le Vendredi 9 Décembre 2022
le Jeudi 20 octobre 2022 15:53 | mis à jour le 24 octobre 2022 19:07 MRC D'ARGENTEUIL RCM

25 bougies pour Film Laurentides

Les visages heureux du succès de Film Laurentides qui fêtait son 25e anniversaire jeudi dernier au Cinéma Saint-Eustache: Marc Carrière, Sylvain Corbeil, Marie-Josée Pilon, Dany Brassard et Paul Calcé (absente sur la photo- Élizabeth Dumouchel). — Photo Mylène Deschamps
Les visages heureux du succès de Film Laurentides qui fêtait son 25e anniversaire jeudi dernier au Cinéma Saint-Eustache: Marc Carrière, Sylvain Corbeil, Marie-Josée Pilon, Dany Brassard et Paul Calcé (absente sur la photo- Élizabeth Dumouchel).
Photo Mylène Deschamps
Pour son 25e anniversaire, Film Laurentides s’est offert jeudi dernier une célébration festive entourée de ses partenaires régionaux ainsi que d’une panoplie de représentants du milieu de l’industrie audiovisuelle en collaboration avec le distributeur Sphère Films et le Cinéma Saint-Eustache.

Des photos sur pellicule développées chez Jean Coutu à la photothèque numérique composée de plusieurs milliers de clichés pour accélérer le processus, Film Laurentides a agi comme un précurseur dans la promotion de sa région et l’est toujours. Avec des photos 360 degrés, des captations par drones et même certaines en réalité virtuelle, le duo composé de la directrice et commissaire Marie-Josée Pilon et son adjointe Élizabeth Dumouchel est reconnu et aimé par ses pairs.   

Racontant la petite histoire, Marie-Josée Pilon, au sein de l’organisme depuis plus de 21 ans, rappelle que c’est une production de 13 millions de dollars de Paramount en 1996 qui a su attirer l’attention d’un journaliste de La Presse, feu Luc Perreault, sur la vallée de Harrington, transformée en ville du Tennessee des années 30 par un producteur émérite, Jake Eberts. «Juste pour vous dire, la population de Harrington a doublé durant le tournage», mentionne Mme Pilon qui a fait rigoler la foule. Cette foule, plus de 150 convives, étaient présents aussi pour saluer le courage, la vision et la détermination qu’ont fait preuve les deux grands piliers de cette initiative novatrice, les co-fondateurs, Dany Brassard et Marc Carrière de la MRC d’Argenteuil, qui avait créé le Bureau du cinéma et de la télévision un an plus tard.  

Feu André Lafond, commissaire pour le bureau de Montréal et résident des Mille-Isles, a été aussi un bras droit extraordinaire pour les deux complices. Mme Pilon récite son discours: «Ce n’est pas compliqué, vous prenez des photos, vous organisez des famtours, vous venez avec moi à Los Angeles et à Cannes et surtout vous répondez au téléphone en disant Au bureau de cinéma et de la télévision d’Argenteuil!». Dans un esprit de réel engouement autour de la mission de l’organisme, Dany Brassard, aujourd’hui directeur du service de développement économique, ajoute non sans émotion : 

Et ce n’est qu’un premier 25 ans, ça va continuer!»  

— Dany Brassard

«Il fait croire en nos rêves les plus fous, a souligné l’ancien directeur général de la MRC d’Argenteuil, Marc Carrière, directeur-général et secrétaire-trésorier à la MRC d’Argenteuil. Merci aux gens de l’industrie du cinéma de croire en nous.» M. Carrière n’a pas manqué de rappeler le premier voyage à Cannes avec son ami Brassard en 1997, les deux revêtant des habits prêtés par la mercerie Pep pour fouler le fameux tapis rouge. On voyait bien que notre idée faisait son chemin et qu’il y avait un réel engouement autour de notre mission. Si quelques-uns étaient septiques au départ, ils ont été convaincus depuis et appuient toujours l’organisme.»  

Falcon Lake 

Quoi de mieux que de présenter en primeur un long métrage tourné entièrement dans les Laurentides, plus particulièrement à Gore et dans cette belle vallée de Harrington, là où tout a commencé. Parmi la sélection de la Quinzaine des réalisateurs au prestigieux Festival de Cannes en 2022, Falcon Lake a été chaudement applaudi durant plus de 7 minutes par 1800 professionnels de l’industrie. Produit par Metafilms et réalisé par Charlotte Le Bon à l’été 2021, il représentait un beau cadeau pour les invités qui ont su eux aussi applaudir la beauté des images saisissantes de notre patelin. 

C’est le producteur Sylvain Corbeil, avec plus de 23 longs métrages à son actif, qui a aussi encensé la petite équipe, mais ô combien dynamique. «C’est réjouissant de vous voir si nombreux et il est rattaché au travail exceptionnel de cette équipe. C’est beaucoup de travail faire un film. On doit mettre des agendas personnels de côté. Mais au-delà du travail, ce sont des personnes passionnées, qui offre un service A1 et on se demande pourquoi il n’y en a pas ailleurs, souligne M. Corbeil. Tourner en région, c’est souvent plus dispendieux, mais tellement plus agréable avec des facilitateurs comme Films Laurentides. Il est aussi du devoir des professionnels du milieu d’être à la hauteur des vies des gens qui y habitent.»  

Films Laurentides veille justement à faciliter et tisser ces liens dans les respects de tous depuis 25 ans. Au cours de la dernière année seulement, l’organisme compte non moins de 55 tournages faisant rayonner sur nos écrans les plus beaux paysages des Laurentides à l’échelle nationale et internationale. «À titre de président, mais aussi parce que je travaille au développement économique régional depuis plus de 30 ans, je peux vous dire que je suis très impressionné quand je constate ce que Film Laurentides a accompli. Créer un organisme régional dont la mission consiste à promouvoir la région, accompagner les équipes de tournage et stimuler le développement économique, touristique et culturel, c’était quelque chose de très novateur il y a 25 ans! Et c’est toujours aussi pertinent aujourd’hui», a souligné le président de l’organisme, Paul Calce.