le Samedi 21 mai 2022
le Mercredi 30 mars 2022 20:16 | mis à jour le 8 avril 2022 19:42 L'ARGENTEUIL

Vers le championnat canadien à 15 ans

Guy Marineau est entouré de son jeune espoir Étienne Jolicoeur et de Gilles Caza, champion canadien en 2019, qui participeront au Championnat canadien d’haltérophilie en mai prochain. — Photo Mylène Deschamps
Guy Marineau est entouré de son jeune espoir Étienne Jolicoeur et de Gilles Caza, champion canadien en 2019, qui participeront au Championnat canadien d’haltérophilie en mai prochain.
Photo Mylène Deschamps
À seulement 15 ans, Étienne Jolicoeur devient le plus jeune athlète entraîné par le célèbre Guy Marineau du Club d’haltéropĥilie du Nord à s’être qualifié pour le Championnat canadien d’haltérophilie de Kelowna qui aura lieu en mai prochain.

«Étienne a commencé avec moi à 8 ans, se rappelle M. Marineau, qui entraîne une quinzaine d’athlètes à raison d’environ 4 soirs semaine.  Il pourrait causer bien des surprises là-bas!» Dans la catégorie des 67 kilos, Jolicoeur a réussi des levées totales de 227 kg lors de la dernière compétition à Sherbrooke le week-end dernier. Le jeune lachutois devait s’envoler en Colombie dans les prochains jours pour le Championnat pan américain jeunesse.  En raison des mesures sanitaires, l’événement a été reporté à la saison estivale, mais on ne connait toujours pas la date et le lieu de l’événement. «On est une belle gang du club à y aller, ça va être le fun, dit le jeune homme rencontré mardi au local d’entraînement situé au Laurentien High School. Ça fait longtemps que je m’entraîne pour participer à une compétition comme celle-là, les efforts que j’ai mis m’ont permis d’y accéder.» Quatre autres athlètes du club ont réussi leur standard pour accéder au championnat canadien; Gabriel Auclair, en Nouvelle-Écosse, ayant déjà obtenu son laissez-passer.  

Gilles Caza, qui a obtenu le titre de champion canadien en 2019 dans la catégorie des 102 kg, est très heureux du retour des compétitions.  C’était plus difficile de s’entraîner dans la période de confinement, plusieurs ont abandonné. Compétitionnant dans la catégorie des 89 kg, il a soulevé un total de 289 kg à Sherbrooke.  M. Marineau a beaucoup d’espoir de le voir monter sur une des 3 marches du podium, alors que cette catégorie est l’une présentant le plus de candidats. «L’entraînement est le reflet de tes performances», souligne Caza, qui partira à son compte dans le milieu de la construction afin de mieux concilier son temps au gymnase et son temps de travail. 

Valérie Kapsa, qui s’entraîne à distance de Gatineau, s’est qualifiée chez les 59 kilos avec un total de 163 kg et Mélanie Richard, chez les 71 kilos, a réussi de justesse avec des levées de 173 kg. 

Recrutement 

Le Club d’haltérophilie recherche toujours des adeptes qui désirent s’entraîner. « Avec les restrictions, on a perdu quelques joueurs. On n’a pas pu faire de démonstration et on ne veut pas partager nos dépliants dans les écoles.  Après, on se demande pourquoi les jeunes ne font plus de sports!», dénonce M. Marineau.  L’haltérophile Caza avance qu’il n’y a pas d’âge pour commencer à s’entraîner, «quand tu vois des jeunes soulever de très gros poids, c’est l’orgueil quand tu commences qui est le plus difficile.  Les meilleurs vont être les meilleurs!» Pour obtenir des renseignements sur le club, vous pouvez consulter la page Facebook du Club du Nord. 

Photo Mylène Deschamps