le Dimanche 27 novembre 2022
le Mercredi 2 novembre 2022 11:33 | mis à jour le 2 novembre 2022 14:54 Le Carillon (Hawkesbury)

Le personnel de soutien scolaire part en grève

Le ministre de l'Éducation de l'Ontario, Stephen Lecce, a imposé un nouveau contrat aux 55 000 travailleurs de soutien à l'éducation syndiqués sous l'égide du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et tente d'utiliser la clause dérogatoire de la Charte des droits pour empêcher une grève qui doit commencer vendredi.  — photo Antoine Messier
Le ministre de l'Éducation de l'Ontario, Stephen Lecce, a imposé un nouveau contrat aux 55 000 travailleurs de soutien à l'éducation syndiqués sous l'égide du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et tente d'utiliser la clause dérogatoire de la Charte des droits pour empêcher une grève qui doit commencer vendredi.
photo Antoine Messier
Le ministre de l'Éducation de l'Ontario, Stephen Lecce, dépose un projet de loi visant à imposer un nouveau contrat aux 55 000 travailleurs de soutien à l'éducation syndiqués au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et veut utiliser la clause dérogatoire de la Charte des droits pour empêcher une grève qui doit commencer vendredi.

Le gouvernement offre présentement une augmentation annuelle de deux pour cent à tous les travailleurs dont le salaire annuel est inférieur à 40 000 $ et une augmentation de 1,25 pour cent à tous les autres. La nouvelle entente prévoit une augmentation annuelle de 2,5 % pour tous les travailleurs dont le salaire annuel est inférieur à 43 000 $ et une augmentation de 1,5 % pour tous les autres.
Le SCFP réclame une augmentation de 11,7 %, des heures supplémentaires au double du taux de rémunération normal et 30 minutes de temps de préparation payé pour les aides-enseignants et les éducateurs de la petite enfance.

Le SCFP réclame une augmentation de 11,7 %, des heures supplémentaires au double du taux de rémunération normal et 30 minutes de temps de préparation payé pour les aides-enseignants et les éducateurs de la petite enfance.

Les travailleurs de soutien inclus dans l’entente proposée sont le personnel d’entretien, le personnel de bureau et de secrétariat des écoles, les aides-enseignants, les éducateurs de la petite enfance, le personnel des bibliothèques et le personnel des technologies de l’information. En vertu de la législation proposée, les travailleurs pourraient recevoir une amende de 4 000 $ par jour en cas de grève.

« Il s’agit d’une manifestation effroyable de mépris pour les droits des travailleurs, pour le processus de négociation collective et pour les travailleurs qui s’occupent de nos enfants et font fonctionner nos écoles « , a déclaré Mark Hancock, président national du SCFP. « Se lancer dans le nucléaire et menacer les travailleurs de l’éducation les moins bien payés de la province d’amendes et de la clause dérogatoire est tout simplement honteux, même pour ce premier ministre et ce ministre de l’Éducation. »

Des experts consultés par les médias nationaux ont expliqué que l’utilisation de la clause dérogatoire par le gouvernement provincial pour les négociations contractuelles est dangereuse pour la démocratie et crée un précédent pour les négociations futures.

Effet sur les écoles

Une éventuelle grève affecterait toutes les écoles de Prescott-Russell. Le Conseil scolaire de district catholique de l’Est-Ontarien prévoit garder ses écoles ouvertes pour le moment. « Toutefois, il est possible que si cette situation devait perdurer, il y ait des répercussions sur le bon fonctionnement de nos écoles. Il est donc probable, pour des raisons de santé publique et d’hygiène, que l’apprentissage se poursuive virtuellement », a déclaré Lyne Racine, directrice de l’éducation du CSDCEO.

L’Upper Canada District School Board (UCDSB) a décidé de fermer ses portes si le SCFP décide d’aller de l’avant avec la grève. « Le SCFP représente environ 25 % de la main-d’œuvre de l’UCDSB et occupe des postes critiques qui soutiennent nos étudiants et notre système scolaire. Si le SCFP participe à une action syndicale ou à une manifestation qui prive le personnel des écoles, toutes les écoles de l’UCDSB seront fermées aux élèves « , a déclaré Ron Ferguson, directeur de l’UCDSB.

Le Catholic District School Board of Eastern Ontario (CDSBEO) fermera toutes les écoles aux élèves pour des raisons de sécurité à partir du vendredi 4 novembre si une entente n’est pas conclue d’ici le jeudi 3 novembre. Le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) passera également à l’apprentissage en ligne si une grève se produit.