le Vendredi 3 février 2023
le Mercredi 18 janvier 2023 13:36 Le Carillon (Hawkesbury)

Heurtée par un conducteur ivre, abandonnée par son assurance

Lorsque les premiers intervenants sont arrivés sur les lieux de l'accident de voiture de 2018, qui a laissé sa voiture en état de destruction totale, ils ont dit à Christian Laroque qu'il avait de la chance d'être en vie. Mais lorsque M. Laroque a contacté son assurance, celle-ci semblait avoir une impression très différente.   — photo Antoine Messier
Lorsque les premiers intervenants sont arrivés sur les lieux de l'accident de voiture de 2018, qui a laissé sa voiture en état de destruction totale, ils ont dit à Christian Laroque qu'il avait de la chance d'être en vie. Mais lorsque M. Laroque a contacté son assurance, celle-ci semblait avoir une impression très différente.
photo Antoine Messier
Lorsque les premiers intervenants sont arrivés sur les lieux de l'accident de voiture de 2018, qui a laissé sa voiture en état de destruction totale, ils ont dit à Christian Laroque qu'il avait de la chance d'être en vie. Mais lorsque M. Laroque a contacté son assurance, celle-ci semblait avoir une impression très différente.

Frappé par un conducteur ivre lors d’une collision frontale le long du chemin Long Sault, à St-André-d’Argenteuil, en janvier 2018, M. Laroque a pu s’extraire de la berline Chevrolet accidentée presque indemne. Cependant, dans les jours qui ont suivi l’accident, il a commencé à ressentir une douleur chronique sur le côté gauche de son corps, un engourdissement de sa jambe et de son bras gauche, ainsi qu’une diminution de sa mobilité et de sa force, selon les rapports des médecins. Au cours des cinq dernières années, cette douleur a persisté et s’est aggravée.

« Monter les 30 marches qui mènent à mon appartement est difficile, a dit M. Laroque à propos de son unité de location à Hawkesbury. Mon fils doit m’aider à faire les tâches ménagères. »

Travaillant comme antiquaire, achetant, restaurant et vendant des antiquités avec son frère, M. Laroque n’a pas pu travailler à la suite de l’accident et a été obligé de se mettre en invalidité. Souffrant toujours de l’accident, ses économies s’amenuisant et les factures s’accumulant, M. Laroque a fait appel à son assurance pour obtenir un soutien.

Bien que son médecin de famille ait déclaré qu’il n’avait pas retrouvé son niveau de fonctionnement antérieur, Economical Insurance, le fournisseur de M.Laroque, l’a envoyé passer plusieurs évaluations, tant physiques que mentales. Incapable de conduire, M. Laroque a dû prendre des taxis de son domicile de Hawkesbury aux rendez-vous organisés par l’assureur à Ottawa, ce qui lui a coûté des centaines de dollars en frais de déplacement, un prix élevé à payer pour quelqu’un qui vit de l’assurance invalidité.

« J’arrive à peine à payer mon loyer, a confié M. Laroque. Après le loyer et les paiements par carte de crédit, il me reste à peine quelque chose pour la nourriture. »

Mais M. Laroque a continué, pensant que son assurance le rembourserait une fois que les évaluations médicales auraient prouvé que les blessures qu’il avait subies avaient un impact sur sa capacité à travailler et sur sa qualité de vie en général.

Selon les évaluations, physiquement, M. Laroque n’était pas à ses capacités maximales lorsqu’il faisait des exercices de force et d’amplitude de mouvement. L’évaluateur, un chiropraticien, a signalé des douleurs qui limitaient sa capacité à soulever, transporter, saisir, atteindre, dormir, marcher, s’agenouiller, se pencher, se tordre et s’accroupir.

Une évaluation psychiatrique indique que M. Laroque a souffert de dépression et d’anxiété après l’accident, ce qui lui a valu de fréquents cauchemars et des crises d’angoisse, étant exaspéré par la dégradation de sa situation financière.
Il pensait que les évaluations allaient tourner en sa faveur, mais à sa grande surprise, la compagnie d’assurance a fini par rejeter sa demande, le laissant sans compensation financière.

Lorsque M. Laroque a demandé la raison de ce refus, il affirme qu’on lui a dit qu’en raison de son faible revenu, il n’était pas nécessaire de lui verser une indemnité, car le Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées suffirait à assurer son revenu.

À l’approche du cinquième anniversaire de l’accident, Economical Insurance s’apprête à fermer le dossier de M. Laroque le 20 janvier, laissant le résident de Hawkesbury sans compensation pour les blessures qu’il a subies aux mains d’un conducteur ivre.

« J’ai payé des assurances toute ma vie, a souligné M. Laroque. Je leur ai donné 40 000 $ au fil des ans et c’est ainsi qu’ils me traitent. Je n’accepte pas leur décision. »

Dans une déclaration envoyée par courriel, un porte-parole d’Economical Insurance a déclaré qu’ils « ne font pas de commentaires sur les circonstances particulières des cas individuels » et « un certain nombre de facteurs peuvent déterminer l’indemnité à laquelle un demandeur a droit, mais le niveau de revenu d’une personne n’est pas un facteur dans la détermination des indemnités d’accident. »