le Mardi 5 juillet 2022
le Jeudi 9 juin 2022 19:21 | mis à jour le 10 juin 2022 11:06 MRC D'ARGENTEUIL RCM

Une offrande pour la future bibliothèque

Une aide de 750 000 dollars non remboursable du fédéral vient s’ajouter au projet aux millions de dollars de la conversion de l’Église Unie Christ Church en bibliothèque. — Photo Mylène Deschamps
Une aide de 750 000 dollars non remboursable du fédéral vient s’ajouter au projet aux millions de dollars de la conversion de l’Église Unie Christ Church en bibliothèque.
Photo Mylène Deschamps
Par le biais de Développement économique Canada (DEC), c’est un chèque de 750 000 dollars non remboursable dans le projet de conversion de l’église Unie de Lachute en bibliothèque municipale qu’est venu remettre le député fédéral Stéphane Lauzon lundi dernier. À moins d’un miracle, n’en demeure pas moins que c’est en millions que se compte le coût de travaux effectués et à faire, et cela, sans l‘unanimité des citoyens de la Ville de Lachute depuis le début des travaux il y a plus de 10 ans.

«C’est un chantier qui a été réfléchi dans une optique de développement durable, entre autres par l’intégration de mesures d’efficacité énergétique.  Ce n’est pas facile de bâtir du neuf avec du vieux, on le sait, ça apporte un paquet de défis. Mais l’aspect final sera un wow, ce sera un ajout exceptionnel et un projet phare pour le rayonnement de la culture et de l’éducation, affirme Stéphane Lauzon, député d’Argenteuil-La Petite-Nation, de passage pour l’annonce à la mairie de la Ville de Lachute. M. Lauzon souligne au nom de son gouvernement la nécessité de revitaliser les espaces publics, des lieux qui peuvent aussi profiter à tous, autant les jeunes, les personnes âgées que les familles les plus défavorisées. Malgré la hausse fulgurante des matériaux et de l’inflation galopante, il soutient que son gouvernement veut faire face aux répercussions et aux débalancements du système économique fragilisé par les défis de la pandémie par ce genre d’initiative porteuse qui rassemble et soutienne les communautés.  «On fait partie de l’équation pour donner des ailes au projet», ajoute M. Lauzon, qui croit à l’importance des bibliothèques municipales. 

Malgré cette offrande qui pourra aider à structurer le montage financier, l’équipe municipale étudie toujours les scénarios possibles afin de prendre la meilleure décision quant à ce panier de crabes. La possibilité de faire le projet ailleurs ou autrement est encore étudiée. «Le conseil pourra se positionner au cours des prochaines semaines. On étudie plusieurs options. Je ne suis pas au moment de vous annoncer quoi que ce soit, mais nous avons définitivement l’intérêt d’augmenter notre offre culturelle ici à Lachute, soutient Bernard Bigras-Denis, conscient des 9,5 millions déjà investi (3,5 millions par la ville) dans ce projet qui visait aussi la sauvegarde d’un bâtiment construit en 1939 avec des bijoux de vitraux. On va contrôler ce que les citoyens auront à absorber et on évalue très attentivement l’impact sur la gestion de la dette.  C’est ce qu’on fait actuellement et ça me fera plaisir de vous présenter les détails lorsque nous nous serons positionnés.» La vocation des églises suscite de grands questionnements, dont celle de Saint-Louis-de-France à Brownsburg-Chatham.  La protection du patrimoine bâti a un coût, tout comme la protection de l’environnement, et c’est de savoir jusqu’où les citoyens accepteront de payer cette facture salée. M. Bigras-Denis se soucie aussi de l’indice de littératie qui serait deux fois inférieur à la moyenne québécoise dans Argenteuil et souhaite ardemment offrir davantage de services à la population. Avant même le boom immobilier des 3 dernières années, la superficie de la bibliothèque actuelle était restreinte. L’ajout d’une salle multifonctionnelle et d’un horaire accru est au centre des préoccupations du conseil. Rappelons que la Ville de Lachute avait aussi fermé sa salle d’exposition pour créer des bureaux.

Regroupant 9 municipalités, il n’est pas exclu qu’un partenariat avec les maires de certaines autres municipalités puisse voir le jour: 

La rue principale a été reconnue comme un dossier régional. La bibliothèque est sur la rue principale, ce qui nous aidera à revitaliser le centre-ville. C’est certain que c’est une conversation que j’aurai avec les maires et nous pourrons voir selon l’utilisation quelle contribution nous pourrions recevoir des autres municipalités.»  

— explique M. Bigras-Denis.

Le maire s’est d’ailleurs entretenu avec Jacques Demers, préfet de la MRC de Memphrémagog, qui avait mené des travaux majeurs de toiture et de maçonnerie dans un projet semblable à Magog. Achetées au coût de 1$, les rénovations pour aménager la bibliothèque s’étaient élevées à plus de 10 millions voilà plus de 10 ans. 

Mentionnons que c’est 500 millions de dollars sur deux ans qui sont versés aux agences de développement régional du Canada (ARD), dont 107 millions à DEC pour investir dans des espaces publics communs et inclusifs au Canada et stimuler l’économie locale.