le Mercredi 30 novembre 2022
le Jeudi 31 octobre 2019 14:26 Autres - Others

La pratique est le secret des champions

Ronald Lavictoire (à droite) et Rolland Duval sont parfaits sur le terrain lorsqu'il s'agit de jouer ensemble aux fers à cheval de compétition. Les joueurs de Hawkesbury détiennent des titres de championnats provinciaux et nationaux dans les compétitions par équipes et attribuent le secret de leur succès à trois choses : la pratique, la pratique et plus de pratique.  — photo Gregg Chamberlain
Ronald Lavictoire (à droite) et Rolland Duval sont parfaits sur le terrain lorsqu'il s'agit de jouer ensemble aux fers à cheval de compétition. Les joueurs de Hawkesbury détiennent des titres de championnats provinciaux et nationaux dans les compétitions par équipes et attribuent le secret de leur succès à trois choses : la pratique, la pratique et plus de pratique.
photo Gregg Chamberlain
Rolland Duval et Ronald Lavictoire sont parfaits au lancer du fer à cheval.

« J’ai commencé à jouer une fois marié, a dit M. Duval, 76 ans, avec un sourire. Ma femme, Denise, jouait aussi aux fers, et elle était douée pour ça. »

« J’avais l’habitude de jouer quand j’étais jeune, a raconté M. Lavictoire, 67 ans, quand j’avais 15 ans. J’ai recommencé à jouer il y a trois ou quatre ans. »

 Les deux lanceurs de fers à cheval de Hawkesbury se sont rencontrés alors qu’ils participaient aux activités locales de la Légion royale canadienne. M. Duval a également joué dans une ligue de jeunes, mais plus tard, il s’est engagé dans d’autres activités, jusqu’à ce qu’il rencontre sa femme, l’amour de sa vie, et qu’il revienne au jeu.

M. Duval a déjà été deux fois champion provincial de l’Ontario et champion national dans la catégorie « A » pour les fers de compétition. Un liste « A » est quelqu’un qui peut lancer un rongé sur le pieu 65 fois sur 100 lancers.

Partenaires égaux

Cette année, en tant qu’équipe compétitive, M. Duval et M. Lavictoire ont remporté le titre de la ligue de district de la Légion ainsi que le titre provincial en duo. Pour M. Lavictoire, c’est la première fois qu’il est sous les feux de la rampe provinciale These partners are « pitch perfect ».

« C’est toujours agréable de gagner un titre, a-t-il avoué. Mais je sais que je suis son second. »

M. Lavictoire a déclaré que M. Duval est le lanceur expert du duo du championnat. M. Lavictoire a observé qu’il y a un trophée pour les fers de compétition individuelle sur lequel le nom de M. Duval est gravé 20 fois.

« En fait, c’est lui le champion et je ne suis qu’un gagnant, a dit M. Lavictoire en souriant. Je suis peut-être la moitié d’un champion. C’est un gars qui pratique beaucoup. C’est pour ça qu’il est tellement bon. »

M. Duval rejette toute suggestion selon laquelle M. Lavictoire et lui seraient des partenaires moins qu’égaux lorsqu’ils jouent en compétition, y compris dans leurs joutes de championnats.

« Ce n’est pas comme ça que ça marche, a dit M. Duval. Nous sommes une équipe de championnat compétitive. Les deux joueurs doivent travailler pour gagner. Il (M. Lavictoire) a aussi très bien joué cette année. Vraiment, vraiment bien.

«C’est comme dans n’importe quel autre sport, a-t-il ajouté, à propos de son talent de lanceur. Tu dois t’entrainer pour devenir bon, et ça fait 20 ans que je joue pour la Légion. »

Partager la gloire

M. Duval a fait remarquer qu’il n’avait qu’un seul objectif cette saison et qu’il ne s’agissait pas simplement d’ajouter un autre titre à ses propres réalisations aux fers à cheval. Il voulait que M. Lavictoire partage la gloire lui aussi.

« Cette année, je voulais vraiment gagner pour lui, a déclaré M. Duval. Je voulais aussi avoir son nom sur le trophée. Je vois qu’il veut gagner, et quand on veut gagner, on joue mieux. »

Lorsqu’ils ne sont pas en compétition, M. Duval et M. Lavictoire passent au moins deux jours par semaine, pour un total de trois à quatre heures, sur le terrain de fers à cheval de la Légion de Hawkesbury, à pratiquer leurs techniques. C’est le secret de leur succès, ils sont tous les deux d’accord.

« La pratique, a confié M. Duval, ajoutant que la constance est la clé. Nous avons tous notre propre style de lancer. Personne ne lance de la même façon. »

Lorsqu’ils décideront de se retirer du circuit de compétition, M. Duval et M. Lavictoire s’attendent à continuer à jouer aux fers à cheval, ensemble ou seul. « Cela nous aide à garder la forme quand on fait quelque chose », a souligné M. Duval.

« Ça nous empêche de vieillir trop vite, a ajouté M. Lavictoire en souriant. Et on s’amuse bien. »