le Mercredi 30 novembre 2022
le Jeudi 12 Décembre 2019 15:11 Autres - Others

2020 sera-t-il l’année d’Internet haute vitesse dans la MRC?

La collaboration des propriétaires des poteaux (Bell, Hydro-Québec et Vidéotron) est nécessaire pour que le premier déploiement de la fibre optique soit nécessaire en 2020 dans Argenteuil, selon Marc Carrière, directeur général de la MRC.  — photo Frédéric Hountondji
La collaboration des propriétaires des poteaux (Bell, Hydro-Québec et Vidéotron) est nécessaire pour que le premier déploiement de la fibre optique soit nécessaire en 2020 dans Argenteuil, selon Marc Carrière, directeur général de la MRC.
photo Frédéric Hountondji
La fibre optique pourrait être déployée dans la MRC d’Argenteuil dès l’année prochaine.

« Le projet chemine très bien, a déclaré Marc Carrière, directeur général de la MRC, lors de la présentation du budget 2020 de l’institution. Mais pour qu’il chemine encore mieux, ça nous prend la pleine et entière collaboration des propriétaires de structure de soutènement, donc des propriétaires des poteaux. »

M. Carrière a précisé que ce déploiement dépendrait de la collaboration de Bell et d’Hydro-Québec qui possèdent 99% des poteaux ainsi que de Vidéotron qui en a 1%.  « Si tout va comme prévu et si on a la collaboration des propriétaires de structures de soutènement, on pense être en mesure de faire le premier déploiement de la fibre optique en 2020. »

Nouvelles subventions nécessaires

La MRC entend donner accès à Internet haute vitesse à ses résidents vivant dans les milieux ruraux. Ce sont notamment plus de 4000 foyers qui sont concernés dans la partie nord de la MRC.

Pour la réalisation du projet, un organisme à but non lucratif du nom de Fibre Argenteuil Inc a été mis sur pied en mai dernier, et pour lequel de nouvelles ressources ont été embauchées. M. Carrière a affirmé que le projet avance normalement suivant le cadre financier établi et le plan prévu.

M. Carrière a souligné que la MRC a fait parvenir la semaine dernière au gouvernement du Québec, une demande de subventions en vue de desservir 15% du territoire qui n’avait pas été visés par les subventions annoncées en 2017.

 « L’objectif des maires, c’est que l’ensemble du territoire puisse être desservi et pour atteindre cet objectif-là, il est évident que ça prend des subventions du gouvernement du Québec et les maires s’y attachent de façon prioritaire », a déclaré M. Carrière.