Drouin redevient secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture

par Joseph Coppolino - EAP
Drouin redevient secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture
Francis Drouin, député de Glengarry-Prescott-Russell, a repris son rôle de secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire à la suite du dernier remaniement ministériel du premier ministre Justin Trudeau. (Photo : d'archives)

Francis Drouin, député de Glengarry-Prescott-Russell, est heureux de conserver son rôle de secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Lawrence MacAulay, à la suite des nominations annoncées par le premier ministre Trudeau.

Alors que le Parlement reprend ses travaux pour la première fois depuis le remaniement du cabinet libéral, M. Trudeau a annoncé la liste des 39 secrétaires parlementaires qui travailleront avec les ministres sur la Colline.

Drouin a été nommé pour la première fois à ce poste en 2021, sous la direction de la ministre Marie-Claude Bibeau, et maintenant que le ministre Lawrence MacAulay revient au dossier de l’agriculture après une période de quatre ans au ministère des Anciens combattants, il assure les producteurs canadiens que les libéraux ne cherchent pas nécessairement à maintenir le statu quo.

« Il est évident qu’il y a aujourd’hui des problèmes différents auxquels il faut s’attaquer, a déclaré M. Drouin. Seuls les imbéciles ne changent pas d’avis. »

D’un autre côté, le maintien de M. Drouin au moment où les ministres changent de rôle permet également d’assurer une certaine continuité et de maintenir un certain niveau de connaissances institutionnelles au sein du cabinet du ministre. Cela vaut également pour les nouveaux collaborateurs des ministres, a dit M. Drouin.

« J’ai toujours été heureux d’aider ceux qui veulent s’impliquer davantage, a dit M. Drouin. J’ai été entraîné, alors j’essaie de les entraîner autant que possible. »

La possibilité de rester secrétaire parlementaire donne à M. Drouin l’occasion de travailler sur des questions tant nationales que locales, compte tenu de l’importance de l’agriculture et de la production agroalimentaire pour la région.

  1. Drouin est également membre du Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire depuis son élection en 2015.

« Il s’agit d’une continuation du travail que j’apprécie tous les jours », a-t-il déclaré.

Pour M. Drouin, les priorités de ce gouvernement demeurent inébranlables. Il faut s’attaquer à l’inflation, à l’augmentation du coût des produits alimentaires, du logement et du coût de la vie en général. Pour la communauté agricole, faire face aux conditions météorologiques extrêmes et ouvrir les agriculteurs canadiens à des marchés commerciaux nouveaux et plus importants, tels que la stratégie indo-pacifique du gouvernement, restent en tête de liste.

Toutefois, produire davantage chez soi plutôt que de dépendre des marchés d’exportation est une autre priorité à laquelle il souhaite s’attaquer.

« Plutôt que d’exporter des produits bruts, comment pouvons-nous les transformer et les traiter davantage ici ? Comment créer une agriculture à plus grande valeur ajoutée au Canada, » a demandé M. Drouin.

Les députés sont retournés sur la Colline le lundi 18 septembre, après un été marqué par les échanges de coups de gueule des chefs de partis, alors que le spectre des élections se profile à l’horizon.

Mais la rhétorique est moins préoccupante pour M. Drouin, qui affirme avoir des amis au Parlement qui portent toutes sortes de couleurs et qui, même si les choses deviennent parfois «difficiles sur la glace», estime que tout le monde essaie simplement de trouver des solutions.

« Je n’ai pas d’ennemis sur la colline du Parlement. J’ai des amis qui ont des points de vue différents, a dit M. Drouin. Il y a des gens qui représentent leurs électeurs et qui essaient de trouver des solutions, mais il faut d’abord bien identifier les problèmes avant de trouver des solutions. »

Les secrétaires parlementaires font le lien entre le cabinet et le parlement et apportent leur soutien aux ministres tout au long du processus législatif.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un poste ministériel à proprement parler, les secrétaires parlementaires bénéficient d’une augmentation de salaire de 18 800 $ par an en plus de leur salaire de député. Le salaire de base d’un député à partir d’avril 2023 est de 194 600 $.

Partager cet article