le Jeudi 18 août 2022
le Jeudi 12 mai 2022 18:03 MRC D'ARGENTEUIL RCM

Cris du cœur des bénévoles de l’AHML

Les parents bénévoles ont organisé un tournoi aux jeunes de la région en moins de 30 jours en mars dernier.  Ils font encore face à l’adversité alors que l’entente de partenariat entre la MRC d’Argenteuil et la Ville de Saint-Colomban n’est toujours pas conclue.  — Photo Mylène Deschamps
Les parents bénévoles ont organisé un tournoi aux jeunes de la région en moins de 30 jours en mars dernier. Ils font encore face à l’adversité alors que l’entente de partenariat entre la MRC d’Argenteuil et la Ville de Saint-Colomban n’est toujours pas conclue.
Photo Mylène Deschamps
C’est un cri du cœur que lancent les bénévoles de l’Association du hockey mineur de Lachute (AHML) qui sont toujours sur le qui-vive à savoir si une entente sera conclue entre la MRC d’Argenteuil et la Ville de Saint-Colomban afin que les jeunes puissent continuer à évoluer au sein des Stars de Lachute.

Une entente doit être réalisée entre la MRC d’Argenteuil et la Ville de Saint-Colomban quant aux montants défrayés par la ville et le coût des inscriptions au hockey mineur ainsi qu’en patinage artistique.  Ce n’est pas la première fois que les familles vivent une certaine anxiété face aux décisions politiques, la dernière entente ayant été conclue tardivement en 2016. Cette entente d’une durée de 3 ans et renouvelable pour 3 autres années vient à échéance le 30 juin 2022. Alors que le gouvernement Legault lance un comité présidé par l’analyste Marc Denis pour réviser l’ensemble québécois du hockey mineur, les jeunes d’ici, déjà éprouvés par la pandémie, ne savent plus sur quel pied patiner dès maintenant. 

Pourtant, accompagnée de deux membres siégeant sur le conseil, Marc Halpeny et Martin Caron, Annie Larocque, directrice du bantam, avait obtenu une rencontre le 31 mars dernier avec le maire de leur ville, Xavier-Antoine Lalande.  Les parents bénévoles désiraient présenter les avantages à demeurer au sein de l’organisation lachutoise, un partenariat gagnant où presque 50% de jeunes proviennent de chacune des deux municipalités, créant une bonne entente quant aux décisions de l’organisme sans but lucratif. 

Tout en leur demandant de cesser les pétitions circulant sur le web afin de permettre à la ville de prendre une décision éclairée, ce qui a été accepté par l’association, le maire de Saint-Colomban avait signifié qu’il ferait de son mieux. «Il nous a expliqué qu’il voulait voir les propositions qu’il aurait en avant de lui et qu’il déciderait ce qui serait le meilleur pour Saint-Colomban. D’un côté, Argenteuil gère ça comme une business, ils veulent faire des sous, et de l’autre on fait de la politique sur le dos de nos enfants», constate Mme Larocque, qui aimerait bien que l’on considère le bien-être des jeunes qui ont développé depuis près de 10 ans un sentiment d’appartenance envers le chandail bleu, blanc, rouge.  La première entente d’une durée de 5 ans avait été signée en 2011. 

Le montant de la dernière entente avec la MRC ne prévoyait pas de frais de non-résident aux jeunes de Saint-Colomban (autant en hockey qu’en patinage artistique), mais s’élevait à 0,01$ du 100$ du montant total du rôle de l’évaluation foncière de la municipalité (à l’exception de l’an 1(dont le montant était fixe). Ceci représente une somme de 165 176$ en 2018 et de 172 06 0$ en 2019.  La crise sanitaire n’aura permis de hockey durant les deux dernières années, l’aréna ayant beaucoup servi comme lieu de vaccination. 

Mais voilà que mardi soir au conseil municipal, alors que des rumeurs d’entente avec Mirabel et Saint-Jérôme circulent, aucune décision n’était encore rendue. «C’est deux mois à niaiser avec le cœur de nos enfants, mais ce qui me met encore plus en rage ce matin, c’est que rien n’a avancé et que rien n’est décidé, lance la mère d’un hockeyeur bantam qui a commencé à jouer à Lachute à 5 ans. La venue de l’assemblée générale annuelle prévue le 1er juin prochain commence à devenir impossible : «On ne sait même pas si on peut se présenter sur les postes!»   

S’impliquant gratuitement tout au cours de la saison, les membres de l’AHML s’efforcent de donner un précieux congé en juillet pour la période des vacances en complétant les inscriptions en juin.  D’ailleurs, ce sont ces mêmes parents bénévoles qui ont organisé deux tournois aux jeunes de la région en moins de 30 jours en mars dernier.  Faisant encore face à l’adversité alors que l’entente de partenariat entre la MRC d’Argenteuil et la Ville de Saint-Colomban n’est toujours pas conclue, ils sont dépassés. À la MRC, le directeur général adjoint admet être en période de négociation.  Une assemblée avait lieu jeudi soir pour faire avancer le dossier. 

Le mariage des deux régions se poursuit depuis presque 10 ans.  Plusieurs belles histoires entre les enfants et les parents des deux secteurs se vivent au fil des années. En plus des amitiés, la Ville de Lachute et ses environs profiterait d’importantes retombées économiques.

 

Pendant les pratiques des enfants, je fais mon épicerie ici à Lachute, mon pharmacien est Mathieu Sabourin et j’y rencontre souvent des parents. Pourquoi c’est si compliqué?  On a uni deux villes ensemble avec un ratio presque parfait.  Ailleurs, on ne sera qu’une goutte d’eau»

— s’inquiète la présidente du Tournoi national midget 2022.  

Sur le site Facebook de l’AHML, on écrit: la rondelle est dans votre camp.  Jonathan Lacombe, un résident d’Argenteuil, a quant à lui peur pour le hockey compétitif. «Si Saint-Colomban quitte pour s’associer avec une autre ville, je suis inquiet pour la survie du hockey mineur à Lachute.  Nous n’aurons plus assez de joueurs pour faire des équipes intercités à Lachute, il n’y aurait plus de doubles lettres.» Le nombre de joueurs inscrits permet en effet de relever le niveau d’une région. Le hockey étant un sport de plus en plus coûteux et aussi divisé par le réseau scolaire, il est possible que les décisions qui seront prises dans les prochains jours aient un effet à long terme sur la région. 

Nous avons tenté de joindre les décideurs de la Ville de Saint-Colomban, soit le maire, Xavier-Antoine Lalande, la directrice du développement social et loisir, Marie-Josée Roch Boissonneau, ainsi que la directrice générale, maître Stéphanie Parent, mais nous n’avons reçu aucun retour d’appels avant la tombée. 

En 2015, un sondage réalisé par la Ville de Saint-Colomban avait révélé un taux de satisfaction de 75%.  Plus l’enfant évolue depuis longtemps au sein de l’organisation lachutoise, plus le niveau de satisfaction augmente.