le Dimanche 25 septembre 2022
le Mercredi 14 septembre 2022 17:59 Le Carillon (Hawkesbury)

Ginette Clément se présente au conseil de Champlain

Ginette Clément, résidente de Prescott-Russell depuis 1982 et de Champlain depuis 2019, se présente aux élections municipales pour se joindre au conseil de Champlain.  — photo fournie
Ginette Clément, résidente de Prescott-Russell depuis 1982 et de Champlain depuis 2019, se présente aux élections municipales pour se joindre au conseil de Champlain.
photo fournie
Ginette Clément, résidente de Prescott-Russell depuis 1982 et de Champlain depuis 2019, se présente aux élections municipales pour se joindre au conseil de Champlain dans le quartier de Longueuil.

La femme de 58 ans est propriétaire d’une compagnie d’excavation à Fournier. Originaire de Sudbury, elle a déménagé dans Prescott-Russell pour étudier au collège d’Alfred alors qu’elle avait 18 ans. Elle dit être tombée en amour avec la région à cause du paysage mais aussi de la communauté francophone. « Quand je suis arrivée dans Prescott-Russell et que j’ai compris l’ampleur de la francophonie ici, je n’ai jamais pu repartir, a affirmé Mme Clément. Je parle quand même anglais, mais je pense que je peux dire que j’ai la francophonie tatouée sur le cœur. »

Elle dit s’être toujours intéressée à la politique et avoir participé aux courses électorales dans plusieurs paliers gouvernementaux et pour plusieurs partis différents. Son expérience en excavation lui a aussi permis de connaitre les rouages de l’administration municipale dans le domaine du zonage.

Mme Clément veut se concentrer sur le développement économique de la municipalité. « Ça prend de l’infrastructure pour continuer de bâtir nos municipalités, a-t-elle expliqué. Il ne faut pas que nos petites municipalités continuent de rapetisser. Il faut investir un peu plus pour amener des gens dans nos villages. »

Elle se fait aussi du souci pour la sécurité routière dans le quartier de Longueuil. « Pour le chemin de la Baie, je trouve que ce n’est pas sécuritaire, a-t-elle affirmé. Alors j’aimerais qu’on mette des étampes pour dire aux voitures de donner un mètre aux bicyclettes. »

Elle tient aussi à cœur l’environnement et se dit inquiète du développement futur du plan de cimenterie de Colacem. « Je veux surtout surveiller pour qu’ils respectent les lois qui sont imposées. Ce n’est pas fait et ça ne sera peut-être pas fait pendant mon mandat, mais si ça se fait, je veux être là. J’ai peur de la pollution lumineuse, de la poussière, du bruit et du trafic. »