le Lundi 5 Décembre 2022
le Jeudi 29 septembre 2022 17:13 MRC D'ARGENTEUIL RCM

Les solidaires allument les jeunes

Six des huit candidats à l’élection provinciale dans Argenteuil ont participé à un débat d’idées pour former les citoyens allumés de demain à la polyvalente Lavigne.  — Photo Mylène Deschamps
Six des huit candidats à l’élection provinciale dans Argenteuil ont participé à un débat d’idées pour former les citoyens allumés de demain à la polyvalente Lavigne.
Photo Mylène Deschamps
La vedette du jour jeudi dernier était sans contredit le solidaire Marcel Lachaine lors d’un débat d’idées des candidats de la circonscription d’Argenteuil organisé par les enseignants en univers social du 2e cycle à la polyvalente Lavigne.

Moins connu que son chef Gabriel Nadeau-Dubois, M. Lachaine a tout de même reçu le plus d’applaudissements des élèves de 4e et de 5e secondaire après chacune de ses interventions, surtout celles en faveur de la protection de l’environnement et d’une meilleure justice sociale.  Malgré tout, M. Lachaine demeure en 4e place dans les sondages de qc125, se retrouvant 4e avec seulement 11% des intentions de vote dans Argenteuil. Le parti Québec solidaire peut bien être en faveur du droit de vote dès 16 ans!  

Préparant les jeunes à devenir les meilleurs citoyens de demain et afin de les sensibiliser à la démocratie, les enseignants ont réussi le tour de force de rassembler 6 des 8 candidats dans la course électorale. Ces derniers ont accepté de répondre avec générosité et professionnalisme aux questions des élèves rédigées dans le cadre de leur formation les aidant ainsi à comprendre les différences entre les plateformes électorales. L’économie (l’inflation), la santé (dont celle de l’hôpital d’Argenteuil), la jeunesse (en particulier les adolescents) et l’immigration ont été les sujets choisis par cette rayonnante jeunesse.  Même le candidat Jean Lalonde du Canadian Party of Québec était sur la scène de l’auditorium pour présenter les enjeux défendus principalement par la communauté anglophone qui s’oppose à la Loi 21 et 96. Les élèves ont contribué au bon déroulement avec un respect pour tous les candidats. 

Force est d’admettre que l’élection ne laisse personne indifférent, même si la Coalition avenir Québec (CAQ) semble avoir gagné le pouvoir à l’avance.  Dans Argenteuil, Agnès Grondin, candidate sortante et première femme députée dans Argenteuil, détient toujours 45% des intentions de vote, une solide majorité malgré un déclin d’environ 4% depuis une semaine. Comme l’a souligné Paul St-Pierre-Plamondon du parti québécois à Tout le monde en parle, c’est à qui reviendra le siège de l’opposition qui devient la question de l’urne. Les courses serrées dans certaines circonscriptions seront à surveiller, ce qui n’est pas le cas dans Argenteuil.  

Chez les jeunes d’ici, l’opposition reviendrait à Québec solidaire. Pour Edgar David Ramière Leon, ancien partisan du parti québécois et élève de 5e secondaire, l’avenir est à QS pour l’ensemble de ses mesures, dont la priorité de s’attaquer à l’urgence climatique, et sa position souverainiste qui font d’eux le meilleur choix. 

Pourtant, avec 18% des intentions de vote dans Argenteuil, c’est Karim Elayoubi du Parti conservateur du Québec (PCQ), qui suit la candidate sortante. Lors du débat, le médecin de famille et urgentiste a surtout élaboré sur l’iniquité intergénérationnelle, la diminution des deux premiers paliers d’impôt pour faire face à l’inflation galopante et l’importance d’une économie forte face à son jeune auditoire:

 

Les mauvaises finances du public et le fait que nous ayons de trop grands déficits reviendront à vous les jeunes, qui seront obligés de payer ça plus tard, quand vous aurez à payer vos impôts, informe-t-il d’entrée de jeu. On veut remettre le Québec avec des finances très solides pour faire en sorte que vous ne viviez pas plus pauvres que vos parents.»  

— Karim Elayoubi

François Girard du parti québécois, ragaillardi par l’excellente campagne de son chef Paul St-Pierre Plamondon, a atteint un 17% inespéré. M. Girard, un technicien en éducation spécialisée au CSSRDN, a souligné l’importance d’investir auprès des jeunes en santé mentale avec des services de proximité. «Nous ne pouvons donner aucune baisse d’impôt ou des chèques-cadeaux pour prévenir toute forme de sabrage ou de coupures qui pourraient atteindre justement le milieu de l’éducation et les services sociaux. Il faut s’assurer que les écoles aient la possibilité d’aller de l’avant pour l’avenir du Québec!», soutient M. Girard. 

Bien qu’étant un excellent orateur et à l’aise avec les jeunes, Philippe Lebel, du parti libéral, se situe au 5e rang avec seulement 7% du vote. Ayant participé à l’augmentation des prêts et bourses pour un total de 100 millions de $ et soulignant le programme de son parti qui désire investir massivement dans les infrastructures scolaires, M. Lebel se positionne comme un allié à la jeunesse. 

Pour sa part, en plus du bouclier anti-inflation avec des remises de chèques, Mme Grondin a rappelé que la CAQ souhaite bonifier de 20 millions l’aide alimentaire et poursuivre l’aide à la mission des organismes communautaires dans sa région. Rappelons que la moyenne salariale de la circonscription qu’elle défend se situe autour de 37 000 dollars par année.  

Tous les candidats ont souligné l’importance de la régionalisation en immigration, surtout en ce qui concerne la sauvegarde du français. «Merci pour cette question, c’est une excellente question. Malgré mon accent du Saguenay–Lac-Saint-Jean, je suis moitié-moitié libanais et québécois. L’immigration, on en a clairement besoin. On a un taux de natalité trop faible pour nous soutenir économiquement, avance M. Elayoubi. Donner des incitatifs aux immigrants pour venir en région est excellent pour leur francisation parce que c’est beaucoup plus facile de parler seulement anglais quand les immigrants demeurent à Montréal.»  

Permettre de développer leur propre jugement critique avec la possibilité d’écouter les candidats en présentiel et ainsi générer leur propre réflexion est une chance inouïe pour les jeunes d’Argenteuil. Soulignons la question surprise finale de l’enseignant Patrick Côté qui demandait aux candidats de préciser un choix de vote pour une autre personne qu’eux-mêmes, tout en le justifiant. Tous les candidats se sont prêtés au jeu avec respect; les réponses étaient révélatrices des valeurs profondes de chacun d’eux. «J’irais avec la foule et j’irais avec M. Lachaine parce que Québec solidaire a une vision d’avenir et une pas pire vision d’équité intergénérationnelle. Je pense qu’il y a encore du chemin à faire du côté du réalisme financier de leur plateforme. Mais définitivement, ils s’en vont dans la bonne direction en reconnaissant que les gens ont besoin d’aide et de services. On veut être altruiste et non égocentrique», a lancé le premier à se jeter à l’eau, Philippe Lebel. Maintenant, à vous d’alimenter les discussions avec les adolescents d’Argenteuil à savoir les positions des cinq autres candidats.