La vie de Brent Harden est faite d’histoires étincelantes

Gregg Chamberlain
La vie de Brent Harden est faite d’histoires étincelantes
Brent Harden célèbre 45 ans de sa vie dans le secteur de la bijouterie et 75 ans d'un héritage familial de qualité et de service. (Photo : Gregg Chamberlain)

René et Gilberte Spooner avaient à cœur de trouver pour leur fille un objet spécial qu’elle chérirait à jamais. Le maître expert en pierres précieuses Brent Harden s’est personnellement attaché à faire en sorte que le désir de leur cœur devienne réalité. 

«Ils cherchaient un beau cadeau pour leur fille, a déclaré M. Harden. Ils voulaient un bijou fabriqué au Canada, pour qu’elle pense toujours au Canada en le regardant.» 

«Votre bijou est bien plus que du métal et de la pierre, c’est votre histoire», peut-on lire sur l’une des vitrines de La Maison d’Or. C’est une promesse que M. Harden fait à tous ses clients et qu’il s’efforce de tenir chaque jour, chaque année, depuis 45 ans que sa bijouterie occupe un espace dans le centre commercial de la place d’Orléans. 

Pour lui, c’est la première règle des affaires, quelque chose que lui et ses frères, Bill et Reg, ont appris de leur père, Bill Harden Sr, et de leur mère, Julie, au cours des 75 années pendant lesquelles la famille Harden a fait partie de la scène commerciale de Hawkesbury et est aujourd’hui l’un des grands noms de la région d’Ottawa et d’ailleurs 

Au début 

Bill et Julie Harden ont ouvert la première Maison d’Or, connue à l’époque sous le nom de Harden’s Jewellers, à Hawkesbury en 1949. 

Il s’agissait de leur deuxième entreprise en tant que membres du secteur commercial en pleine expansion de la ville. 

Ils se sont mariés pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que Bill servait dans l’Aviation royale du Canada. Après la guerre, ils sont propriétaires et exploitants de l’Astoria Café, leur première entreprise commerciale en tant que couple de jeunes mariés vivant à Hawkesbury. Le restaurant s’avère un établissement populaire jusqu’à ce qu’un incendie, en 1948, mette fin aux activités du jeune couple. 

Sans se décourager, ils ont recommencé, décidant cette fois d’utiliser l’expérience qu’ils avaient acquise pour ouvrir une bijouterie. La décision de créer cette nouvelle entreprise a été influencée par le goût de Julie pour les belles choses. D’autres membres de la famille ont par ailleurs exploité un magasin de vêtements et un hôtel. Une bijouterie portant le nom de Harden semblait donc être une bonne idée. 

Et ce fut le cas. Harden’s Jewellers, ou La Maison d’Or comme elle est devenue connue, s’est développée à partir de ses locaux d’origine à Hawkesbury. Brent et son frère Bill sont devenus partenaires de l’entreprise familiale en 1975. Leur frère, Reg, s’est joint à l’équipe en 1981. 

Pendant dix ans, sous la direction et le dynamisme des deux frères, la bijouterie Harden s’est étendue à six points de vente, dont un à Lachute, de l’autre côté de la rivière des Outaouais. Bill Harden Jr. a également créé le Groupe Harden de Montréal, une société de promotion immobilière qui compte aujourd’hui plus d’une douzaine de centres commerciaux à son actif, dont la Place Vaudreuil. 

Brent attribue à son frère Bill la vision originale, la passion et l’énergie qui ont permis l’expansion de l’entreprise familiale, ainsi que le fait d’être «un modèle et un frère si positif». 

Commencer au sous-sol 

Brent Harden s’est également taillé sa propre place au sein de la famille Harden, en tant que propriétaire-exploitant de La Maison d’Or Orléans et à la tête de sa propre société de promotion immobilière, qui se concentre pour l’instant sur les régions de Prescott-Russell et d’Ottawa. 

Ses premiers pas dans le monde des affaires pourraient être décrits comme «un poste de débutant» dans le sous-sol de la bijouterie de ses parents. Il avait cinq ans. 

«Mon travail consistait à inspecter les barils et les caisses», dit-il en souriant. 

Il a également fait son apprentissage auprès de l’horloger du magasin. C’est là qu’il a commencé à acquérir une connaissance pratique du métier de bijoutier et qu’il a compris l’importance de faire passer le client en premier à tout moment. 

«Il m’a appris à comprendre la joaillerie et la valeur des bijoux pour les gens», explique-t-il, ajoutant que la valeur sentimentale de certains bijoux l’emportait souvent sur leur valeur monétaire. 

«Chaque jour, nous créons des souvenirs, a-t-il déclaré en faisant un signe de la main vers l’un des comptoirs d’exposition de son propre magasin. Quand je regarde ce comptoir aujourd’hui, je vois des souvenirs». 

Il a vu ses propres parents s’efforcer, dans leurs relations quotidiennes, d’apporter de la valeur et des souvenirs merveilleux à leurs clients. 

«J’ai appris à traiter les gens correctement», a-t-il déclaré, ajoutant que la mise en pratique de ces leçons lui a valu «de nombreuses histoires heureuses» au cours de ses années d’activité. 

