le Mardi 17 mai 2022
le Jeudi 14 novembre 2019 16:53 Autres - Others

À la mémoire du caporal Patrick Lormand

À Chute-à-Blondeau, à côté de l'église Saint-Joachim, le caporal Patrick Lormand repose pour l'éternité. Le résident de Hawkesbury Est a payé le prix ultime il y a 10 ans, alors qu'il servait dans l'unité des Forces armées canadiennes affectée à la coalition de l'Alliance contre la dictature des talibans en Afghanistan. Famille, amis et autres membres de la communauté de Hawkesbury Est ont honoré sa mémoire lors d'un service spécial durant la fin de semaine du 10 novembre.  — photo Gregg Chamberlain
À Chute-à-Blondeau, à côté de l'église Saint-Joachim, le caporal Patrick Lormand repose pour l'éternité. Le résident de Hawkesbury Est a payé le prix ultime il y a 10 ans, alors qu'il servait dans l'unité des Forces armées canadiennes affectée à la coalition de l'Alliance contre la dictature des talibans en Afghanistan. Famille, amis et autres membres de la communauté de Hawkesbury Est ont honoré sa mémoire lors d'un service spécial durant la fin de semaine du 10 novembre.
photo Gregg Chamberlain
Répandez l'amour. Ces trois mots complètent la gravure sur la pierre tombale du caporal Patrick Lormand, un résident de Hawkesbury Est, qui a fait le sacrifice ultime comme membre des Forces arm ées canadiennes.

 Il y a 10 ans, le caporal Lormand est décédé pendant sa période de service en Afghanistan. Il faisait partie d’une des unités des Forces armées canadiennes affectées à la coalition de l’Alliance contre la dictature talibane.

photo Gregg Chamberlain
photo Gregg Chamberlain
photo Gregg Chamberlain

Le sergent Daniel Bizier se souvient de Patrick Lormand comme d’un Canadien typique, « qui aimait aller chez Tim Hortons » et passer du temps avec sa famille et ses amis. Le sergent Bizier était le conférencier invité lors d’un service spécial, le dimanche 10 novembre, à l’église Saint-Joachim de Chute-à-Blondeau, à la mémoire du caporal Lormand et d’autres anciens combattants canadiens, passés, présents et futurs, et aussi pour honorer la mémoire de ceux qui sont morts dans le cadre du jour J du débarquement en Normandie, il y a 75 ans.

Les bancs de l’église étaient tous remplis ce jour-là, et l’église elle-même était décorée de milliers de coquelicots tricotés à la main, grâce au Cercle de fermières. Le groupe a également offert à la famille Lormand une courtepointe spécialement conçue à la mémoire de leur fils.

Les piliers recouverts de coquelicots, ainsi que ceux qui encadrent le mur extérieur autour de l’entrée principale, de la pelouse et des arbustes à l’avant, ont servi à rappeler aux participants les mots que le lieutenant-colonel Robert Service a écrits, il y a plus d’un siècle, quand il a écrit ce qui est devenu le plus célèbre poème de guerre de tous, Au champ d’honneur.

« Reprenez notre querelle avec l’ennemi: Nos bras meurtris vous tendent le flambeau. Si vous trahissez notre foi, à nous qui mourons, nous ne trouverons jamais le sommeil, bien que les coquelicots poussent dans les champs de Flandres.

« Leurs rêves sont devenus vos lendemains, a déclaré le maire Robert Kirby du canton de Hawkesbury Est. Tout ce qu’ils demandent, c’est qu’on n’oublie jamais. »

« Aujourd’hui, nous nous souvenons d’eux », a déclaré le député Francis Drouin.