le Dimanche 27 novembre 2022
le Jeudi 29 septembre 2022 17:15 MRC D'ARGENTEUIL RCM

Papiers trempés, papiers déchirés, papiers superposés

Guy Vidal, devant l’un de ses grands tableaux qu’il nomme des sculptures de papier.  — Photo Mylène Deschamps
Guy Vidal, devant l’un de ses grands tableaux qu’il nomme des sculptures de papier.
Photo Mylène Deschamps
Depuis samedi dernier, l’artiste de Saint-Placide Guy Vidal présente ses sculptures en papier, une discipline qu’il perfectionne depuis plus de 15 ans, à la Galerie d’art de Lachute.

L’artiste présente de grandes œuvres noires, blanches et or, «les couleurs primaires de l’antiquité», dit-il. Il utilise plusieurs techniques: trempage, plissage, déchirures et superposition, mais ses œuvres demeurent épurées. 

Je voulais revenir à la plus simple expression de mon métier en me débarrassant du superflu autour du papier, explique celui qui vise à livrer ses sentiments pour créer des émotions chez le spectateur. Pour moi, s’il y a bien quelque chose de concret, c’est ça!»

— Guy Vidal

M. Vidal utilise notamment des feuilles d’or ainsi qu’un papier de qualité musée, un papier sans acide, qui ne jaunit pas. 

Occupant l’espace en entier, des estampes de gravure sur cuivre et des lithographies sur pierre, d’un travail précédent, succède la première partie. M. Vidal a fait des études à l’Institut des arts graphiques au Québec ainsi qu’une maîtrise en art graphique à l’Université d’Indiana.  Il a ensuite peaufiné plusieurs techniques et vit de son art à plein temps, sans rouler sur l’or, évidemment.  

L’exposition se déroule jusqu’au 23 octobre prochain. 

Journées de la culture 

L’art sera partout ce week-end dans le cadre des journées de la culture. À Lachute, on propose une série de spectacles au parc Barron dimanche après-midi en commençant par attirer les enfants dès 12h30 pour un spectacle jeunesse gratuit. Suivra l’univers poétique de la Québécoise d’ascendance wendat, Sandrine Masse, à 13h30. Accompagnée de musiciens, elle revendique ses racines autochtones en livrant un puissant hommage à sa nation par ses chansons et l’écriture d’un livre.  

À l’Espace culturel Saint-Gilles, trois activités dont l’objectif est d’ouvrir un espace d’échange et de dialogue avec les artistes autochtones sont proposées vendredi et samedi. 

 Le vendredi 30 septembre, le ciné-club La Branche reçoit Wapikoni Mobile à 19 h. Le 1er octobre, Makw & Shawn (légende atikamekw) offre un théâtre d’ombres dès 10 h et une rencontre avec des auteurs autochtones au tour d’une table ronde aura lieu à 14h. 

Papiers trempés, papiers déchirés, papiers superposés.

Photo Mylène Deschamps