Une histoire d’histoires 

Brent Harden sourit lorsqu’il se souvient de l’objectif professionnel qu’il s’était fixé dans sa jeunesse.
«Je voulais devenir avocat», dit-il. 

Il s’est inscrit à l’université et a commencé sa formation de juriste. L’été, il travaillait encore dans le magasin familial. À un moment donné, pendant ses études universitaires, il s’est rendu compte que «ce n’était pas pour moi» et a abandonné ses études de droit pour se concentrer sur le commerce de la bijouterie. Il a donc suivi des cours de gemmologie et de conception de bijoux. Il montre sa propre alliance, qu’il a conçue lui-même, comme un exemple de son désir d’offrir quelque chose d’unique à ses clients. 

«Les créateurs de bijoux créent de belles pièces, explique-t-il. Mais il arrive qu’un client vienne avec ses propres idées en tête. Ce que nous devons faire, c’est reprendre ces idées et en faire quelque chose qui plaira au client. Je travaille toujours avec mes clients. J’aime ce que je fais». 

Il estime qu’il passe au moins 30 à 40 heures par semaine dans son magasin, soit à l’un des comptoirs pour aider un client à trouver ce qu’il veut, soit dans l’arrière-boutique pour effectuer le travail quotidien en coulisses qu’implique une entreprise prospère. 

«Ce qui compte, ce sont les histoires que les gens me racontent, explique-t-il en parlant de ce qui motive sa passion pour la bijouterie. Cela et le fait de trouver quelque chose qu’ils peuvent partager et aimer. Je pense que je ferai toujours partie de cette aventure». 

Glace arctique 

Brent Harden est fier de proposer des diamants canadiens à ses clients. Au début de l’année, il s’est rendu dans les Territoires du Nord-Ouest pour visiter la mine de diamants Ekati et son installation de triage à Yellowknife. 

«Je n’étais là que pour une seule chose, a-t-il déclaré. J’étais là pour pouvoir parler d’une véritable réussite canadienne». 

Le Canada a toujours été connu comme un pays producteur de diamants, mais uniquement de pierres de qualité inférieure utilisées à des fins industrielles. L’expression «aussi vrai que les diamants canadiens» était une plaisanterie courante jusqu’à ce que des pierres de qualité gemme soient découvertes au cours de la seconde moitié du siècle dernier. Le Canada est aujourd’hui un membre apprécié de la communauté diamantaire en tant que troisième producteur mondial, et la «glace canadienne» est une denrée recherchée par les bijoutiers du monde entier. 

Au cours de sa visite de l’Arctique, M. Harden a vu de ses propres yeux comment l’extraction des diamants se fait au Canada, notamment à l’aide de foreuses télécommandées sur le site d’Ekati. Il a également vu comment le commerce des diamants au Canada a profité au peuple Déné, à la fois par l’emploi direct dans l’exploitation minière et par le partage de la propriété de l’entreprise, y compris la gestion pratique pour s’assurer que les préoccupations sociales et environnementales sont également prises en compte. 

Le groupe d’entreprises Det’on Cho a été créé en 1988 dans le but d’aider à développer et à soutenir les sources de richesse indigène pour les Dénés. M. Harden cite les lois dénées, qui lui ont été expliquées par Mark Lewis, président et directeur général de Det’on Cho. La première des dix règles des lois dénées est «Partagez ce que vous avez», tandis que la deuxième règle est «Aidez-vous les uns les autres». 

Pour l’avenir 

Au fil des ans, la famille Harden a été un fervent partisan de divers organismes de bienfaisance et projets communautaires. Cette année, dans le cadre du 75e anniversaire de l’histoire commerciale de la famille, Brent Harden espère recueillir 200 000 $ au total pour divers organismes tels que le CHEO et la Fondation Montfort, en faisant don de 75 000 $ de bagues d’anniversaire en diamant conçues sur mesure. Ces bagues serviront d’articles de tirage ou de vente aux enchères pour les divers organismes dans le cadre de leurs propres efforts de collecte de fonds. 

La fille de Harden, Jessica, lui succédera à La Maison d’Or de Place d’Orléans. Bien qu’il continue à passer du temps à son magasin de Place d’Orléans, Brent Harden est désormais également actif dans le domaine de la promotion immobilière, à l’instar de son frère Bill. Depuis 2002, il a développé quatre projets à Rockland, Wendover et Embrun par l’intermédiaire de sa société, Harden Realties.

Lorsqu’il n’est pas au magasin ou sur le site d’un projet de développement, Brent Harden aime passer du temps avec sa femme, Rosemary, ses filles, Jessica et Alex, et le dernier-né de la famille Harden, le petit-fils Riker. Brent passe également une partie de son temps à la maison à entretenir ou à créer de nouveaux sentiers de promenade dans les bois de la propriété familiale de Cumberland, ce qui fait la joie des huit chiens qui partagent la maison avec les humains. 

Le conseil qu’il donne à tous ceux qui lui demandent quel est le secret de la réussite ? 

«C’est une question de concentration, répond-il. Trouvez ce qui vous passionne. Ici, nous avons essayé de créer le même sentiment que dans le magasin de mes parents. C’est ce dont je suis le plus fier». 

Partager cet article