de complications ? Voyons comment les arnaqueurs s’y prennent.

« C’est un phénomène de plus en plus important », a déploré Mario Gratton, de la Police provinciale de l’Ontario (PPO). Les cartes-cadeaux sont partout et elles sont très pratiques : on peut souvent en fixer le montant, et transférer le solde de la plupart de celles émises par les compagnies de cartes de crédit comme Visa. Avec autant d’options et une pression grandissante à offrir des cadeaux sur mesure, il n’est pas surprenant qu’elles soient aussi populaires.

Pourtant, bien des gens ignorent les restrictions à leur usage. C’est sur cette méconnaissance de leur fonctionnement que les fraudeurs jouent.

Quel est le lien entre Revenu Canada et Google Play ?

Il n’y a aucun lien entre l’Agence du revenu du Canada (ARC) et Google Play, iTunes ou tout autre service du genre. Mais alors, pourquoi en parler ? En raison de fraudes très courantes – et surprenantes – qui ont cours depuis quelques années.

Par exemple : vous recevez un appel (prétendument) de l’ARC. On vous informe que vous avez un solde impayé qu’il faut acquitter sans attendre! Le ton de l’agent monte et il se fait menaçant. Un sentiment d’urgence s’empare de vous. La personne vous dit d’aller acheter des cartes-cadeaux et de lui transmettre les codes d’activation sur-le-champ. Sous le stress, vous collaborez.

Première leçon à retenir : aucune institution sérieuse ne vous demanderait de régler un solde dans les 24 heures, et encore moins avec des cartes-cadeaux. Comme le répète Mario Gratton : « La nuit porte conseil. Avant de suivre les instructions de quiconque quand vous êtes sous pression, prenez le temps d’y réfléchir, et d’en discuter avec d’autres. »

Méfiez-vous des apparences

Certains fraudeurs vont littéralement dans les commerces copier le code d’activation des cartes sur présentoirs. Quelques heures ou jours plus tard, ils vérifient si elle est activée, après quoi ils s’en servent – aux frais de l’acheteur. Si les codes sont cachés par une bande adhésive, ils l’enlèvent méticuleusement, copient le code et replacent la carte sur le présentoir, le plus souvent à l’avant de la rangée.

Deuxième leçon : ça semble bête, mais il ne fait pas prendre la première carte sur le présentoir. Il est préférable d’en piger une dans le milieu de la rangée de cartes et de la vérifier. Il est préférable d’acheter ses cartes chez un détaillant de confiance. Qui plus est, il est conseillé de vérifier que le code d’activation sur la carte correspond à celui inscrit sur la facture que l’acheteur conservera, bien entendu.

Finalement, si vous devez communiquer avec un service de carte-cadeau, faites-le en privé. Certains arnaqueurs vous proposent de racheter vos cartes et insistent pour vérifier le solde lors d’un appel à trois. Ils copient alors le code d’activation que vous devez dicter.

À retenir : les cartes-cadeaux sont un beau présent, mais elles viennent avec leur lot de précautions.

Avez-vous été vous-même victime ou presque d’une fraude du genre ? Connaissez-vous quelqu’un qui l’a été ? Il est important d’en informer les services policiers au 1-888-310-1122 ou le centre antifraude du Canada à www.antifraudcentre-centreantifraude.ca.