le Vendredi 9 Décembre 2022
le Jeudi 15 septembre 2022 16:56 MRC D'ARGENTEUIL RCM

Lebel s’engage à livrer un CHSLD

Sous les couleurs du parti libéral, le candidat d’Argenteuil, Philippe Lebel, accompagné de la candidate de Prévost, Suzanne Pommerleau, s’offusque de voir que le projet de CHSLD dans Argenteuil n’est toujours que sur papier.  — Photo Mylène Deschamps
Sous les couleurs du parti libéral, le candidat d’Argenteuil, Philippe Lebel, accompagné de la candidate de Prévost, Suzanne Pommerleau, s’offusque de voir que le projet de CHSLD dans Argenteuil n’est toujours que sur papier.
Photo Mylène Deschamps
C’est avec en toile de fond le Centre de santé et de services sociaux d’Argenteuil que Philippe Lebel s’est engagé à livrer un Centre de soins longue durée (CHSLD) à Lachute avec un prochain gouvernement libéral, lundi dernier.

Il s’indigne du fait que le projet devait être livré en 2022 et qu’il ne soit encore aujourd’hui qu’un projet sur papier. «En 2018, notre gouvernement s’était engagé et avait concrétisé l’engagement de construire un CHSLD de 132 lits. Le projet était un clé en main, budgété et prêt à être lancé pour être livré en 2022. Or, nous avons appris dans le journal que la CAQ s’est plutôt entêtée à transformer le projet de CHSLD en Maison des Aînés ce qui a eu pour effet de coûter des années de retard à nos aînés et leurs familles dans la région. Aucune pelletée de terre, aucun avancement, rien», argue Philippe LeBel, candidat du Parti libéral du Québec dans la circonscription d’Argenteuil. 

Alors que les premières annonces datent de plus de 14 ans (2008) sou l’égide libérale, le projet de CHSLD de Lachute annoncé plus officiellement le 13 avril 2018 par le ministre de la Santé de l’époque prévoyait une livraison en 2022 au coût de 45 M$. La décision de transformer le projet de CHSLD en Maison des aînés aurait fait en sorte que le projet soit toujours à l’étape de la planification dans le Plan québécois des infrastructures. La députée sortante, Agnès Grondin, mentionne que l’argent est bel et bien disponible, mais qu’un problème de terrain fait en sorte que le projet stagne. «Avec le gouvernement Legault, on parle d’unité de 144 lits plutôt que 135 lits, à la saveur d’une maison des aînés. Il y a eu un travail au niveau des fonctionnaires de revoir le modèle, pour que ce ne soit pas un CHSLD traditionnel», corrobore Agnès Grondin. Au PQI, le projet en était un de rénovation, ce qui était hors de question pour son parti étant donné la désuétude des lieux. Mais le choix de terrain, un travail qui appartient de concert à la Ville de Lachute et au CISSS avec des propriétaires privés, semble compliqué. «Ce n’est pas pour rien qu’il y a eu un projet de loi 66 qui a identifié des projets à accélérer et il en fait partie. Mais il y a quand même un minimum à respecter en termes de cadre légal», ajoute celle qui comprend l’importance du projet et qui s’engage à suivre les étapes dès sa réélection. 

On doit s’attendre à ce que les coûts par chambre du projet de 11 unités de 12 chambres montent, surtout en raison de l’inflation galopante.  

Je trouve complètement irresponsable la façon avec laquelle la CAQ fait attendre nos aînés! »

— lance M. Lebel.

À force de réinventer des concepts, nous n’avançons pas, nous restons avec des projets en planification comme c’est le cas pour Lachute. De mon côté, je ne ferai pas du surplace, ce que je veux, c’est qu’on revienne au projet qui existait.»   

Rappelons que dans Argenteuil, les plus de 70 ans représentent près de 20% de sa population et que le gouvernement libéral a été au pouvoir durant près de 14 ans entre 2003 à 2018, avant l’arrivée au pouvoir de François Legault.