le Dimanche 27 novembre 2022
le Jeudi 7 novembre 2019 16:28 Autres - Others

Punaises de lit au CHSLD, une première au CISSS

La présence de punaises de lit dans un centre hospitalier, comme ce qui a été vu à Lachute, serait une première dans tout le CISSS des Laurentides.  — photo Frédéric Hountondji
La présence de punaises de lit dans un centre hospitalier, comme ce qui a été vu à Lachute, serait une première dans tout le CISSS des Laurentides.
photo Frédéric Hountondji
La présence de punaises de lit dans un Centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), comme ce qui a été vu à Lachute, serait une première au CISSS des Laurentides, a affirmé le centre.

« Il s’agit du premier évènement de cette ampleur auquel est confronté le CISSS », a réitéré Bianca Desrosiers, agente d’information au Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides. L’organisation examinait encore la semaine dernière la source du problème. « La source de l’infestation est bien souvent inconnue, a reconnu, dans un premier temps, l’équipe des communications et des relations publiques de la Direction des affaires corporatives, des affaires juridiques et des communications du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides dans un courriel expédié à L’Argenteuil. Nous tentons toujours d’en identifier la source. Mais nous savons que les punaises ont été introduites dans l’unité par une personne qui avait des larves sur ses vêtements. »

À  LIRE AUSSI
Punaises de lit à l’hôpital de Lachute

Pas à l’hôpital de Lachute

Mme Desrosiers a tenu à préciser que les insectes n’ont pas été aperçus à l’hôpital de Lachute. Ils ont plutôt été découverts à l’Unité du Pavillon au Centre multiservices de santé et de services sociaux d’Argenteuil.

« Le personnel soignant de l’Unité du Pavillon au Centre multiservices de santé et de services sociaux d’Argenteuil a effectivement retrouvé un insecte s’apparentant à des punaises de lit vendredi dernier (25 novembre), a-t-elle formulé le 1er novembre. Dès que la présence de cet insecte a été suspectée, des démarches ont été entreprises. D’autres insectes ont aussi été retrouvés ailleurs sur l’unité. Quatorze résidents présentent actuellement des lésions. L’unité a donc été placée en quarantaine. »

Celle-ci a reçu la visite d’un exterminateur qu’il ne nous a pas été permis de voir lors de notre passage. « Toutes les mesures sont prises auprès de la clientèle et des employés pour assurer la sécurité de tout un chacun, de même que des lieux. La quarantaine sera levée lorsqu’il n’y aura plus de risque de propagation », a assuré l’équipe de communication du CISSS des Laurentides, la semaine dernière.