le Lundi 8 août 2022
le Mercredi 13 juillet 2022 17:32 Vision (Clarence-Rockland)

Une mère plaide pour le retour de la garderie à temps partiel

Zareena Boucher dit qu'elle n'a pas été informée de la fin des services de garde à temps partiel. Elle se retrouve maintenant avec une facture de garde d'enfants coûteuse qu'elle ne sait pas comment payer.  — photo fournie
Zareena Boucher dit qu'elle n'a pas été informée de la fin des services de garde à temps partiel. Elle se retrouve maintenant avec une facture de garde d'enfants coûteuse qu'elle ne sait pas comment payer.
photo fournie
La décision du conseil municipal d'annuler les services de garderie à temps partiel est entrée en vigueur le 27 juin, laissant certains parents à la recherche de solutions de garde d'enfants pendant l'été.

La décision a été prise en avril. Le conseil municipal a reconnu que la pratique n’était plus financièrement saine et prenait des places aux parents qui cherchaient une inscription à temps plein, alors que les listes d’attente s’allongeaient. Zareena Boucher, cependant, n’a appris le changement de politique que lorsqu’elle a essayé d’inscrire sa fille pour l’été.

« Aucune communication n’a été faite, a déclaré Mme Boucher. La façon dont je l’ai appris, c’est lorsque j’ai demandé ma subvention et que la dame du comté m’a demandé si je me rendais compte que ma garderie fermait à la fin du mois de juin. »

Cette prise de conscience a laissé Mme Boucher sous le choc. Avec la garde partagée, Mme Boucher s’occupe de ses enfants  deux semaines par mois. Travaillant de 8 h à 16 h à Ottawa, sa fille a besoin d’une garderie avant et après l’école pendant ces semaines.

« La solution que le service des finances de la ville m’a proposée était de l’inscrire à temps plein et de payer pour les semaines où elle n’était pas là, a déclaré Mme Boucher. Même avec une subvention, je ne peux pas me le permettre. »

Après avoir discuté avec la ville et le comté et contacté directement le maire, Mme Boucher a appelé le conseiller municipal Kyle Cyr pour qu’il revienne sur la décision d’annuler les services à temps partiel.

« Zareena a appelé et nous avons passé en revue certaines des options à la ville et au comté, a déclaré M. Cyr. En fin de compte, sa décision a été d’approcher le conseil municipal et de demander un changement à la politique. »

Lors de sa présentation au conseil en mai, Mme Boucher a plaidé pour que la politique ne s’applique pas aux personnes actuellement inscrites à temps partiel, en leur accordant des droits acquis jusqu’à ce qu’elles n’aient plus besoin de services de garde. Cependant, la proposition de Mme Boucher a été rejetée et seulement deux conseillers ont appuyé l’idée.

Au cours de la réunion, la conseillère Diane Choiniere a déclaré que la Ville a décidé de mettre fin aux services à temps partiel, en partie par souci d’équité envers les parents qui paient des frais à temps plein et qui subventionnent les tarifs à temps partiel. Selon Mme Boucher et M. Cyr, il ne reste que quatre ou cinq familles touchées par cette décision, ce qui représente un coût financier mineur pour la Ville chaque année.

« Cela n’a pas beaucoup de sens », a déclaré Mme Boucher.

En raison d’expériences passées avec des garderies privées, Mme Boucher ne se sent à l’aise qu’avec les garderies publiques. Elle croit qu’elles sont bien gérées et sûres pour ses enfants. Estimant qu’elle n’avait pas d’autre choix, Mme Boucher a inscrit sa fille à la garderie à temps plein de Ste-Félicité malgré la précarité financière.

« Honnêtement, je n’ai pas le choix, a déclaré Mme Boucher. Je n’ai aucune idée de l’endroit où je vais trouver cet argent, mais je n’ai pas le choix. »

L’Ontario a signé une entente de cinq ans avec le gouvernement fédéral pour réduire les frais de garde d’enfants et offrir des options à 10 $ par jour en mars 2022. Le déploiement du programme a été lent, avec peu de directives de la part de la province. Le conseiller Kyle Cyr est en faveur d’une option de garde d’enfants plus abordable, mais il ne sait pas comment le programme sera mis en œuvre à Clarence-Rockland et quel impact il pourrait avoir sur les services de garde de la municipalité.