le Vendredi 9 Décembre 2022
le Mercredi 5 octobre 2022 17:52 Reflet-News (Russell-Embrun-Casselman)

Levac commence une campagne contre la réélection de Lafleur

L'ancien maire de Casselman, Claude Levac, fait campagne pour informer les résidents de ce qu'il croit être les pratiques antidémocratiques du maire actuel, Daniel Lafleur, et du conseil municipal qui ne lui rend pas de comptes. — photo Joseph Coppolino
L'ancien maire de Casselman, Claude Levac, fait campagne pour informer les résidents de ce qu'il croit être les pratiques antidémocratiques du maire actuel, Daniel Lafleur, et du conseil municipal qui ne lui rend pas de comptes.
photo Joseph Coppolino
Claude Levac, ancien maire de Casselman, mène une campagne pour s'assurer que les résidents sont conscients de l'agitation et des défis auxquels est confronté le conseil de la municipalité avant les élections, exposant ses critiques dans un dépliant et à la radio.

Le conseil de Casselman et le bureau du maire ont été embourbés dans la controverse au cours des quatre dernières années, y compris des rapports de comportement non éthique, de harcèlement du personnel municipal et de conflit d’intérêts. M. Levac a rassemblé une série de critiques dans une brochure décrivant les pratiques antidémocratiques qui, selon lui, sont au cœur du conseil municipal de Casselman. Il cherche à informer les citoyens avant les élections municipales de la fin octobre.

Le dépliant comprend des liens vers des articles de presse décrivant les mauvaises pratiques du conseil et du maire actuel Daniel Lafleur. M. Levac distribuera la documentation de porte à porte à Casselman dans l’espoir de faire pencher les électeurs vers une nouvelle administration à partir de 2023.

« Je veux que la population soit avertie, a dit M. Levac. »

Après qu’un examen par une tierce partie ait été entrepris en août 2022, révélant que le maire s’était immiscé dans les permis d’une entreprise, pour une raison personnelle, M. Levac a déclaré que le conseil n’avait pas pris les mesures adéquates pour corriger les problèmes soulignés dans le rapport d’un commissaire à l’intégrité délégué, rejetant la majorité des recommandations énoncées. Le maire n’a été tenu de présenter des excuses publiques que lors de la réunion suivante du conseil.

« Il a fait des rapports pour corriger cette situation, mais les conseillers et le maire n’ont pas tenu les recommandations », a ajouté M. Levac.

Au-delà de la controverse, M. Levac estime que le conseil n’est pas assez réceptif au public et ne répond pas aux questions des résidents, n’accordant souvent que quelques minutes aux commentaires du public lors des séances du conseil. M. Levac affirme également que le maire et le conseil municipal ne répondent pas à ses courriels.

Selon le maire Lafleur, M. Levac a envoyé des milliers de courriels au maire au cours des quatre dernières années et il a parlé avec M. Levac quelques fois au cours de [ses] quatre années… pendant une heure, une heure et demie. » M. Lafleur a affirmé que M. Levac ou tout résident de Casselman peut le joindre en tout temps. M. Lafleur affirme que M. Levac est vraiment en campagne et se demande s’il tente de salir la réputation du maire, du conseil et de la municipalité dans son ensemble.

« Pense-t-il vraiment que nous n’avons rien fait de bien au cours des quatre dernières années ? », a déclaré M. Lafleur.

Comme preuve du bon travail qu’il croit faire pour Casselman, M. Lafleur souligne la construction d’un centre de distribution Ford et la croissance du parc industriel environnant, qui apportent des emplois et une croissance économique à la communauté.

Cependant, M. Levac conteste l’affirmation selon laquelle il a rencontré le maire à de multiples reprises au cours de son mandat, et suggère en outre que le nombre de courriels que M. Lafleur prétend avoir envoyés est exagéré dans le but de discréditer ses préoccupations.

« Peu importe, le nombre de courriels que j’ai envoyés n’a pas d’importance. C’est mon droit de poser des questions au maire et au conseil, a dit M. Levac. Ils sont très bons pour ridiculiser les gens et lancer des commentaires qui sont exagérés et qui accrochent l’intérêt des autres membres du conseil et leurs amis. »

En fin de compte, M. Levac espère que les résidents de Casselman choisiront différemment cette élection et rétabliront les pratiques démocratiques dans la municipalité.