le Mercredi 25 mai 2022
le Mercredi 2 février 2022 18:31 | mis à jour le 8 avril 2022 19:21 Le Carillon (Hawkesbury)

Le convoi de la liberté 2022 paralyse Ottawa

Le mouvement, qui défendait à l'origine les droits des chauffeurs de camions de transport transfrontalier, a été détourné pour devenir une manifestation contre les mesures de santé publique en général — Photo Christopher Smith
Le mouvement, qui défendait à l'origine les droits des chauffeurs de camions de transport transfrontalier, a été détourné pour devenir une manifestation contre les mesures de santé publique en général
Photo Christopher Smith
Défendant à l'origine les droits des chauffeurs de camions de transport transfrontalier, le mouvement a été détourné pour devenir une manifestation contre les restrictions sanitaires en général.

La colline du Parlement a été le théâtre d’un brouhaha de klaxons depuis samedi, alors que d’innombrables camionneurs et sympathisants ont afflué de tout le pays pour soutenir ce que les organisateurs appellent le convoi de la liberté. Le correspondant de Global News, David Akin, a rapporté que 1 115 véhicules composés de tracteurs, de 18 roues, 725 véhicules personnels de Toronto et de l’Ouest canadien, et 200 véhicules du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. La police d’Ottawa a également signalé jusqu’à 2 000 piétons du Québec dans la foule qui bordait les rues. La police note que ces chiffres fluctuent en fonction de l’arrivée de nouveaux convois et du départ des gens. 

La police estime que le maintien de l’ordre du convoi coûte plus de 800 000$ par jour. Le convoi a officiellement prévu de rester jusqu’à lundi au moins, mais plusieurs participants ont déclaré qu’ils resteraient aussi longtemps que nécessaire. Il n’y a actuellement aucun rapport sur la durée prévue de la manifestation. 

L’objectif initial du convoi était de protester contre l’obligation de vacciner les camionneurs qui traversent la frontière lors de leurs livraisons. Ils sont tenus d’être doublement vaccinés avant de traverser, ou bien de recevoir un résultat négatif et d’être isolés pendant deux semaines après leur arrivée. 

L’objectif initial a été repris par des personnes opposées aux mesures de santé publique en général. La page GoFundMe liée au convoi, lancée par Tamara Lich de Medicine Hat (Alberta), indique que le but du convoi est de protester contre « les règles et les mandats qui détruisent les fondements de nos entreprises, de nos industries et de nos moyens de subsistance ». Mme Lich n’a pas répondu aux demandes de renseignements à temps pour la publication, mais le GoFundMe avait recueilli plus de 9 000 000$ au moment de la rédaction. L’argent sera versé aux conducteurs pour les aider à couvrir les frais de carburant, de nourriture et d’hébergement, et le reliquat sera « donné à une organisation de vétérans crédible qui sera choisie par les donateurs. » 

Le convoi a reçu un large soutien, les gens s’alignant sur les autoroutes le long de son parcours, criant et brandissant des pancartes pour encourager les conducteurs. Les gens publient des messages de soutien sur les médias sociaux, regardent les retransmissions en direct et continuent de faire des dons à GoFundMe. 

Cependant, tout le monde n’est pas aussi enthousiaste. Les résidents d’Ottawa affirment que l’afflux de véhicules dans les rues rendra difficile les déplacements quotidiens et l’achat de produits de première nécessité comme l’épicerie. La police et les autorités de la circulation s’attendent à d’importants embouteillages pendant tout le week-end. Des routes et des sorties d’autoroutes ont été fermées en prévision, et la police d’Ottawa a conseillé sur Twitter d’éviter tout déplacement vers le centre-ville. » Certaines parties du convoi ont commencé à quitter dès lundi, mais d’autres ont annoncé leur intention de rester. 

La police a fait savoir qu’elle remorquait tous les véhicules stationnés illégalement, notamment ceux qui bloquent les voies d’urgence, le cénotaphe et d’autres espaces publics. Des véhicules ont déjà été remorqués à l’écart du Monument aux Morts. 

« Se garer sur ce sol sacré qui comprend la Tombe du Soldat inconnu était un signe de manque total de respect », a déclaré le maire Jim Watson sur Twitter. 

L’Alliance canadienne du camionnage (ACC) a clairement indiqué qu’elle ne soutenait « aucune manifestation sur les routes, autoroutes et ponts publics ». Dans un communiqué publié le week-end dernier, l’association a souligné que la majorité de l’industrie canadienne du camionnage était vaccinée. « Les gouvernements du Canada et des États-Unis ont maintenant fait de la vaccination une exigence pour traverser la frontière », a déclaré le président de l’OTC, Stephen Laskowski. « Cette réglementation ne change pas, donc, en tant qu’industrie, nous devons nous adapter et nous conformer à ce mandat. » 

Par ailleurs, certains responsables et citoyens ont exprimé des inquiétudes quant aux tentatives d’extrémistes politiques d’utiliser le convoi pour promouvoir leurs croyances. Des drapeaux confédérés ont été aperçus flottant sur certains véhicules, et de nombreux participants ont apporté des pancartes comparant le mandat de vaccination au communisme, au nazisme et à l’holocauste. 

Le gouvernement fédéral a déclaré qu’il ne reculerait pas sur la règle de la vaccination transfrontalière des camionneurs. Dans une déclaration conjointe aux médias publiée le 25 janvier, le ministre des Transports Omar Alghabra, le ministre du Travail Seamus O’Regan, la ministre de l’Emploi Carla Qualtrough et le président de l’OTC Stephen Laskowski ont déclaré que les vaccins contre le COVID-19 sont « l’outil le plus efficace pour réduire le risque de COVID-19 » et protéger la santé publique. 

Le Premier ministre Justin Trudeau n’était pas présent lors du week-end du 29 janvier pour s’adresser au convoi, car il a eu un contact à haut risque avec le COVID et a été en isolement pendant cinq jours, mais il a déclaré lors d’une conférence de presse le 26 janvier que « la petite minorité marginale de personnes qui sont en route vers Ottawa, qui ont des opinions inacceptables qu’elles expriment, ne représentent pas les opinions des Canadiens. (Les Canadiens) qui ont été là les uns pour les autres, qui savent que suivre la science et s’engager pour se protéger mutuellement est la meilleure façon de continuer à assurer nos libertés, nos droits, nos valeurs en tant que pays. » 

Le convoi a suscité des protestations similaires dans le monde entier. Un convoi européen pour la liberté devrait arriver à Bruxelles le 7 février, et des rumeurs circulent selon lesquelles un convoi australien serait en préparation.