le Mercredi 25 mai 2022
le Lundi 28 février 2022 15:56 | mis à jour le 8 avril 2022 19:21 Le Carillon (Hawkesbury)

Arrestation d’un manifestant de Freedom Convoy à Vankleek Hill

  Photo capture d'écran YouTube
Photo capture d'écran YouTube
Un Québécois impliqué dans la manifestation du mois dernier à Ottawa par le convoi de camionneurs a été arrêté à Vankleek Hill au cours du weekend du 27 février.

Le Service de police d’Ottawa a porté des accusations contre Steeve Charland, 48 ans, de Grenville, au Québec, en rapport avec ses activités lors du rassemblement de protestation à Ottawa contre la vaccination fédérale et d’autres politiques de santé publique. Le PPO a arrêté M. Charland le 27 février à Vankleek Hill et l’a remis à la police d’Ottawa.

Charland est accusé de méfait et d’avoir conseillé à d’autres personnes de commettre un méfait. Sa première comparution en cour était prévue pour dimanche.

La femme de Charland, Karol Tardif, a publié une vidéo sur Facebook. «Je n’ai aucune idée du temps qu’ils vont le garder, mais je vous tiendrai au courant», a-t-elle dit.

M. Charland, également connu sous le nom de L’Artiss, est un ancien dirigeant de La Meute, un groupe anti-immigration basé au Québec. Lors de la manifestation du convoi de camionneurs à Ottawa, il agissait en tant que porte-parole des Farfadass, un groupe québécois opposé à la vaccination gouvernementale et à d’autres mesures sanitaires concernant là COVID-19.

Au début du mois de février, Les Farfadaas ont occupé pendant plusieurs jours un stationnement privé à Gatineau, servant de site de ravitaillement en carburant pour les camionneurs qui occupaient le quartier du centre-ville d’Ottawa, autour de la Colline du Parlement. Le groupe a par la suite reçu une ordonnance de la Cour supérieure l’obligeant à quitter le site de Gatineau.

M. Charland est l’une des nombreuses personnes ayant participé à l’organisation de la manifestation du convoi de camionneurs qui font maintenant face à des accusations liées à l’événement. Parmi les autres personnes accusées figurent Tamara Lich et Pat King, toutes deux de l’Alberta, qui demeurent en détention après s’être vu refuser une libération sous caution.